Lundi 28 July 2014
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Google+
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook

Quand Abdellatif Kechiche était décoré par Ben Ali

Quand Abdellatif Kechiche était décoré par Ben Ali
fr
http://oumma.com/sites/default/files/abdelatif_kechiche.jpg

Info Oumma. Le cinéaste qui a dédié sa Palme d’or aux « Tunisiens » qui ont accompli la « révolution » avait accepté en 2008 une décoration remise au nom de l’ex-despote Ben Ali. Flashback.

Partagez :

Les photographes s’affolent tandis que les convives de la cérémonie affichent leur plus beau sourire. L’homme présent au pupitre, muni de la Palme d’or, dédie sa récompense, obtenue de justesse, «aux jeunes Tunisiens  pour leur acte extraordinaire, la révolution tunisienne, et pour leur aspiration, eux aussi, à vivre librement, à s'exprimer librement et à aimer librement».

Applaudissements nourris dans la salle du festival de Cannes. Qui se souvient alors, hormis une poignée de vieux apparatchiks exilés du régime de Ben Ali, que le cinéaste primé, dénommé Abdellatif Kechiche, s’était montré -autrefois- plus délicat envers les anciens oppresseurs de Tunis ?

Nous sommes en mars 2008. Un mois auparavant, le réalisateur franco-tunisien avait triomphé aux Césars pour « La graine et le mulet » : quatre statuettes décrochées dont celle du meilleur film. Le clan Ben Ali, prompt à tisser des relations avec les Tunisiens influents de l’étranger, se devait d’honorer le fils du pays dont la famille était partie s’installer en Côte d’Azur, dans la ville de Nice. Le jeune Abdellatif avait alors six ans. Et si l’on en croit sa déclaration, prononcée au ministère tunisien de la Culture -lors de sa décoration- et relatée par l’agence TAP, le départ a laissé des traces dans sa mémoire :

« Le ministre de la culture et de la sauvegarde du patrimoine décorant M Abdellatif Kechiche.

TUNIS, 14 mars 2008 (TAP)- Sur instructions du Président Zine El Abidine Ben Ali, M. Mohamed El Aziz Ben Achour, ministre de la culture et de la sauvegarde du patrimoine a décoré vendredi, au siège du département, le réalisateur de cinéma Abdellatif Kechiche, des insignes d'officier de l'ordre du mérite national, au titre du secteur culturel, en présence d'une pléiade d'artistes et de journalistes.

Abdellatif Kechiche s'est dit fier d'avoir reçu cette distinction, exprimant sa gratitude au Président Zine El Abidine Ben Ali pour ce noble geste, ajoutant :''Le fait que le film ait plu au public tunisien constitue un grand honneur pour moi. Cela apaise ma nostalgie du pays'' ».

Après s’être défini -en 2010- comme un citoyen « porté par les idéaux de la République et des Lumières », l’homme qui rend désormais hommage aux insurgés tunisiens ne s’exprime jamais sur son rapport à la Tunisie sous la présidence de Ben Ali. Tout juste peut-on apprendre, au détour d’un entretien, qu’Abdellatif Kechiche a failli -au début des années 2000- se reconvertir dans l’industrie fromagère au sein de son pays natal. Comble de l’ironie : celui qui accepta d’être décoré en 2008 est le même individu qui qualifia, dans un entretien accordé aux Inrockuptibles, le régime de « redoutable dictature » en février 2011 -soit quelques semaines après la chute de Ben Ali.

Amnésie collective

Désormais encensé par François Hollande, le cinéaste n’était évidemment pas le seul à se compromettre avec un régime despotique. Comme l’avait relaté Oumma au début du soulèvement, il existait, en France, un véritable « lobby tunisien » qui s’était toujours montré indulgent envers Ben Ali. S’il doit actuellement subir une cascade de révélations relatives à son attitude méprisante et ingrate lors du tournage houleux de « La vie d’Adèle »,Abdellatif Kechiche -qui se flattait jadis de « mettre tout le monde sur un pied d’égalité »- n’est guère interrogé sur son indulgence passée à l’endroit d’un régime liberticide. D’autant que son apparente désinvolture au sujet des multiples atteintes aux droits de l’homme en Tunisie ne pouvait pas s’expliquer par un manque d’informations. Voici ce que rapportait l’ONG Human Rights Watch à propos de la Tunisie de 2008 :

« Le Président Zine al-Abidine Ben Ali et le parti au pouvoir, le Rassemblement constitutionnel démocratique, dominent la vie politique en Tunisie. Le gouvernement utilise la menace du terrorisme et de l'extrémisme religieux comme prétexte pour réprimer la contestation non violente. Des informations persistantes et fiables font état d'un recours à la torture et aux mauvais traitements pour obtenir des déclarations de la part de suspects en détention.

Les autorités maintiennent en position de faiblesse les quelques partis d'opposition du pays et les marginalisent par le biais de mesures répressives et en les empêchant d'avoir accès à une couverture médiatique.

Les défenseurs des droits humains et les opposants sont en butte à la surveillance, à des interdictions arbitraires de voyager, à des licenciements, à des perturbations de services téléphoniques et à des agressions physiques.

En 2008, la Tunisie a annoncé qu'elle accepterait les visites des rapporteurs spéciaux de l'ONU sur la torture et sur la promotion et la protection des droits humains dans la lutte antiterroriste, mais elle n'a encore jamais conduit de mission au moment où nous écrivons.

La France est le principal partenaire commercial de la Tunisie et son quatrième investisseur étranger. En avril 2008, le Président Sarkozy, pour sa deuxième visite officielle en Tunisie, a déclaré lors d'un diner de réception offert par le Président Ben Ali : « Aujourd'hui, l'espace des libertés progresse [en Tunisie]....J'ai pleinement confiance dans votre volonté de vouloir continuer à élargir l'espace des libertés en Tunisie ». Ni Sarkozy, ni sa secrétaire d'Etat aux droits de l'homme, Rama Yade, qui l'accompagnait lors de ce voyage, n'ont formulé de critiques publiques à propos des droits humains. En revanche, la présidence française a annoncé au cours de sa visite l'achat par Tunisair de plusieurs avions Airbus ».

Informé -en 2008- de sa décoration, Abdellatif Kechiche, déjà « honoré »-trois ans plus tôt- par les autorités tunisiennes, aurait pu formellement la décliner ou, du moins, choisir de ne pas aller la chercher. Il l’a pourtant acceptée. Sa déclaration emphatique, dimanche soir, à destination de ces « jeunes Tunisiens » à l’origine d’un « acte extraordinaire » lui permet dorénavant de rejoindre la longue liste des personnalités que l’on surnomme, avec délicatesse, les « révolutionnaires de la dernière heure ».

Publicité Oumma.com

Commentaires

X
le journal de personne
7 points

Méfie-toi de la palme qui dort
http://www.lejournaldepersonne.com/2013/05/mefie-toi-de-la-palme-qui-dort/

Kechiche a eu la palme d'or au Festival de Cannes;
Rien que pour la rime je dis chiche!
Pour être aimable, je ne dirai pas : Bakchich
Cinématographiquement, rien à dire
Thématiquement, j'aurai mon mot à dire :
Que dans le monde libre tout est désormais possible.

Du coup, j'ai eu droit à un drôle de long métrage
Mon fils voudrait quitter son pays d'origine pour la France
Pour y poursuivre des études supérieures
Et y décrocher quelque trophée
J'ai tout essayé pour l'en dissuader mais rien n'y fait
Il ne jure que par la France.
Terre et mère des droits de l'homme universel
J'ai dit non, mon fils...
Tu vas finir par te retrouver sur le banc des accusés

Et alors dans le monde libre tout est possible
Tu vas être stigmatisé, discriminé, incriminé pour un oui, pour un non
...

X
Libre
3 points

[hadith rapporté dans Al-Boukhari, Kitab al-manaqib, hadith n° 3338. Le hadith dit :
« Les gens questionnaient le Messager d'Allah -Prières et bénédiction d'Allah sur lui- à propos du bien, alors que moi je le questionnais à propos du mal, par crainte qu'il ne m'atteigne. J'ai demandé : « Ô Messager d'Allah ! Nous étions dans une époque de paganisme (al djâhiliya), puis Allah nous a fait don de ce bien (l'Islam). Y aura-t-il après ce bien un [autre] mal ? » Il me répondit : « Oui. » Je lui demanda : « Est-ce qu'après cet autre mal, le bien reviendra ? » Il dit : « Oui, mais il y aura en ce bien des impuretés... » Je lui demanda : « Qu'est ce que ces impuretés ? » Il dit : « Des gens qui ne guideront pas dans la voie dans laquelle j'ai guidé. Tu y reconnaîtras des choses [conformes à la loi d'Allah] et tu en ignoreras d'autres. » Je lui demanda : « Et après ce bien, y aura-t-il un mal ? » Il dit : « Oui, il y aura des prêcheurs qui appeleront vers les portes de l'enfer. Celui qui leur r

X
Libre
3 points

Notre houmma est fractionné en plusieurs groupe alors que nous devrions avoir un seul groupe soumis à dieu.

X
elham
558 points

Steven Spielberg qui préside le jury voulait attribuer la palme au film ''le passé''.
mais certains membre du jury comme cristian Mungiu et lynne Ramsay voulaient envoyer un bras d'honneur aux anti-mariage pour tous, c'est pourquoi la palme a été attribué à keniche pour son film à tendance homosexuelle .

X
koutkout
27 points

Abdellatif Kechiche est l'esclave de maison du feu Malcom X que les politiciens et " intellectuels " français aiment mettre à l'honneur , en les mettant au devant de la scène .

X
michel75200
-1710 points

Le travail de Hicham Hamza donnait lieu jusqu'ici à des articles convaincants, avec un seule exception concernant Taguieff. J'ai donc gardé pour moi une conviction qui semblait contredite dans les faits : que sa méthode a toujours été celle de l'extrême droite et des communistes et qu'elle a permis dans les deux cas à leurs dirigeants de stigmatiser qui il fallait au moment qu'il fallait, au nom d'une soi-disant morale, en réalité pour des raisons politiques peu avouables.

En conservant des informations sur la vie des gens, en constituant au besoin sur eux des dossiers régulièrement mis à jour, il est possible de descendre n'importe qui d'un peu connu, même choisi arbitrairement, en exhibant ses relations - forcément troubles - avec telles ou telles autres personnes ou organisations, ou en faisant sur son passé des révélations honteuses. A fortiori quand il est opportun de faire tomber la foudre sur le symbole momentané d'une liberté honnie.

Comme ces jours-ci Abdellatif Kechiche.

X
TekkiSandan
3 points

@michel7520:
Que reprochiez à M. Hamza? de faire son travail de journaliste? de faire des enquêtes sérieuses?
A mon avis, nous avons besoin de connaitre les personnalités publiques qui se mettent au goût du jour par faute de conviction

X
Spinoza forever
-412 points

Michel, vous avez parfaitement exprimé ma propre pensée concernant le mode de traitement de cette article. Seulement, j'avais craint d'avoir le verbe trop haut, c'est pour cela que je m’étais abstenu de l'écrire. En effet,il ne manque que les photos grimaçantes pour que la peinture de l'extrême droite soit complète.

Aussi, maintenant que je suis à un clavier plus tempéré, je dirai que j'accorde fort peu de crédit à l'auteur partout ailleurs.Il a une detestable tendance,toute soralienne, aux théories du complot.

Garder précieusement en réserve des ordures à balancer à la figures de ceux qui pensent mal.
Cultiver une culture de la victimisation calqué en tout points sur la communauté juive de France.

Faire dans la bigoterie précieuse et offusquée( façon PJD,Enahdda et Frères Musulmans).
Revendiquer ses droits au nom de l’Égalité et les refuser aux autres au nom d'une différence affirmée.

Voila donc où en sont les musulmans de France: triste saison pour le renouveau de la pensée!

X
Easy
-81 points

Moi j'aimerais bien qu'un cinéaste musulman présente au Festival de cannes un film de qualité sur la vie du prophète Mohamed à l'instar du Film "le message" réalisé par le celèbre producteur d'origine syrien Mustafa Al-aqqad.