4 Shebab , la chaîne musicale islamique qui détonne dans le paysage mondial du clip !

Installée au Caire, 4 Shebab, « le nouveau son de l’islam », fait figure d’ovni dans le paysage tél

mardi 24 mars 2009

Installée au Caire, 4 Shebab, « le nouveau son de l’islam », fait figure d’ovni dans le paysage télévisuel, arabe et international, du clip musical, renouvelant un genre où l’image dégradante de la femme objet s’est banalisée, pour prôner des valeurs respectueuses des enseignements de l’islam.

Rompant avec le registre « sexy », vieux comme le monde, qui fait toujours recette aux quatre coins de la planète, son créateur, Abou Haïba, un égyptien de 39 ans, père de cinq enfants, moderne et très pieux, conscient du dilemme qui tiraille la jeunesse arabe partagée entre le rejet de la forte pression politique de l’Occident sur l’islam et sa fascination pour son modèle culturel, a conçu une chaîne à l’identité forte et originale, au confluent audiovisuel entre l’Occident et l’Orient.

En effet, privilégiant une forme anglo-saxonne, s’inspirant du packaging MTV, rapide et surtout très prisé par les jeunes Arabes, au profit d’un fond islamique, 4 Shebab véhicule un message « plus conforme à notre culture, notre identité, nos valeurs », se plaît à la décrire M.Haïba.

Emettant depuis le 21 décembre dernier, la chaîne diffuse des clips de hip-hop islamique américain, de rap noir musulman, mais également des chansons arabes à texte, poétique et parfois politique, des séries estampillées conformes à la bienséance, quelques débats de société, les SMS des téléspectateurs défilant simultanément en bas de chaque écran.

Proche des Frères musulmans, le directeur de 4 Shebab, après avoir officié dans l’une des chaînes qu’il décrie aujourd’hui, a été à l’origine avec d’autres, à la fin des années 1990, de la télé-prédication musulmane qui fut notamment un vrai tremplin pour Amr Khaled, ancien comptable devenu prêcheur d’un « islam pratique et modernisé », adulé des foules.

Confiant à la perspective de sa première mesure d’audience dans six mois, Abou Haïba évalue avec satisfaction l’impact de 4 Shebab au millier de SMS reçus quotidiennement, dont la moitié provient d’Algérie. Ambitieux, le directeur d’Antenne de « la chaîne musicale islamique pour les jeunes » tentera d’ici un an, si le succès se confirme, l’aventure américaine auprès du public musulman d’Outre-Atlantique.

Publicité

commentaires