Dominique de Villepin hostile à une intervention militaire en Syrie

Dominique de Villepin hostile à une intervention militaire en Syrie

Il était aux premières loges, en 2003, pour assister aux grandes manœuvres américaines qui usèrent d’un mensonge éhonté pour envahir l’Irak (les armes de destruction massive prétendument détenues par Saddam Hussein), devenu un cas d’école dans la manipulation diplomatique sans foi ni loi, Dominique de Villepin s’oppose aujourd’hui à une intervention de la France en Syrie et s’en est expliqué hier sur BFMTV.

L’ancien Premier ministre, dont le haut fait d’arme lors de la crise irakienne a honoré la France et fait vibrer l’enceinte onusienne, lorsqu’il prononça son discours mémorable face à Colin Powell, alors secrétaire d’Etat américain et stratège en chef d’une vaste imposture impérialiste,  pour dire « non » à l’intervention guerrière en Irak, dénonce la "militarisation des esprits" qui règne depuis ces dernières années en Occident, appelant vigoureusement à une sortie de crise diplomatique en Syrie.

"Notre vocation n'est pas de punir quiconque par le biais militaire", a-t-il martelé, renchérissant : "C'est tentant de vouloir balayer d'un coup de telles horreurs, mais cela ne se fait pas ainsi. C'est tout le principe de la diplomatie: définir une stratégie au service d'une vision. Aujourd'hui, la stratégie est aveugle".


 

Son discours à l’Onu en 2003, au cours duquel la France, à travers lui, se dressa contre la toute-puissance américaine, faisant preuve d’une indépendance qui, fait rare, fut applaudie.

.


 

Publicité

commentaires