Texas : Les musulmans exclus du grand défilé du 4 Juillet

Dans ce son et lumière grandiose qui habillait Round Rock de mille feux, tous les acteurs de la cité, dans la diversité de leurs composantes, y compris religieuses, participaient à la parade… Tous ? Non ! Les musulmans étaient les grands absents de la fête (...)

Texas : Les musulmans exclus du grand défilé du 4 Juillet

Comme partout ailleurs aux Etats-Unis, en ce 4 juillet de fête nationale, la localité de Round Rock, au Texas, était pavoisée aux couleurs historiques et festives du Jour de l’Indépendance, la bannière étoilée flottant au vent, au milieu de mâts ornés d’oriflammes, tandis qu’un défilé hétéroclite mêlant des soldats en uniformes, des anciens combattants, des reines de beauté, des as de la voltige, des personnages de Star Wars, sans oublier le gratin de la politique locale, Républicains et Démocrates confondus, était ovationné par une foule en liesse.

Dans ce son et lumière grandiose qui habillait Round Rock de mille feux, tous les acteurs de la cité, dans la diversité de leurs composantes, y compris religieuses, participaient à la parade… Tous ? Non ! Les musulmans étaient les grands absents de la fête, et ce n’est pas faute d’avoir manifesté leur désir de venir gonfler les rangs. En effet, une fin de non recevoir cinglante fut opposée aux responsables de la mosquée Bait-ul-Muqeet, les autorités se retranchant derrière des « raisons de sécurité » qui ont refroidi l’enthousiasme de la communauté.

Dépités, les dirigeants de la mosquée sont en proie à l’incompréhension, de celle qui sape la cohésion sociale et creuse le fossé des injustices, car leur intention était bonne, à l’image de la bannière qu’ils avaient choisi de brandir : la loyauté à leur pays.

Alors que l’attentat meurtrier de Boston hante encore les esprits, les musulmans de Round Rock attendaient avec impatience la commémoration du 4 juillet pour changer les regards en se faisant les porte-drapeaux de messages de paix : « Les musulmans sont pour la loyauté. L’Amour pour tous, la Haine pour personne », ou encore une devise attribuée au Prophète : « L’amour du pays d’adoption est prôné par notre foi ».

Mais aucun mot d’apaisement n’a fait sens auprès des autorités, insensibles à leur portée, d’autant plus que, quelques semaines auparavant, la cité bruissait d’une rumeur sournoise et délétère qui a embrouillé les esprits et parasité la résonance des vrais slogans de la communauté musulmane. Selon un vétéran du Vietnam, Richard Ehrlich, qui l’a révélé à la presse d’Austin, le bruit courait qu’un « groupe de musulmans » avaient été interdits de défilé pour cause de slogans à la gloire du « djihad ».

Bien que meurtri par le veto de la ville et plus encore par la campagne islamophobe qui a nui à la démarche fort louable de la mosquée Bait-ul-Muqeet dont il est membre, Yasir Mirza, qui fut l’interlocuteur principal de la municipalité, caresse l’espoir que le grave malentendu sera dissipé d’ici à l’année prochaine et que les élus locaux, conscients de s’être fourvoyés, reviendront à de meilleurs sentiments.  

"Nous voulons instaurer une relation positive et de confiance avec la communauté de Round Rock", a-t-il insisté, ajoutant : "C’est difficile de réaliser que notre loyauté est toujours sujette à caution et que nous devons constamment la prouver", tandis qu’une coreligionnaire, Nasira Kahn, a abondé dans son sens en déclarant : "La communauté musulmane est aussi fidèle à son pays que n'importe quelle autre communauté de foi. Mais je pardonne aux gens."

Publicité

commentaires