Affiche "Non à l’islamisme" : Le Pen relaxé lors d’un procès de l’esquive

On peut en être assuré, Jean-Marie Le Pen n’aura pas le triomphe modeste. Le vieux briscard de l’extrêm

jeudi 2 décembre 2010

Affiche "Non à l’islamisme" : Le Pen relaxé lors d’un procès de l’esquive

On peut en être assuré, Jean-Marie Le Pen n’aura pas le triomphe modeste. Le vieux briscard de l’extrême-droite française n’a pas fini de se gargariser de la relaxe qui vient de l’exonérer de sa croisade haineuse contre l’islam, un verdict dont la clémence trahit un traitement bien superficiel du dossier.

Considéré comme étant « ni l’auteur de l’affiche en cause, ni le responsable des sites sur lesquels elle avait été diffusée », le tribunal correctionnel de Paris, qui de surcroît s’est déclaré incompétent territorialement pour juger d’un affichage dans la région PACA, a débouté la Licra et SOS racisme de leur plainte pour « incitation à la haine ».

Il l’a échappé belle le leader vieillissant mais toujours très en verve du nationalisme fascisant, estampillé français pure souche, qui a évité la disgrâce requise contre lui par le procureur (un an d’inéligibilité, deux mois de prison avec sursis et 20.000 euros d’amende), en bénéficiant d’un procès de l’esquive, resté à la surface d’une polémique qui aurait mérité une immersion en profondeur.

La dynastie des Le Pen n’a pas fini de brandir l’affiche victorieuse « Non à l’islamisme » pour légitimer sa démagogie de caniveau, coupable d’avoir outrageusement emprunté au populisme suisse, l’UDC, sa créativité de la terreur, et de l’avoir importée dans l’Hexagone à des fins électoralistes lors des régionales.

Marine Le Pen a d’ailleurs déjà donné de la voix, maniant une prose qui doit faire la fierté de son père : "J’assume cette affiche", a-t-elle martelé, car "elle soulève le vrai débat de l’islamisme, qui est la volonté de certains groupes politico-religieux d’imposer la charia dans notre société française. La volonté de lutter contre l’islamisme me paraît être une oeuvre de salubrité publique."

Comme elle y va, Marine ! Une œuvre de salubrité publique, là où le poison du populisme infecte le vivre-ensemble ! A moins de deux ans de la ruée vers la présidentielle, l’assimilation pernicieuse entre islamisme et islam nous réserve des lendemains assourdissants.

Publicité

commentaires