Samedi 12 July 2014
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Google+
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook

Nous sommes toutes des femmes voilées !

Nous sommes toutes des femmes voilées !
fr
http://oumma.com/sites/default/files/loubia_1.jpg

Nous femmes qui vivons en France, quelles que soient nos appartenances et nos convictions, refusons le contrôle de nos vêtements qui est une des formes classiques du contrôle sexiste de nos corps, et que le patriarcat a toujours voulu exercer sur nous.

Partagez :

Contre un projet de loi qui vise d'abord des femmes et aboutira à les exclure du monde du travail.

 Nous sommes toutes des femmes voilées

Lors de son entretien télévisé du 28 mars dernier, François Hollande a déclaré prévoir une refonte législative en vue du vote d'une loi étendant le champ de l'interdiction des signes religieux dans certains lieux de travail «dès lors qu'il y a contact avec les enfants» notamment « les crèches associatives avec des financements publics ».

Une telle loi, il faut le rappeler, serait contraire à l'esprit comme à la lettre de la loi de 1905 que les prétendus défenseurs de la laïcité ne cessent de bafouer. Elle constituerait une restriction des libertés religieuses que cette loi garantit. Elle ouvre de fait la voie à l'interdiction du port du foulard musulman dans tous les établissements privés gérant un service public et peut-être même, comme on l’entend déjà évoquer, dans les universités.

On veut donc faire adopter une loi qui vise d'abord les femmes, et devrait aboutir à exclure les plus vulnérables d'entre elles du monde du travail et de l'éducation, comme si elles étaient de trop dans cette société. Une telle loi qui, sous prétexte de protéger les enfants d’on ne sait quelle contamination, veut soumettre des femmes à la domination des tenants de la purification nationale, et les réduire au chômage ou à l’invisibilité, est une loi raciste. Elle ne peut avoir pour effet que d'empêcher les femmes musulmanes de s'affirmer dans le monde du travail ainsi que dans l'espace public et politique, comme sujets et comme citoyennes et d’exprimer librement leurs convictions, comme n’importe quel-le citoyen-ne dans un pays démocratique. Contrairement à ce que déclarent tous ceux qui réclament le vote d’une telle loi, l’espace public n’est pas neutre. Il est le lieu de déploiement de la diversité des appartenances, des cultures, des coutumes, des convictions, des histoires individuelles et collectives. En cherchant à le neutraliser on nie cette diversité, et on vise à imposer à tous une culture uniformisée et totalisante. Si elle était votée, la loi annoncée par François Hollande aboutirait à abolir la liberté de conscience et d'expression garantie par nos lois et les conventions internationales, à masquer la diversité et à renoncer à un véritable vivre ensemble, qui implique de vivre et d’agir avec nos différences, et non en les occultant. Elle aurait pour conséquence un nouvel enfermement des femmes musulmanes que l’on confinerait dans leurs cuisines et dans leurs ghettos, et leur exclusion de l’espace public et du monde du travail, alors même qu’elles aspirent à s’investir pleinement dans la vie collective.

Nous femmes qui vivons en France, quelles que soient nos appartenances et nos convictions, refusons le contrôle de nos vêtements qui est une des formes classiques du contrôle sexiste de nos corps, et que le patriarcat a toujours voulu exercer sur nous. L’imposition d’un code vestimentaire quel qu’il soit, qu’il s’agisse d’interdire le port du voile ou de le rendre obligatoire, est une forme de violence, et nous la dénonçons comme telle. Notre corps nous appartient, et le choix de nos vêtements également. Nous revendiquons aussi l'accès au travail pour toutes les femmes, comme nous revendiquons l'égalité de salaire entre hommes et femmes. Nous nous opposons avec la plus grande fermeté au vote d’une loi sexiste et raciste, et nous appelons l’opinion publique à se mobiliser contre son adoption.

Pour signer la pétition

A l'initiative de : 

- Paola Bacchetta, Associate Professor of Gender & Women's Studies, University of California, Berkeley - Louiza Belhamici, Collectif Féministes pour l’égalité (CFPE) - Ismahane Chouder, Formatrice en école de journalisme, Présidente du Collectif Féministes Pour l’Egalité, membre de Participation et Spiritualité Musulmanes (PSM) - Sonia Dayan-Herzbrun, Sociologue, Professeure émérite à l’Université Paris Diderot - Michèle Sibony, Professeur de français

Premières signataires :

France :

- Alice Diop, Réalisatrice - Eleni Varikas, Philosophe, Professeure émérite à l’Université Paris 8 - Sylvie Tissot, Professeure de sciences politiques (Université Paris 8), - Rokhaya Diallo, Chroniqueuse TV, auteure - Jacqueline Lecorre, Médecin, Femmes en Noir - Valentine Zuber, Historienne, Maître de conférences à Ecole Pratique des Hautes Etudes, chaire de "Sociologie des religions et de la laïcité" - Françoise Lorcerie, Chercheuse CNRS - Nawel Gafsia, Avocate - Marielle Debos, Sociologue, Maîtresse de conférences à l’Université Paris X-Nanterre - Nathalie Dollé, journaliste - Marie-Laure Bousquet, retraitée de l’Education nationale - Zahra Ali, doctorante en sociologie à l'EHESS et à l'IFPO - Anouk Guiné, Maître de Conférences, Faculté des Affaires Internationales, Université du Havre - Armelle Andro, enseignante-chercheuse, Université de Paris 1 - Nasima Moujoud, Anthropologue, Maîtresse de Conférences à l’Université Grenoble 2 - Monique Crinon, philosophe - Houria Bouteldja, Parti des Indigènes de la République (PIR) - Catherine Achin, Professeure de Sciences Politiques, Université Paris 12 - Laure Bereni, Sociologue, CNRS - Rada Ivekovic, Philosophe et indianiste - Marguerite Rollinde, Ingénieure, Université Paris 8 - Isabelle Clair, Sociologue CNRS - Cornelia Möser, Sociologue CNRS - Rosemarie Lagrave, Sociologue, Directrice d’études à l’EHESS - Lisbeth Sal, Gauche Anticapitaliste - Nicole Gabriel, Germaniste, Maître de conférences, Université Paris Diderot - Hela Yousfi, Maître de conférences, Université Paris-Dauphine - Hourya Bentouhami, Philosophe, Université Toulouse 2 - Rita Bassil-El Ramy, Écrivaine et journaliste - Hélène Jaffé , Médecin - Valérie Lowit, Ingénieur, Université Paris-Diderot - Marina Da Silva, Journaliste - Tassadit Yacine, Anthropologue, Directrice d’études à l’EHESS - Estelle Ferrarèse, Politologue, Professeur à l’Université de Strasbourg - Virginie Descoutures, Soniologue, INED - Martine Gillet, Chercheure, Institut français de Beyrouth - Karine Parrot, Professeure de droit à l’Université de Cergy Pontoise - Françoise Vibert-Guigue, Éditrice - Marie-Thérèse Atallah, Maire adjointe de Paris 14° - Joëlle Marelli, Traductrice et philosophe, Collège International de Philosophie - Micheline Ferran, Juriste - Amélie Le Renard, Sociologue, CNRS - Nacira Guénif, Sociologue, Maître de conférences à l’Université Paris 13 - Alima Boumedienne, Juriste - Samia Chala, Réalisatrice - Christine Delphy, Sociologue, CNRS - Marie-Elisabeth Handman, Anthropologue, EHESS -Elsa Dorlin, Philosophe, Professeure à l’Université Paris 8 - Evelyne Accad, Écrivaine - Catherine Samary, Economiste, Université Paris Dauphine - Dominique Fougeyrollas, Sociologue, CNRS - Geneviève Sellier, Professeure, Université Bordeaux 3 - Aurélie Damamme, Sociologue, Maître de conférences à l’Université Paris 8 - Sabrina Boussekine, Responsable d’un centre social - Stella Magliani-Belkacem, Editrice - Rojda Alac, Chercheuse en anthropologie - Valeria Argiolas, Langues O, INALCO - Michèle Baubérot, orthophoniste- Joss Dray, Photographe - 

A l'international :

-Angela Davis,  Professor Emeritus, History of Consciousness Program, former Director of Feminist Studies, University of California, Santa Cruz, and public intellectual -Gina Dent, Associate Professor and Chair, Feminist Studies, University of California, Santa Cruz -Amel Ben Said, médecin, Tunis - Rabab Ibrahim Abdulhadi, Associate Professor of Ethnic Studies/Race and Resistance Studies, College of Ethnic Studies, San Francisco State University - Fatima El-Tayeb, Associate Professor, Department of Literature and Ethnic Studies, UC San Diego - Norma Alarcon, Professor Emeritus, Gender and Women’s Studies and Ethnic Studies, University of California, Berkeley, USA - Amina Wadud, Visiting Professor, Starr King School for the Ministry, Graduate Theological Union, Berkeley, CA. - Pat Zavella, Professor, Latin American and Latino Studies, University of California, Santa Cruz -Grace Kyungwon Hong, Associate Professor, Department of Gender Studies and Department of Asian American Studies,  University of California, Los Angeles - Ghazala Anwar, Associate Professor of Islamic Studies, Starr King School for the Ministry, Graduate Theological Union, Berkeley, CA, USA - Dr. Ewa Majewska, Instytut Kultury, UJ, Kraków, Polska (Poland) - Anne Bitsch, Center for Gender Research, University of Oslo, Norway - Dina Siddiqi, Professor, Anthropology, Brac University, Bangladesh - Piya Chatterjee, Professor, Gender and Women's Studies, Scripps College, USA - Huma Dar, Lecturer, Ethnic Studies, University of California, Berkeley, USA - Pat Hilden, Emeritus Professor, Ethnic Studies, University of California, Berkeley, USA - Sokari Ekine, UK/Nigeria - Carmen Rial, Professor, Universidade Federal de Santa Catarina (UFSC), Florianópolis, Brazil - Sarra Kacem, étudiante, Tunisie - Noura Hasni, agricultrice, Tunisie - Amel Messaadi; commerçante; Tunisie - Francirosy Campos, antropólogo, universidade de São Paulo - Inshah Malik, CCP&PT, School of International studies, JNU, India - Jane Anna Gordon, Philosopher, President of the Caribbean Philosophical Association - Joan W. Scott, Professor of Social Science, Institute for Advanced Study Princeton, NJ USA. - Anne-Lise Francois, Associate Professor, Departments of English and Comparative Literature at the University of California, Berkeley, USA - Yolanda Cohen, Professor, Anthropology, Vice-Provost, University of California, Riverside, USA - Greta Gober, Guest Researcher, Centre for Gender Research, University of Oslo - Soniya Amin, Businesswoman, Kashmir - Roshanak Kheshti, Ethnic Studies, University of California, San Diego, USA - Sara Cassetti, San Diego, USA - Ather Zia, Department of Anthropology, University of California, Irvine, USA - Johanna Rothe, History of Consciousness and Feminist Studies, University of California, Santa Cruz, USA - Julie Michelle Klinger, Department of Geography, University of California, Berkeley, USA - Tala Khanmalek, Graduate Student, Ethnic Studies, University of California, Berkeley, USA - Juana María Rodríguez, Professor, Gender and Women's Studies Department, University of California, Berkeley, USA - Annie Isabel Fukushima, Visiting Lecturer, American Studies, Scripps College, USA - Maylei Blackwell, Associate Professor of Chicana and Chicano Studies, University of California, Los Angeles, USA - Ashraf Zahedi, Visiting Scholar at Center for Middle East Studies, University of California, Santa Barbara, USA. - Laura Fantone, Lecturer, Gender and Women’s Studies, University of California, Berkeley, USA - Rebecca Mary Trachsel, Bookseller and Homemaker, Switzerland - Ilaria Giglioli, graduate student, University of California, Berkeley - Kathleen S. Yep, Associate Professor, Asian American Studies, Claremont Colleges, Claremont, California, USA - Burooj Ghani, Graduate Student, Uni Göttingen, Germany - Barnita Bagchi, Department of Modern Languages at Utrecht University - Mayanthi L. Fernando, Assistant Professor of Anthropology, University of California at Santa Cruz - Joyce Zonana, Associate Professor of English at Borough of Manhattan Community, - Sholeh Shahrokhi Department of History & Anthropology, Butler University, Indianapolis, USA - Inshah Malik, CCP&PT, School of International Studies, JNU, India - Aneela Reyaz, Banking Associate, Kashmir - Gauhar Siraj, Munich Polo, Businessman, New Delhi, India. - Shaheena Parveen, Research Student, Department of Psychology, Jamia Millia Islamia, New Delhi, India.  - Farhana Jan, lawyer, Sopore, Kashmir - Tanveer Ahmad, MSW, UK - Sayani Sinha Roy, Journalist, New Delhi. - Lilia Labidi, Visiting Professor, MEI, NUS, Singapore.

Publicité Oumma.com

Commentaires

X
Liliane Bénard
-309 points

Le titre est excellent et la pétition incontournable, à signer sans modération !

X
yukof
284 points

Plusieurs fachos ou autres racistes ont critiqués et affirmés a tort le fait que les femmes voilés seraient réduites a un role de femme au foyer , et que leurs maris les interdisaient de travailler .

Et puis quand des femmes voilés sont actives dans la vie professionnelle , ces derniers trouvent ca honteux ...

il faudrait savoir ce qu'on veut ....

X
michel7520
-1952 points

A propos de l'interdiction du port du hidjab dans les établissements scolaires (écoles, collèges, lycées), j'ai trouvé étrange - puis scandaleux - que, de toutes les préconisations de la commission Stasi, ce soit la seule qui ait été mise en oeuvre alors même que, contrairement à d'autres, elle n'avait pas été adoptée à l'unanimité (Jean Baubérot, historien et sociologue de religions, titulaire de la première chaire d'"Histoire de la laïcité", a voté contre).
J'aurais compris que l'on interdise le niqab, car un enseignant doit pouvoir identifier ses élèves instantanément, même quand elles lui tournent le dos. Mais pas le hidjab !

Sur l'interdiction du niqab dans l'espace public sous peine d'amende, j'étais contre sur le principe (l'espace public n'a pas à être neutre) et je savais cette mesure inapplicable. Elle n'est effectivement pas appliquée... sauf dans des cas exceptionnels qui relèvent de l'arbitraire policier et c'est bien ça le pire !
(à suivre)

X
michel7520
-1952 points

(suite et fin)
J'aurais compris (et même préconisé) qu'on interdise de rester visage caché - par un voile, une cagoule ou un casque, voire par une capuche - dans les locaux incarnant l'autorité de l'Etat (mairies, préfectures et ministères exclusivement), et ceci pour le seul motif de sécurité publique. Mais pas dans les tribunaux (sauf à la barre) ni dans les commissariats (sauf quand il faut prouver son identité), et surtout pas dans tout l'espace public !

Je demande seulement aux musulman(e)s de comprendre que le voile intégral (niqab, burka) choque profondément les non-musulmans européens, exactement autant que les seins nus des Femen choque les musulman(e)s. La tolérance envers la culture de l'autre ne peut être durable si elle reste à sens unique.

Sur le nouveau projet de loi, je suis pleinement solidaire de cette pétition. J'en ai signé une qui était ouverte aux soutiens masculins.

X
Pancole
-4221 points

Incroyable exercice de pure rhétorique visant à faire croire que le choix du voile est un acte d'émancipation féminine tandis que son interdiction serait une vision machiste d'une société coercitive!

Invraisemblable inversion de sens.

On croit rêver.

C'est ce qui s'appelle vouloir faire prendre des vessies pour des lanternes.

X
Liliane Bénard
-309 points

Non Palazzo, il ne s'agit pas de choisir le voile mais de se reconnaître parmi les voilées en bonne confraternité.
Interdire le voile au contraire les exclut de nos rangs.
Michel qui est un homme a bien vu que la loi proposée semble de plus sexiste si elle ne s'adressait qu'aux femmes. Les juristes y ont inclus les cagoules des braqueurs...
Nous avons de bonnes raisons de nous unir aux voilées ainsi discriminées et confondues avec des criminels...

X
Pancole
-4221 points

Pour ne pas être exclus de la société civile il suffit de l'ôter c'est aussi simple que cela.

La société reconnaît ceux qui ont des conceptions de la laïcité conformes à celles enseignées dans nos écoles (EDUCATION NATIONALE LAIQUE).
Il est tout de même ahurissant qu'une religion revendique la liberté d'expression pour l'enlever à celles et ceux qui y adhérent en imposant des obligations d'ordre supérieur?

Pourquoi ne pas vous interroger sur le caractère anti-démocratique de certaines religions?

X
yukof
284 points

@ palazzo

c'est plutot dans vos propos qu'on croit rever ...

le caractère anti-démocratique de certaine religion ? mais je vous rassure sur ce point là , comme dit le coran "nulle contrainte en religion" , le port du voile se soumet au choix de la femme seule !!!

mais c'est le fait meme que certaines femmes aient choisi de porter librement le voile qui semble vous déranger ... voire vous énerver ... il faut que vous appreniez a etre plus tolérant ... il faut que vous appreniez a respecter le choix des autres (et c'est aussi un pillier important de la démocratie ) .

chacun est libre de sa propre personne et de ses propres choix , le jour où ont comprendra cela il n'y aura plus de problèmes ... malheureusement la regression intellectuelle de certains empêche de s'ouvrir au monde ...

X
Pancole
-4221 points

Monsieur Yukof, arrêtez vous salades!.
En lecture express il est dit, qu'à "une large proportion, il y a consensus dans la galaxie musulmane pour que la charia soit appliquée."

Ce n'est donc pas une histoire de religion mais bien une adhésion à des valeurs sociétales qui ne sont pas les nôtres.

Dites-moi en toute sincérité si vous ne souhaiteriez pas que la charia supplante le droit romain en France?

Je crois qu'il y a aussi consensus dans les pays musulmans pour que le droit et le code de la famille français ne puissent être appliqués dans la galaxie musulmane.
De la même manière, sachez-le il y a consensus dans la galaxie occidentale pour que la charia soit rejetée dans son ensemble comme contraire à nos valeurs.

Vous utilisez la démocratie. C'est une évidence qui n'échappe à plus personne.

Parler de liberté des femmes et de leur libre arbitre est une vaste blague pour ne pas dire fumisterie.

Dans une société chacun n'est donc pas libre de ses choix. Faudra vous y faire.

X
michel7520
-1952 points

@ yukof

"Il faut que vous appreniez à être plus tolérant [et] à respecter le choix des autres."

Cette interpellation s'adressait à Palazzo. Cependant, moi qui me sens glacé à la vue d'un niqab noir habillant une femme, mais qui suis opposé - au nom de la liberté de conscience - à son interdiction dans l'espace public, j'aimerais savoir jusqu'où va votre propre tolérance envers des comportements qui heurtent vos conceptions morales et envers une culture qui ne ressemble pas du tout à celles des pays musulmans.
D'où mes questions :

1) D'après l'étude sur "Religion, politique et société", menée de 2008 à 2012 auprès de 38 000 personnes issues de 39 pays, "les musulmans sondés ne transigeront jamais avec [..] la prostitution, l’homosexualité, le suicide et l’alcool".
Avez-vous appris à être tolérant et respectueux vis-à-vis de l'homosexualité et de l'ouverture du droit au mariage et à l'adoption - réduite 'de facto' aux enfants de leur conjoint - aux couples homosexuels ?
(à suivre)

X
michel7520
-1952 points

(suite 1)
2) La jeune Amina a fait scandale en Tunisie en publiant des clichés d'elle sur un réseau social, la poitrine nue et barrée des mots : "Mon corps m'appartient, il ne représente l'honneur de personne". Elle a été menacée de lapidation par des salafistes, séquestrée par ses parents, puis a réussi à s'enfuir et à témoigner des sévices qu'elle avait subis (enlèvement en pleine rue, abrutissement aux médicaments, test de virginité...).
Avez-vous été rspectueux envers les choix d'Amina ou d'accord avec ses parents ?

3) Trois Femen ont manifesté aux abords de la Grande Mosquée de Paris, poitrine nue, tenant une banderole (noire comme le drapeau salafiste et sur laquelle était écrite la shahada), qu'elles ont ensuite brûlée.
Si vous avez été indigné par cette action, est-ce surtout parce que ces femmes
- avaient les seins nus ?
- ont brûlé la banderole ?
- ont manifesté tout près d'une mosquée ?
Ensuite, avez-vous appris à être plus tolérant envers les actions des Femen ?

X
michel7520
-1952 points

(suite 2 et fin)
Vous avez aussi proposé à Palazzo un principe : "Chacun est libre de sa propre personne et de ses propres choix."
Dans les trois cas que je vous ai présentés, avez-vous été entièrement fidèle à ce principe ?

NOTE : Si vous souhaitez connaître ma position sur un de ces cas, vous la trouverez en lisant mes commentaires des articles où le thème correspondant a été traité sur ce site :

A) sur Amina et les Femen :
- "Ma liberté ne passe pas par la nudité (vidéo)" 16/04/2013 (6 posts)
- "#MuslimahPride : des Tunisiennes se dressent contre les Femen" 8/04/2013 (1 post)
- "Démissions chez les Femen" 7/04/2013 (5 posts)

B) sur l'ouverture du droit au mariage et à l'adoption aux couples homosexuels :
- "Les propos de l’UOIF sur le mariage homosexuel condamnés par Najat Vallaud Belkacem" 15/11/2012 (2 posts à la fin du forum)
- La déclaration solennelle du CFCM et le forum correspondant ne figurent plus dans la liste des "Lectures express" du site.