Dire non à Dieu…

Nous connaissons tous cette histoire qui nous est racontée dans le Coran, une histoire qui s’est passée au tout début des temps, le jour où un être a dit « non » à Dieu.

Dire non à Dieu…

Nous connaissons tous cette histoire qui nous est racontée dans le Coran, une histoire qui s’est passée au tout début des temps, le jour où un être a dit « non » à Dieu. Cette attitude trouve son origine dans la création d’Adam, le premier homme, le père de l’humanité. Ainsi, au moment où il est ordonné à tous les anges de se prosterner devant Adam, un seul être s’y refuse : Iblis.

Profondément croyant et empli de la crainte de Dieu, il a quand même eu l’audace de dire « non ». Iblis, créé de feu, « refusa avec orgueil » de mettre le front à terre devant Adam, créé d’argile. Une foi et une vie de dévotion à Dieu balayées par un sentiment furtif mais ô combien dévastateur et lourd de conséquences. Et Iblis persiste, il justifie son refus : « Tu l’as créé de terre et moi, tu m’as créé de Feu ». Le « moi » était de trop. Le « moi » n’avait pas sa place. Le « moi » a déchu Iblis de la cour divine.

Alors, pour vous qui êtes croyants et croyantes, vous qui avez choisi de dire « oui » à Dieu, cette histoire doit résonner comme un enseignement. Un croyant peut faire volte-face si son cœur l’emporte dans ce qu’il y a de plus mauvais, s’il se noie dans son ego et si les vagues de la vie jettent son âme dans la profondeur des abysses les plus dangereux. Dire non à Dieu c’est tout refuser de ce qu’Il te donne d’amour, de paix, de sens et de cohérence. Dire non à Dieu c’est se retrouver seul face à soi-même, sans filet, sans limites…

Tu vois tous les jours des hommes et des femmes autour de toi que tu voudrais convaincre, à qui tu voudrais expliquer que Dieu existe. Tu aurais tant aimé leur faire comprendre qu’ils sont dans l’erreur et que tu es dans la vérité. Tu voudrais même les convertir. Peine perdue. Ce n’est pas si simple. Ce serait trop facile. Les clés du cœur n’appartiennent à personne. Seul Dieu en a le secret. Il t’est déjà arrivé de parler avec des gens et tu as comme l’impression qu’il y a un voile entre leur cœur et la vérité. Ils ne comprennent pas, ils n’entendent pas. Ce que tu leur dis ne peut pas entrer dans leur cœur ou dans leur tête. Ce qui t’appartient c’est de parler. Convaincre ne te regarde pas. N’essaie pas d’entrer de force dans le cœur des gens. Le chemin vers Dieu est trop mystérieux pour que l’être humain puisse en comprendre le sens.

Ne cherche pas trop loin car il te suffit seulement de parcourir le Coran pour comprendre. Noé avait un fils qui a refusé Dieu ; l’épouse de Loth s’est détournée ; le premier ennemi d’Abraham était son père ; les fils de Jacob ont voulu tuer leur frère Joseph et Muhammad n’a jamais pu amener son bien-aimé oncle Aboû Tâlib à accepter Dieu. Même les prophètes n’ont eu aucun pouvoir sur leurs proches. Tout appartient à Dieu. Désespérer pour les autres ne te servira à rien. Occupe-toi d’abord de ton cœur pour qu’il soit lumière et il rayonnera sûrement autour sans que tu le veuilles. « Parle de Dieu sans en parler ». Dieu c’est ta cohérence, c’est la vérité quand tu parles, c’est refuser de céder aux tentations, aux pulsions, c’est ton cœur qui absorbe le bien et qui tourne le dos au mal.

Profite de ce Ramadan pour trouver dans le secret de tes prières la lumière dont tu as besoin pour être en paix. Il est nécessaire de surmonter la fatigue de ton corps pour parler à Dieu. Quand tu seras le front et le cœur à terre, souviens-toi de ce qui a perdu Iblis et récite de tout ton être cette prière qui t’amènera In Shâ Allah sur le plus beau des chemins : « Seigneur ! Ne fais pas dévier nos cœurs, après nous avoir mis dans le droit chemin ! »

Tout est possible pour le cœur du croyant : aller de l’avant ou revenir en arrière. Dieu t’a donné la liberté pour que tu fasses de ton cœur ce que tu veux…

Auteur : Khalid Mossayd

Auteur, compositeur, interprète, ex-membre fondateur du groupe le « Silence des Mosquées ».

commentaires