Etats-Unis : un commerçant soulève l’indignation sur le Net pour sa vente d’affiches islamophobes et xénophobes

Ce n’est pas dans son arrière-boutique qu’un commerçant de Mayhill, une bourgade du

mardi 3 janvier 2017

Etats-Unis : un commerçant soulève l’indignation sur le Net pour sa vente d’affiches islamophobes et xénophobes

Ce n’est pas dans son arrière-boutique qu’un commerçant de Mayhill, une bourgade du Nouveau-Mexique, ronge son frein en dissimulant  son islamophobie et sa xénophobie primaires, loin s’en faut ! Ce serait en effet mal connaître ce réparateur en tous genres que de penser que les scrupules l’auraient étouffé à l’idée d’exposer ses noires pensées au vu et au su de tous...

Ignorant la hantise de faire fuir ses clients ou de bafouer la liberté d’expression garantie par le 1er amendement de la Constitution, cet artisan américain n’a pas attendu la victoire fracassante de Donald Trump pour se sentir légitimé à déverser sa haine en vitrine. Une haine de surcroît très rentable dont il n’a pas hésité à faire commerce, ce qui ajoute à l’accablement général, après que des photos de son négoce, prises récemment, ont soulevé une houle d’indignation sur le Net.

Recouverte depuis longtemps d’affichettes calomnieuses et injurieuses, à la consternation d’un ancien employé, Marlon Mc Williams, qui s’en est désolé devant la caméra de la chaîne locale KOB4, la devanture de son magasin attire le chaland en flattant ses plus bas instincts, notamment contre ses deux boucs émissaires préférés : Barack Obama et les musulmans.

« Il vend ces affiches odieuses depuis un bon moment déjà », a déploré vivement Marlon Mc Williams, à l’heure où les réseaux sociaux américains s’en émeuvent à leur tour, mettant un terme à une impunité qui n’a que trop duré.

Renouant avec les heures sombres de la ségrégation, le panneau accroché sur l’une des fenêtres de son établissement, avertissant « Obama et d’autres musulmans ne sont pas les bienvenus ici », a aggravé son cas, nombreux étant les internautes scandalisés qui appellent à lui faire fermer boutique et à le condamner pour incitation à la haine.  

Et que dire des clients qui, pendant des années, lui ont permis de prospérer en achetant ses affiches ignominieuses et du silence de ceux que ce commerce honteux a toujours écoeurés ?

Publicité

commentaires