L’Irlande, la terre où il fait bon vivre pour les musulmans

Dans cette Irlande luxuriante, aux racines catholiques, où la religion est au cœur du quotidien, l’essor de la communauté musulmane se passe sous de bien meilleurs auspices qu’ailleurs en Europe (...)

L’Irlande, la terre où il fait bon vivre pour les musulmans

Il y a deux décennies, la verte Erin comptait 4 000 musulmans en son sein. Un bond en avant dans le présent, en 2011, a vu cette présence musulmane bondir également de 51% depuis 2006, pour atteindre 49 204 individus dont près de 12 000 enfants d’âge scolaire, sur une terre insulaire particulièrement hospitalière.

Dans cette Irlande luxuriante, aux racines catholiques, où la religion est au cœur du quotidien, l’essor de la communauté musulmane se passe sous de bien meilleurs auspices qu’ailleurs en Europe, sans qu’aucun nuage noir, annonciateur de discriminations et d’islamophobie, ne s’amoncelle dans un ciel au beau fixe.

Statistiques et témoignages convergent dans le même sens : il fait bon vivre pour les musulmans sur le sol accueillant du trèfle à trois feuilles, symbole de la Sainte Trinité. Preuve en est, l’étude réalisée en 2012 par la Commission européenne sur la discrimination dans l’Union européenne, qui a fait ressortir que 79% des Irlandais jugeaient la discrimination fondée sur la religion ou les croyances comme « rare » ou même « inexistante », tandis qu’à l’inverse, 66% des sondés français décrivaient ce fléau comme « généralisé » au pays des Lumières. Pays des Lumières, dont les valeurs républicaines s’éclairent à la lueur blafarde du flambeau humaniste…

Pour le professeur OliverScharbrodt, enseignant à l’Université de Cork, les musulmans, l’islam et leurs traditions sont les bienvenus en Irlande : "Lorsque nous évoquons l’élargissement et la diversification de la population irlandaise, vous n’entendrez aucun discours alarmiste sur la recrudescence de la présence musulmane, aucune rhétorique de la peur", a déclaré ce dernier au magazine The Atlantic.

Privilégiant le vivre-ensemble dans le respect mutuel, cette acceptation irlandaise de l’altérité est intrinsèquement liée à l’histoire du pays, marquée tragiquement au 19ème siècle par la Grande Famine, le paupérisme et une émigration massive vers les Etats-Unis, façonnant, plus qu’ailleurs, un état d’esprit ouvert à son prochain, d’où qu’il vienne.

"Tout politicien irlandais rappellera toujours que son pays est une nation d'émigrants", a confié, pour sa part, Saïd El Bauzeri, lequel, depuis son Maroc natal, a choisi de s'installer en Irlande il y a 14 ans de cela.

Véritable spécificité qui mériterait d’être largement exportée, la tolérance à l’irlandaise ne résonne pas seulement à travers de beaux discours. Elle prend forme et vie concrètement, sur le terrain, la construction sans encombres de lieux de culte en étant la matérialisation la plus tangible et visible.

Dans le quartier Clongriffin, à Dublin, un centre islamique comprenant une mosquée, une école et un centre de remise en forme, est récemment sorti de terre, sans être en butte aux frondes hostiles et tonitruantes bien de chez nous, qui se liguent sans répit pour crier à l’islamisation insidieuse de l'Hexagone.

"Mes voisins sont irlandais. Mes enfants vont à l'école avec des enfants irlandais. Je pense que c'est vraiment une histoire positive à raconter, c’est celle de l’intégration en Irlande", s’est exclamé El Bauzari. La recette d’une intégration réussie est simple et lumineuse comme l'est l'Irlande, là où les esprits sont apaisés et ne portent pas un regard méprisant, apeuré ou soupçonneux sur des nouveaux arrivants, concitoyens, voisins, collègues de travail et amis qui ont l’islam pour religion. 

commentaires