Qui sont les véritables commanditaires des attentats de Paris ?

Le 31 octobre 2002, la cour d’assises spéciale de Paris rendra son verdict dans l’affaire des attentats t

par

mercredi 16 octobre 2002

Le 31 octobre 2002, la cour d’assises spéciale de Paris rendra son verdict dans l’affaire des attentats terroristes dans le RER parisien à l’été 1995. Deux auteurs présumés des attentats seront vraisemblablement condamnés. Mais les commanditaires de cette campagne terroriste, qui incluait aussi le détournement d’un Airbus d’Air France en décembre 1994 et l’assassinats des moines de Tibhirine en avril 1996, n’ont jamais été identifiés.

Officiellement, les attentats étaient revendiqués par Djamel Zitouni, un islamiste en lutte contre le pouvoir algérien et contre son alliée la France. Mais après deux ans d’enquête, Jean-Baptiste Rivoire et Romain Icard ; deux journalistes de "90 minutes", ont pu établir que Djamel Zitouni travaillait en réalité pour le compte de la Sécurité Militaire.

Recruté dès 1992, placé à la tête du GIA en octobre 94, il transforme le « Groupe islamique armé » en un mouvement «  contre-insurrectionnel »contrôlé par les services secrets algériens.A partir de cette date, le GIA multiplie les assassinats de hauts dirigeants islamistes et monte des opérations de "guerre psychologique" contre la France.

Aujourd’hui, d’anciens officiers des services secrets algériens, comme le colonel Lahbib Samraoui, ancien adjoint de Smain Lamari, le patron de la Direction du Contre Espionnage, un ancien militaire des forces spéciales, le capitaine Ahmed Chouchène et des personnalités proches des services de renseignement français (magistrats antiterroristes, policier des renseignements généraux, haut fonctionnaire du ministère de la défense) se confient pour la première fois. Ils révèlent comment Djamel Zitouni et son lieutenant Ali Touchent, organisateur des attentats de Paris de 1995, ontété recrutés et utilisés par les services secrets algériens pour faire pression sur la France et contraindre Paris à soutenir le régime des généraux. Ils révèlent que certains services secrets français étaient au courant de la manipulation. A l’heure où Paris s’apprête à célébrer en 2003 « l’année de l’Algérie en France », enquête sur un scandale d’état.

(enquête de JB Rivoire et Romain Icard. Montage : Laurent Caujat. Image : Jean-Claude Fontan. Son : Jean-Marc Blanzat. Documentaliste : Emanuelle Charles, stagiaire : Guillaume Barathon, Aurélie Badel)

 

DIFFUSIONS SUR CANAL + LUNDI 4 Novembre 2002 à 23h 15 JEUDI 7 Novembre à 11h 10

Publicité

commentaires