Maroc : exclues de leur collège à cause de leur voile

Elles s’appellent Fatim, Zohra, Nesrine et Asma, sont toutes les quatre des collégiennes studieuses, et ont le triste privilège d'être logées à la même enseigne (...)

Maroc : exclues de leur collège à cause de leur voile

Elles s’appellent Fatim, Zohra, Nesrine et Asma, sont toutes les quatre des collégiennes studieuses, et ont le triste privilège d'être logées à la même enseigne : ces jeunes filles qui poursuivaient tranquillement leur scolarité dans l’établissement Ibn Sina, à Tanger, ont vu la disgrâce s'abattre soudainement sur elles pour un motif qui, en terre musulmane, laisse sans voix.  Elles ont été exclues pour leur voile jugé trop long et couvrant !

La réalité marocaine, source intarissable d’enchantement pour les touristes occidentaux, perd de sa magie quand elle dévoile les paradoxes criants qui frappent si durement et injustement les sujets du roi, même les plus jeunes et innocents d’entre eux.

Comment des jeunes filles marocaines peuvent-elles être montrées du doigt, ostracisées, jusqu’à être terrorisées par les agents de sécurité du collège qui les ont menacées de leur arracher leur voile, et même malmenées par le proviseur en personne, dans un pays où le souverain omnipotent est le Commandeur des croyants ?

L’incompréhension des collégiennes et l’indignation de la mère de l’une d’entre elles sont à la hauteur d’une expulsion aberrante et scandaleuse : "Est-ce que je ne suis pas marocaine dans un Etat musulman ?", interroge une des jeunes filles dans la vidéo ci-dessous. "C’est notre droit de porter le voile dans un pays musulman. L’éducation, c’est essentiel pour nous", s’exclame une autre. "Le proviseur a frappé ma fille", s’emporte la mère de l’une d’elles, "C’est la honte, la honte", se lamente-t-elle, avant de déclarer : "Nous allons nous tourner vers les autorités supérieures".

Comment une telle humiliation et discrimination, qui ressemblent à s’y méprendre aux mesures d’exception liberticides contre le voile qui sévissent en France, peuvent-elles avoir pour cadre un pays musulman, de surcroît sous Abdel-Ilah Benkiran, un islamiste dit « modéré » promu chef de gouvernement par Mohammed VI ?

On n’ose imaginer l'impensable, à savoir que le Maroc serait influencé par le modèle français, qui n'est pourtant plus un parangon de vertu depuis belle lurette, au point d’importer sur son sol une de ses spécificités les moins honorables : la diabolisation du voile…

commentaires