L’imam Hassan Chalghoumi : le poulain du CRIF

Récompensant les efforts remarqués de l’imam de Drancy, Hassan Chalghoumi, qui s’est

vendredi 12 juin 2009

L’imam Hassan Chalghoumi : le poulain du CRIF

Récompensant les efforts remarqués de l’imam de Drancy, Hassan Chalghoumi, qui s’est illustré par son art consommé de prêter allégeance au CRIF et à la cause israélienne, s’acquittant parfaitement de sa mission d’imam de « l’ouverture et du dialogue interreligieux », la création du Conseil des imams de France est le point d’orgue de son exemplarité à la courtoisie servile et affectée, qui dissimule un cheminement personnel loin des canons de la méritocratie à la française.

L’inauguration en grande pompe de cette nouvelle structure a eu lieu mercredi 10 juin à Drancy, sous la haute présidence de la très catholique Christine Boutin, ministre du logement, en présence d’Anne Hidalgo, adjointe au maire de Paris, et des officiels du cru avec en tête, le maire, Jean-Christophe Lagarde et le président du conseil général, Claude Bartolone, mais aussi du président du CRIF, de diplomates arabes et américains, et de l’ancien grand rabbin de France René-Samuel Sirat.

Censée être une instance représentative de l’islam de France, ralliée par une quarantaine d’imams de la région parisienne sous la bannière du " dialogue interreligieux, de la promotion d’un islam ouvert et du suivi des imams ", le lancement du Conseil des imams de France a été boudé par les représentants du ministère de l’intérieur en charge des cultes, les responsables de l’Eglise catholique, et boycotté par les dirigeants du CFCM (2) des absences notables qui soufflent un vent de suspicion quant à sa finalité réelle.

Poulain du CRIF, Hassan Chalghoumi est un président du Conseil des imams de France très controversé, à la fois au sein même de la communauté musulmane et des pouvoirs publics, qui critiquent la promotion d’un religieux « issu de la mouvance fondamentaliste, formé en Syrie, et non représentatif ». (1)

Alors que l’épiscopat a regretté l’instrumentalisation politique du dialogue interreligieux, l’émergence du Conseil des imams de France interroge sur le devenir de ce qui était jusqu’à présent la pierre angulaire de l’islam de France : le CFCM.

Notes :

(1) et (2) : Lire l’article de Stépéhanie Lebars paru dans le Monde du 12 juin

Publicité

commentaires