Kenza Drider dénonce un livre mensonger sur le niqab

Jérôme Cahuzac et Gilles Bernheim ne sont pas les seuls à user de pratiques frauduleuses. Même les acteurs de la recherche peuvent sombrer dans l'escroquerie intellectuelle, surtout lorsqu'il s'agit d'étudier des musulmans sur lesquels on se permet d'écrire n'importe quoi.

Kenza Drider dénonce un livre mensonger sur le niqab

Jérôme Cahuzac et Gilles Bernheim ne sont pas les seuls à user de pratiques frauduleuses. Même les acteurs de la recherche peuvent  sombrer dans l'escroquerie intellectuelle, surtout lorsqu'il s'agit d'étudier des musulmans sur lesquels on se permet d'écrire n'importe quoi.

Une doctorante en sociologie, Maryam Borghée, se serait livrée à un faux grossier  dans le cadre de son master  sur le voile intégral récemment publié aux éditions Michalon. Maryam Borghée prétend avoir écrit son travail sur la base d'un échantillon d'une trentaine de femmes portant le voile intégral, mais qui sont toutes affublées d'un pseudonyme. Une seule femme est nommément citée : Kenza Drider, très médiatisée lors de la polémique antiniqab de 2009 à 2011.

Sans doute Maryam Borghée n'imaginait-elle pas que la seule femme identifiable de son "échantillon" était suffisamment lettrée pour prendre connaissance de son livre. Dans cette vidéo diffusée par OummaTV, Kenza Drider  a démenti  l'avoir rencontrée et avoir tenu les propos qui lui sont attribués dans douze pages du livre. Elle accuse Maryam Borghée d'affabulation complète. Que penser alors du reste de son échantillon, resté anonyme?

Nous offrons ici à Kenza Drider l'occasion de dénoncer ces mensonges qui nuisent au monde de la recherche. Nous la laissons s'exprimer sans commentaire. Nous  attendons une réaction de la communauté scientifique, notamment celle qui a été amenée à évaluer le travail de l'étudiante.

commentaires