Rafic Hariri : Mythe ou Mystification ?

Sur le plan interne, entre le sunnite Rafic Hariri et le chiite Hassan Nasrallah, d’une manière encore plus

par

lundi 14 février 2011

« Lorsque le peuple respire, le vent se lève,

Lorsqu’il frappe du pied, la terre tremble » – Paul Nizan – Aden Arabie.

Le Liban, à tout le moins ses partisans, commémore, le 14 février 2011, le 6eme anniversaire de l’assassinat de Rafic Hariri, ancien premier ministre libanais. Un cérémonial initié sous le leadership caricatural de son héritier, Saad Hariri, le grand perdant du jeu politique libanais, sur fond d’une contestation généralisée des supplétifs de la stratégie américaine dans la sphère arabo musulmane, au terme d’une furieuse décennie de « guerre contre le terrorisme » (2001-2011), marquée récemment par le renversement des Présidents Zine el Abidine Ben Ali (Tunisie) et Hosni Moubarak (Egypte).

Retour sur ce personnage, son parcours et sa fonction stratégique dans l’échiquier du Moyen-orient.

Une industrie du martyrologue

Le martyr est commun à tous les peuples de la planète, mais sa redondance est une spécialité libanaise, au point de ressortir d’une industrie du martyrologe.

Au risque de choquer, en cette période de commémoration, ce dont l’auteur de ces lignes s’en excuse d‘avance, Rafic Hariri n’est pas l’unique « martyr » du Liban, qui compte une quarantaine de personnalités de premier plan assassinée, dont deux présidents de la République (Bachir Gemayel et René Mouawad), trois anciens premiers ministres (Riad El Solh, Rachid Karamé et Rafic Hariri), un chef d’état major (le Général François El-Hajj), le chef spirituel de la communauté chiite, l’Imam Moussa Sadr, et, le Mufti sunnite de la République, Cheikh Hassan Khaled, deux dirigeants du parti communiste libanais, Farjallah Hélou et Georges Hawi, le chef du Parti socialiste progressiste, le druze Kamal Joumblatt, le chef du parti nassérien Maarouf Saad, les députés Tony Frangieh et Pierre Gemayel, l’ancien chef milicien chrétien Elie Hobeika, ainsi qu’une flopée de journalistes Nassib Metni, Kamel Mroueh, Riad Taha, Salim Laouzi, Samir Kassir et Gébrane Tuéni.

Rafic Hariri n’est pas non plus l’unique martyr au monde, mais l’unique martyr au monde à avoir grevé les Finances Publiques de son pays de l’ordre de cinquante milliards de dollars et de bénéficier, à ce titre, d’un imposant mausolée sur la plus importante place publique de l’une des plus prestigieuses capitales arabes, Beyrouth. L’unique martyr au Monde à truster en sa mémoire les principaux services publics du pays, l’unique aéroport international du Liban, l’aéroport de Beyrouth Khaldé, un centre universitaire libanais et un centre hospitalier universitaire, trois établissements qui portent tous trois désormais son nom, sans compter l’imposant boulevard du front de mer de la capitale libanaise. Là réside la singularité nullement justifiée d’un homme qui aura été le bailleur de fonds de tous les seigneurs de la guerre du Liban, le prédateur de son parc immobilier, le fossoyeur de son économie.

Sous le halo du martyr couve en fait une vaste mystification. De Patrice Lumumba (1961, Congo Kinshasa) à Stephen Bantu Biko, alias Steve Biko (1977, Afrique du sud), en Afrique, à John et Robert Kennedy et Martin Luther King (1963-1968), aux Etats-Unis d’Amérique, à Ernesto Che Guevara de la Sierna (1967, Bolivie) et Salvador Allende (1973, Chili), en Amérique latine, à Bobby Sands (1981, Irlande du Nord), à Olof Palme (Suède), en Europe, au Mahatma Gandhi (1948), Indira Gandhi (1984) et son fils Rajiv, en Inde, à Zulficar Ali Bhutto (1973) et Benazir Bhutto (2007) au Pakistan : Tous les continents regorgent de personnalités charismatiques, héros mythiques tombés sur le champ d’honneur du combat politique, dans certains cas toute une dynastie décimée telles les figures emblématiques du Pakistan, la dynastie Bhutto avec 4 membres tués dont deux premiers ministres, et, la famille Gandhi en Inde avec trois membres tués, dont deux premiers ministres assassinés (Indira et Rajiv).

Mais nul part ailleurs qu’au Liban le culte des martyrs ne prend une telle ampleur au point que la vénération posthume des chefs de clan, la plupart fourvoyés dans des causes perdues, ressortit d’une industrie du martyrologe, une rente de situation pour les ayants droits, un passe droit permanent. Peu de famille demeure dans la sobriété. Beaucoup verse dans l’ostentation qui brandisse le martyr comme un trophée.

Rafic Hariri n’était pas, non plus, un capitaliste au sens classique du terme, à l’instar des capitalistes américains ou européens, dont la fortune s’est accumulée par le libre exercice des lois de l’économie du marché au sein d’un pays de la libre entreprise, aux méthodes souvent orthodoxes, parfois hétérodoxes, toujours concurrentielles. Le milliardaire libano saoudien constituait un rare exemple de « capitalisme décrété » par la volonté d’un parrain, bienfaiteur, certes, mais nullement désintéressé, pour les besoins de sa propre cause.

La sur médiatisation de Rafic Hariri du fait de sa puissance financière et de son empire médiatique, la financiarisation de la vie publique consécutive à la mondialisation, qui a favorisé la propulsion de capitalistes au pouvoir à l’instar de Silvio Berlusconi (Italie) et de Michael Bromberg (Maire de New York), son amitié tonitruante avec le président français Jacques Chirac et les enjeux de puissance que cela véhiculait sur fond de recomposition régionale dans la foulée de la perte de l’Irak pour la France, expliquent, sans la justifier, cette phagocytose et cette proéminence.

La recherche constante de l’homme providentiel

Sur fond d’une contestation généralisée des supplétifs de la stratégie américaine dans la sphère arabo musulmane, au terme d’une furieuse décennie de « guerre contre le terrorisme », dans la foulée de l’instrumentalisation de l’Islam comme arme de combat contre l’athéisme de l’Union soviétique, initiée par l’alliance contre nature entre le néo conservatisme américain et le fondamentalisme wahhabite, les hommes liges de l’Amérique se retrouvent en position de projection hors du pouvoir, tels le tunisien Zine el Abidine Ben Ali, « le rempart contre l’intégrisme en Afrique du Nord », l’égyptien Hosni Moubarak, le « fer de lance du combat contre l’arc chiite au Moyen Orient », le complice d’Israël dans le blocus de Gaza, voire même Rafic Hariri, l’héritier du « martyr de l’Occident ».

Au vu de la déconfiture occidentale tant en Tunisie, qu’en Côte d’ivoire qu’au Liban et de la contestation de ses auxiliaires en Egypte, en Jordanie et au Yémen, au vu de ce bilan calamiteux se pose la question de la pertinence de la politique de l’homme providentiel et du maintien de cette pratique contraire aux règles de la démocratie.

Un des rares hommes politiques libanais de premier plan à s’être propulsé à la tête de l’état sans avoir auparavant exercé le moindre mandat électif, ni la moindre fonction politique, M. Hariri cherchera à compenser par sa fortune et ses amitiés internationales son inexpérience politique et gouvernementale. Homme de parade, il occupera pendant vingt sept ans (1978 -2005) le devant de la scène politique et médiatique d’abord en tant qu’hommes d’affaires, puis pendant ses dix ans de pouvoir (1992-1998 /2000-2004) comme chef de gouvernement.

Relayé par une importante force de frappe cathodique, il reléguera à l’arrière plan non seulement la totalité de la classe politique, mais également le pays lui-même. Il exercera une sorte de magistère de la parole pour promouvoir son projet politique d’identification substitution, confondant dans sa personne et l’état et la nation, donnant par la même un rare exemple de prépotence. A l’heure du bilan, l’erreur lui sera fatale tout comme son excès de confiance dans ses capacités de gestionnaire sur le plan économique et de manoeuvrier sur le plan politique.

La diplomatie saoudienne du « carnet de chèques »

Prestataire de service d’un état rentier, en mission dans la première opération de délocalisation du rigorisme wahhabite au sein d’une société pluraliste et contestataire, le Liban, son lien ombilical le vouera, par fonction et par destination, à pâtir des éventuels contrecoups de son parrain politique, la monarchie saoudienne. Sous parrainage saoudien, Rafic Hariri avait articulé son déploiement international sur deux béquilles, une béquille régionale, syrienne, en la personne du vice président Abdel Halim Khaddam, une béquille occidentale, française, en la personne du président Jacques Chirac. Mal lui en prit.

Au-delà de Rafic Hariri, la « diplomatie du carnet de chèques », maniée de tous temps par les Saoudiens, pour restaurer le pouvoir sunnite tant à Beyrouth qu’à Damas aura ainsi montré son indigence et ses limites et ses vecteurs son manque de consistance : Les deux cautions sunnites inamovibles du pouvoir alaouite, pendant trente ans, le général Moustapha Tlass, ministre de la Défense, et Abdel Halim Khaddam, ministre des Affaires étrangères, deux personnalités de premier plan présumées socialistes du régime baasiste, céderont finalement aux sirènes des pétrodollars saoudiens, avant de se désintégrer.

Le militaire laissera convoler sa fille Nahed, une belle tige de la société syrienne, vers le septuagénaire marchand d’armes saoudien Akram Ojjeh, avant de sombrer dans le comique d’un problématique doctorat universitaire parisien, tandis que le diplomate laïc versait dans l’affairisme haririen et l’intégrisme religieux des « Frères Musulmans », avant de se carboniser.

Détail piquant, l’homme en charge du dossier libanais en Syrie pendant trente ans, celui-la même qui était craint par les diverses factions libanaises et redouté par les chancelleries arabes et occidentales qui tonnait la foudre et ordonnait les accalmies, à ce titre responsable au premier chef des dérives syriennes au Liban, le vice-président de la République Abdel Halim Khaddam, sera promu comme sauveur suprême de la Syrie et du Liban. Il se retrouvera relégué aux oubliettes de l’histoire lâché par tous, y compris par ses nouveaux alliés, l’organisation des « Frères musulmans », celle là même qui s’était lancée à l’assaut du pouvoir, en février 1982, en vue de faire trébucher le régime baasiste dont il était un des piliers, à quatre mois de l’invasion israélienne du Liban.

Le bien nommé Khaddam, dont le patronyme en arabe signifie littéralement « le serviteur », reniera singulièrement son militantisme après avoir abusivement ponctionné le Liban, opérant par cupidité la plus retentissante reconversion de l’histoire politique récente, finissant sa vie en factotum de son coreligionnaire sunnite libanais Rafic Hariri.

Amplement gratifié de sa forfaiture d’un somptueux cadeau, -la résidence du nabab pétrolier grec, Aristote Onassis, sur la plus célèbre artère de la capitale française, l’Avenue Foch- le renégat devra livrer bataille devant la justice française afin de se maintenir dans les lieux, alors que son pendant français, l’ancien président Jacques Chirac avait droit à un appartement avec vue sur Seine, Quai Voltaire à Paris, pensionnaire posthume de son ami, dont l’assassinat résulte vraisemblablement du grand basculement opéré par le président français dans la foulée de l’invasion américaine de l’Irak.

Judas a trahi son Seigneur pour trente deniers. D’autres trahisons valent certes leur pesant d’or mais accablent le renégat d’un discrédit pour l’éternité. Par une cruelle ironie du sort, l’homme qui a sinistré le Liban par la mise su pied d’un tribunal Spécial sur le Liban instrumentalisé pour juger les assassins de Rafic Hariri, Jacques Chirac devra répondre, en personne, devant la justice de son pays, le 7 Mars 2011, des affaires en rapport avec l’argent illicite, illustration pathétique de la prévarication étatique.

Entre Saad Hariri et Hassan Nasrallah, une différence d’échelle

Sur le plan interne, entre le sunnite Rafic Hariri et le chiite Hassan Nasrallah, d’une manière encore plus criante entre Saad Hariri et le chef du Hezbollah, existe une différence d’échelle. Les deux ont pris les rênes du pouvoir politique, la même année, en 1992, mais l’un à l’inverse de l’autre. Rafic Hariri a été propulsé sous George Bush Senior et a implosé sous George Bush Junior, quand Hassan Nasrallah s’imposait contre le père et survivait au fils.

Entre les deux acteurs majeurs de la vie politique libanaise existe une différence d’échelle, une différence de niveau. Face à un Hassan Nasrallah, impérieux, faisant front à Israël qu’il humiliera par sa riposte balistique et sa maîtrise de l’art de la guerre asymétrique, Saad Hariri avait, il est vrai, fait piètre figure, quatre ans plus tôt, en juillet 2006.

Chef de la majorité parlementaire et député d’une ville reconstruite par son père, à nouveau détruite par l’aviation israélienne, l’héritier, plutôt que de partager le sort de ses concitoyens, plutôt que de se préoccuper des besoins de ses électeurs, se mettra au frais à l’étranger à des milliers de km du champ de bataille, laissant la conduite des opérations à ses rivaux, le Président Emile Lahoud, ostracisé par la communauté internationale, et le chef du Hezbollah, glanant au passage le sobriquet de « planqué de Beyrouth ». Il se couvrira de ridicule de même que son mentor Fouad Siniora lorsque le premier ministre de l’époque éclatera en sanglots devant les destructions infligées à Beyrouth par ses amis américains par israéliens interposés, s’inclinant enfin devant son rival chiite propulsé au firmament de la popularité panarabe.

Le Hezbollah a rompu, psychologiquement et militairement, le défaitisme ambiant du monde arabe, alors que l’héritier théorise la soumission au Diktat américain au prétexte de protéger son pays d’un cordon de sécurité. Chef d’une formation disposant de la plus forte cohésion idéologique et sociale, bras armé de la stratégie de la contestation de l’hégémonie israélo américaine sur la sphère arabe, Hassan Nasrallah tire sa force de ses exploits, Saad Hariri de son rôle de paravent aux menées israélo américaines. Le moine soldat est un prescripteur essentiel de l’ordre régional, le milliardaire libano saoudien, un prestataire de services pour le compte de ses commanditaires. Autrement dit, le chiite force le destin quand le sunnite le subit.

Saad Hariri, un binational libano saoudien, plus saoudien que libanais

Natif d’Arabie saoudite, le pays de son premier choix qu’il assure avoir quitté à contre coeur pour répondre à l’appel du devoir à Beyrouth, binational libano saoudien, plus saoudien que libanais, Saad Hariri est un cas parfait d’alibi saoudien, la caution sunnite de la stratégie hégémonique occidentale sur le Liban. Son père a payé de sa vie le prix de cette servitude, lui léguant une dette publique de cinquante milliards de dollars, en guise de cadeau posthume à son entrée en fonction, au titre de sa gestion erratique.

Compagnon festif du fils du roi Fahd d’Arabie, rien ne prédestinait Saad à la direction d’un pays aussi singulier que le Liban, la poudrière par excellence du Moyen orient. Pas plus ses balises que ses protecteurs, que sa fortune, ne seront d’un grand secours à l’héritier Hariri aux heures décisives, propulsé à l’épicentre du pouvoir d’un pays névralgique sans la moindre préparation.

A l’Automne 2010, Saad Hariri, au terme de son voyage à Canossa, fait face à un terrible dilemme. Le tribunal international ou le gouvernement. Autrement dit, son attachement à la juridiction ad hoc que son écurie politique a instrumentalisée pour perpétuer sa mainmise politique sur le Liban ou son maintien à la tête du gouvernement au sein d’une coalition nationale.

Saad Hariri a admis, tour à tour, la mise en cause abusive de la Syrie par les enquêteurs internationaux sur la base de faux témoignages, de même que l’existence de faux témoins, sans toutefois en tirer les ultimes conséquences de son aveu : le jugement des faux témoins. Sa rémission, pour être complète, suppose qu’il boive la coupe jusqu’à la lie, à l’effet de lui ouvrir définitivement le chemin de Damas et de lui assurer une quiétude, gage de sa pérennité politique.

« Le planqué de Beyrouth », le sobriquet qu’il a glané en juillet 2006, lorsqu’il déserta la capitale dont il est le député pour se mettre à l‘abri des bombes israéliennes, empruntera le chemin de la fuite, pour la troisième fois, en novembre 2010, en plein débat gouvernemental sur le jugement des faux témoins de l’enquête sur l’assassinat de son père, entreprenant, une longue tournée diplomatique de trois semaines au Koweït, à Abou Dhabi, Téhéran, Moscou et Paris, pour se donner une contenance internationale, à défaut de consistance, accréditant l’idée d’un fugitif.

En cinq ans, l’homme de la relève aura fui trois fois, soit une fuite en moyenne tous les dix huit mois. N’est pas Invectus (l’Invincible) qui veut. Et, au vu de son comportement, particulièrement lors de la guerre de destruction israélienne du Liban, en juillet 2006, gageons que Saad Hariri n’est « ni maître de mon destin, ni capitaine de son âme ».

L’un des plus célèbres transfusés politiques de l’époque contemporaine, au même titre que Hamid Karzai (Afghanistan) et Mahmoud Abbas (Palestine), Saad Hariri a implosé , à la mi janvier, victime collatérale du basculement psychologique opéré par « le printemps arabe » avec la chute de la dictature tunisienne, la caramélisation de l’égyptien Hosni Moubarak, l’un de ses grands protecteurs sur la scène sunnite libanaise, et de l’instrumentalisation de la Justice internationale aux fins d’une guerre de substitution à l’Iran par la criminalisation du Hezbollah.

Rafic Hariri et Benazir Bhutto, une situation de parfaite similitude pour un traitement différencié.

Rafic Hariri (Liban) et Benazir Bhutto (Pakistan) se situaient aux extrémités d’un axe politique ayant vocation à servir de levier de transformation de l’Asie occidentale en « Grand Moyen Orient ».

Les deux anciens premiers ministres, le sunnite libanais et la chiite pakistanaise, tous deux assassinés à deux ans d’intervalles, présentaient un cas de similitude absolu dans leurs fonctions, les deux d’ailleurs en connexion étroite avec l’Arabie saoudite dans la mesure ou Rafic Hariri était le co-garant avec le Prince Bandar Ben Sultan, le président du Conseil national de sécurité, de l’accord régissant le retour d’exil de l’ancien premier ministre pakistanais Nawaz Charif, rival de Benazir. Une garantie reprise à son compte par Saad Hariri, l’héritier politique du clan Hariri au Liban. En dépit de cette similitude, les deux « martyrs pro occidentaux » bénéficieront, curieusement, d’un traitement différencié.

Le sunnite libanais aura droit à un tribunal international ad hoc, la chiite pakistanaise, pas, quand bien même les assassinats ont continué à se produire au Pakistan, comme en témoigne en janvier 2011, le meurtre du gouverneur du Pendjab.

L’acte d’accusation

En 430 jours de mandature gouvernementale, Saad Hariri aura passé deux cent jours hors du Liban, soit la moitié de son mandat dans le giron de ses multiples protecteurs. La sanction, inéluctable, s’abattra, dans toute sa brutalité, le 12 janvier 2011, à l’instant même où il franchissait le seuil de la Maison Blanche. Comme pour lui signifier son mécontentement et sa lassitude devant le protectorat de fait que son comportement dilatoire imposait au pays, l’opposition libanaise a fait démissionner, ce jour là, les onze ministres de sa mouvance entraînant la démission de facto du gouvernement d’union nationale qu’il présidait. Survenue alors que Saad Hariri s’apprêtait à s’entretenir avec Barack Obama, cette spectaculaire démission collective a retenti comme un double camouflet tant à l’égard du président américain qu’à l’égard du chef du clan saoudo américain au Liban.

Sans surprise, le procureur du Tribunal spécial pour le Liban (TSL) a déposé auprès du greffe du tribunal international l’acte d’accusation au cours d’une audience à huis clos, le 17 janvier, le jour présumé du début des consultations parlementaires désigner le successeur de Saad Hariri à la tête visant à la formation d’un nouveau gouvernement.

Une programmation qui ne doit rien au hasard. Le calendrier de la juridiction internationale placerait ainsi les tractations politiques libanaises sous la pression d’une éventuelle menace de criminalisation du Hezbollah et offrirait à la coalition pro occidentale la possibilité de galvaniser les ardeurs de leurs troupes en cette période commémorative du 6eme anniversaire de l’assassinat de Rafic Hariri, le 14 février 2005, en vue d’imposer la reconduction du mandat gouvernemental de l’héritier du clan.

La diplomatie occidentale est coutumière de tels procédés. Un premier coup de semonce avait été lancé à l’encontre du Hezbollah, avec l’assassinat de Imad Moughnieh, le responsable militaire de la formation chiite, le 13 février 2008, à la veille de la commémoration du 3eme anniversaire de l’assassinat du milliardaire saoudo libanais, elle récidivera, en 2011, en fixant au 7 février, l’audience du TSL pour la publication de l’acte d’accusation, soit à une semaine de la commémoration du 6eme anniversaire de l’assassinat de Hariri père. Une démarche similaire à celle qui se produisit au moment de la bataille législative libanaise, où Hilary Clinton, secrétaire d’état, et, son adjoint Jeremy Feltman, avaient fait un forçing similaire, en juin 2009, pour maintenir la majorité parlementaire au sein de la coalition occidentale.

Le juge Daniel Fransen disposera de six semaines pour étudier les preuves remises par le procureur pour étayer ses accusations. Si celles-ci étaient confirmées, elles seront ensuite transmises aux autorités des Etats où résident les accusés. Le secrétaire général du Hezbollah, qui attribue cet attentat à Israël, a lui-même affirmé, dans de nombreux discours prononcés depuis mars 2010, que le procureur ciblait, à tord, des membres de son parti.

Il a affirmé, en octobre 2010, que toute personne qui arrêterait l’un des membres de « la résistance » aurait « la main coupée ». La question clé de ces accusations est de savoir s’il dispose d’éléments concrets pour confondre les commanditaires.

Cadeau déguisé des Etats-Unis d’Amérique à l’Arabie saoudite, en compensation de la contribution des « Arabes afghans » dans la victoire occidentale dans la guerre antisoviétique d’Afghanistan, Rafic Hariri a été parachuté à la tête du gouvernement libanais dans la foulée de la conclusion de l’accord interlibanais de Taëf, qui mis fin à la guerre civile libanaise (1975-1990), en rongeant les prérogatives constitutionnelles des Maronites.

Chef du clan américano saoudien au Liban, Rafic Hariri, ancien partenaire de la Syrie reconverti en fer de lance du combat antibaasiste, a été, en protée de la vassalité, un exécutant majeur de la pantomime du Moyen-Orient, et, à ce titre, une victime majeure du discours disjonctif occidental, discours prônant la promotion des valeurs universelles pour la protection d’intérêts matériels, discours en apparence universel mais à tonalité morale variable, adaptable en fonction des intérêts particuliers des Etats et des dirigeants. Pur produit de la financiarisation de la vie publique nationale du fait de la mondialisation économique, Rafic Hariri aura implosé à l’instar d’une bulle financière, en purge d’un passif, en solde de tout compte.

L’histoire du Monde arabe abonde de ces exemples de « fusibles » magnifiés dans le « martyr », victimes sacrificielles d’une politique de puissance dont ils auront été, les partenaires jamais, les exécutants fidèles, toujours. Dans les périodes de bouleversement géostratégique, les dépassements de seuil ne sauraient se franchir dans le monde arabe sans déclencher des répliques punitives. Le Roi Abdallah 1er de Jordanie, assassiné en 1948, le premier ministre irakien Noury Saïd, lynché par la population 10 ans après à Bagdad, en 1958, ainsi que son compère jordanien Wasfi Tall, tué en 1971, le président égyptien Sadate en 1981, le président libanais Bachir Gemayel, dynamité à la veille de sa prise du pouvoir en 1982, l’ancien premier ministre libanais Rafic Hariri en 2005, et l’ancien premier ministre du Pakistan Benazir Bhutto en 2007, enfin, constituent à cet égard les plus illustres témoins posthumes de cette règle non écrite des lois de la polémologie si particulière du Moyen-Orient. Tel pourrait être l’enseignement majeur de cette séquence dont la victime principale aura été l’espérance.

Immarcescible, Beyrouth, que le ministre saoudien des affaires étrangères, Saoud Al Faysal, voulait « débarrasser de ses voyous », lors du siège israélien de la capitale libanaise, en juin 1982, dont le secrétaire d’état Alexander Haig voulait en « conserver le port… dans le camp de l’Occident ».

Conscience critique de toute une génération politique, soupape de sécurité des gouvernements arabes pendant un demi siècle, pacifiée, normalisée, reconstruite par Rafic Hariri, à nouveau détruite par Israël, Beyrouth, immarcescible, demeure le pôle de référence inoxydable de la combativité libanaise et arabe, exerçant désormais une fonction traumatique à l’égard des Israéliens, au grand désespoir des Occidentaux, de leurs alliés arabes et du Clan Hariri au Liban.

Sic Transit Gloria Mundi… Ainsi passent les gloires de ce monde.

Publicité

Auteur : René Naba

 Ancien responsable du monde arabo-musulman au service diplomatique de l’Agence France Presse, ancien conseiller du Directeur Général de RMC/Moyen orient, chargé de l’information, est l’auteur notamment des ouvrages suivants: "Média et Démocraitie, La captation de l'imaginaire un enjeu du XXI me siècle", Golias Novembre 2012 -"Erhal (dégage), La  France face aux rebelles arabes" Golias Novembre 2011- "Les révolutions arabes ou la malédiction de Camp David" Editions Bachari Mai 2011- "Hariri de père en fils, hommes d'affaires, premiers ministres" - Harmattan Janvier 2011 -«Liban: Chroniques d’un pays en sursis » (Éditions du Cygne) - «Aux origines de la tragédie arabe”, Editions Bachari 2006 - ”Du bougnoule au sauvageon, voyage dans l’imaginaire français”- Harmattan 2002. «Guerre des ondes, guerre de religion, la bataille hertzienne dans le ciel méditerranéen» (Harmattan 1998)- “De notre envoyé spécial, un correspondant sur le théâtre du monde”, Editions l’Harmattan Mai 2009 - L'Arabie saoudite, un royaume des ténèbres; L'Islam otage du wahhabisme" Golias Automne 2013: www.renenaba.com

commentaires