A propos du texte sur Alain Soral, une mise au point

J’aimerais répondre aux personnes qui m’ont fait part de leur étonnement suite à la publication de cet

par

mardi 7 décembre 2004

J’aimerais répondre aux personnes qui m’ont fait part de leur étonnement suite à la publication de cet article et qui sont des amis de lutte et de conviction.

Je comprends fort bien qu’à l’heure où nous sommes montrés du doigt, que les reportages de propagande comme celui de Mr Sifaoui se multiplient, il peut sembler « inapproprié » de réaliser ce genre de mise en cause à propos d’un homme semblant défendre une cause qui nous est chère. Mais comme de toutes façons, la stigmatisation de notre communauté ne semble ni faiblir ni diminuer, je crois que ce ne serait jamais la bonne période. Ainsi, malgré l’ampleur de la charge portée contre nous, j’estime que notre combat commun ne peut souffrir aucune compromission.

Je considère m’exprimer en mon nom seul, non au nom d’Oumma ni en celui des militants d’Europalestine ou d’autres mouvements.

Il est vrai que le texte, en raison de sa longueur ressemble à une charge, mais il est la réunion de deux contributions. Certains me disent qu’Alain Soral a pu déraper mais qu’il a le mérite de s’exprimer contre nos ennemis, en somme qu’un défenseur médiocre vaut mieux que pas de défenseur du tout Et que l’on pourrait « passer » sur certaines déclarations dangereuses pour ne pas risquer de plaire à nos détracteurs. Je crois qu’au contraire, rien ne sert plus les ennemis de la Palestine que ce genre de déclarations qui précisément confortent leur propagande (comme le chantage à l’antisémitisme).

Je ne suis donc pas d’accord pour adopter une posture conciliante à toute force et estime que des propos graves et irresponsables pouvant rejaillir sur l’ensemble des militants sont à dénoncer sans faillir. Je crois aussi qu’il ne faut pas incessamment se positionner en fonction de nos détracteurs (craindre que chaque remise en cause puisse les renforcer, c’est le contraire qui est, à mon sens). A ceux qui me disent qu’il vaut mieux dépenser son énergie à dénoncer les plus dangereux parmi nos détracteurs, je dirais que j’y emploie le plus clair de mon temps.

Voilà. J’ai pu constater que certaines personnes ne militent pas pour les mêmes raisons que nous mêmes, c’est-à-dire par solidarité effective envers le peuple palestinien, une somme de raisons bien moins nobles peuvent y contribuer : opportunisme, goût de la provocation etc. A court ou moyen terme, comme ces personnes ne sont pas nourries des mêmes idéaux qui animent nos actions (compassion, révoltent face à une injustice majeure) au mieux elles quittent le mouvement (parce qu’elles ont pu régler leurs problèmes personnels par d’autres biais), au pire elles adoptent une posture idéologique différente voire opposée. C’est alors que l’on mesure l’erreur que l’on a faîte en les soutenants, mais en général il est trop tard.

Publicité

Auteur : Fatiha Kaoues

.

commentaires