Mercredi 10 December 2014
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Google+
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook

Birmanie : des émeutes anti-musulmanes font 32 morts et brûlent des mosquées

Birmanie : des émeutes anti-musulmanes font 32 morts et brûlent des mosquées
fr
http://oumma.com/sites/default/files/birmanie.jpg

Partagez :

Depuis plus d’un an, les flambées de violences ont la couleur rouge sang du génocide en Birmanie, notamment dans l’Etat d’Arakane, sous couvert d’affrontements interreligieux instrumentalisés qui persécutent la communauté musulmane, sans pitié ni trêve.

Sous les cieux assombris de la purification ethnique, une minorité de musulmans apatrides, particulièrement meurtrie et oubliée de tous, les Rohingyas, s’est tragiquement rappelée à la mémoire de la communauté internationale comme étant l’une des minorités les plus martyrisées au monde, selon un classement établi par l’ONU.

Les destructions de biens, les agressions, viols, et homicides illégaux ont redoublé sous la fureur des Rakhines bouddhistes et des forces de sécurité, qui font régner la terreur parmi une population musulmane birmane majoritairement issue d’Inde, de Chine ou du Bangladesh. Une terrible répression qui reflète des décennies de divisions ethniques et religieuses, et qui a connu une nouvelle escalade haineuse, mercredi dernier, dans la ville de Meiktila, située à 130 kilomètres de la capitale Naypyidaw.

Une simple querelle entre un vendeur musulman et des clients a dégénéré, embrasant littéralement la petite bourgade pendant trois longs jours, mais aussi d’autres communes limitrophes, des moines bouddhistes, déchaînés contre les habitants musulmans, ayant transformé la ville en coupe-gorge. Le bilan ne pouvait qu’être macabre : plus de 40 mosquées et maisons habitées par des familles musulmanes ont été incendiées, tandis que 32 corps calcinés gisaient dans les rues, sans oublier plus de 9 000 musulmans déplacés.

"La plupart des maisons appartiennent aux musulmans, on n’avait jamais vu ça ici", a déclaré un fonctionnaire de service à l'Agence France-Presse (AFP) sous couvert d'anonymat. "Tout s'est passé si vite", se lamente une femme, sous le choc. "Certaines personnes ont détruit les maisons. Nous sommes désolés. Nous ne voulions pas que les choses se passent ainsi", a-t-elle confié, bouleversée.

Pour les leaders ethniques, cette violence paroxystique signe l’échec du gouvernement birman, et plus particulièrement de son président réformateur Thein Sein, aux commandes du pays depuis deux ans, qui prêche la paix, quand l’armée fait, elle, parler les armes.

Alors que la ville dévastée de Meiktila a été placée, samedi, sous état d'urgence, et que des responsables bouddhiste, musulman, hindou et chrétien ont lancé, dimanche, un vibrant appel à la réconciliation nationale dans la presse officielle, le sommet de l’Etat a, lui, mis en garde lundi contre  «l’extrémisme religieux», tout en promettant de pacifier les relations  entre bouddhistes et musulmans.

Le communiqué officiel a choisi les mots de l’apaisement, précisant que les déplacés seront réinstallés au plus vite, en fonction des conditions de sécurité. « Des discussions seront engagées pour reconstruire la confiance entre les communautés », pouvait-on lire.

Rétablir la confiance entre oppresseurs bouddhistes et opprimés musulmans, entre bourreaux et victimes, une sacrée gageure, pour ne pas dire plus. Et que penser de l’incident de vendredi dernier, au cours duquel des journalistes de médias étrangers et birmans ont été pourchassés par des moines bouddhistes et des jeunes hommes armés de couteaux et de bâtons, si ce n’est qu’il n'augure rien de bon dans un ciel sans éclaircie salvatrice à l'horizon.

 

 

 

Publicité Oumma.com

Commentaires

X
michel7520
-1952 points

J'ai fait un rêve :
La communauté internationale, par la voix de l'ONU, s'indigne du sort fait aux musulmans qui résident en Birmanie. Une résolution votée par le Conseil de Sécurité (la Chine et l'URSS s'abstenant sans utiliser leur droit de véto) somme le gouvernement de ce pays de retirer ses troupes des zones où cohabitent bouddhistes et musulmans et de rétablir la paix civile par un véritable dialogue inter-ethnique et inter-religieux.
Le gouvernement - et plus particulièrement son président Thein Sein - ayant refusé d'obtempérer, laissant les bouddhistes continuer impunément à persécuter les Rohingyas, l'armée birmane ayant non seulement poursuivi mais intensifié ses opérations "punitives" contre les populations musulmanes, celles-ci sont menacées d'extermination à brève échéance.
L'ONU, dans l'urgence, donne mandat aux USA et à ses alliés dans la région (sur la base du volontariat) de faire plier le pouvoir militaire birman par une intervention armée.
(à suivre)

X
michel7520
-1952 points

(suite et fin)
Peu de temps après, l'opération - menée par les USA et réalisée par une coalition comprenant des pays de la région - réalise ses objectifs en quelques jours de combats, meurtriers pour la population birmane toutes confessions confondues. La vie de la plupart des Rohingyas n'est plus en danger, mais s'ouvre une période transitoire compliquée.
Fin du rêve.

Que diraient les musulmans dans le reste du monde ?
- que l'impérialisme états-unien a encore frappé, avec l'aide de ses valets locaux, pour mettre au pas un pays souverain ?
- que les ressources naturelles de la Birmanie, dont l'estimation avait été récemment réévaluée à la hausse, a été le principal motif de l'intervention ?
- ou qu'un génocide, contre lequel ils avaient alerté l'opinion et demandé une action énergique de la communauté internationale, a été stoppé ?

Je ne parierais pas sur la troisième option.
Je sais trop bien ce qui a été dit à la suite des interventions de l'OTAN en Bosnie, puis au Kosovo.

X
nanny
27 points

Mais que font Jane Birkin et sa copine, la Dame qui fait pousser des fleurs dans ses cheveux?

Et Michel 750 ou 751 , je ne sais plus, qui pendant ce temps rêve! Non mais je rêve!

Qui vous dit que les Etats-Unis interviennent comme ça quand leur intérêt n'est pas en jeu et que la sacro-sainte sécurité d'Israël n'est pas menacée?

Vous faites des rêves inutiles mais c'est votre droit le plus absolu.

Nous connaissons tous la référence à la Bosnie et au Kosovo toujours mise en avant par un certain Bernard copain de Michel : Il n'y a pas de pétrole ni dans l'une ni dans l'autre et pourtant les avions Américains ont été mis à contribution. Mais en dehors du pétrole il y a aussi les intérêts géostratégiques et le désir de casser la Serbie alliée de la Russie qui n'est toujours pas en odeur de sainteté auprès des Américains. C'est une raison hautement plausible d'une intervention.

X
Yannick Laude
-1127 points

Les Rohingyas sont victimes du mal du siècle: les guerres de religion! Ils ont pour seul tord de vivre dans la province d'Arakan, haut lieu d'une secte bouddhiste, dite theravâda, qui prône le retour aux sources de la vraie parole de Bouddha! Eh ouais, même les babas cool ont leurs salafistes! La minorité chrétienne Kachin n'est guère mieux lotie et vit d'ailleurs en guérilla plus ou moins permanente depuis plus de 30 ans avec Rangoon. Comme de bien entendu, pour survivre, ces minorités persécutées figurent au premier rang des trafics divers, si bien que la bonne bourgeoisie birmane en tire prétexte pour entretenir des tensions communautaires et encore accroître la répression. La boucle infernale est-elle bouclée? Il serait très décevant, et même décourageant, qu'Aung San Suu Kyi ne se révèle finalement qu'une birmane national-bouddhiste et non la grande dame espérée par la communauté internationale.

X
Liliane Bénard
-309 points

Il est évident qu'il faut défendre les musulmans birmans et dénoncer la destruction des mosquées !

La photo qui introduit cet article est infernale.

Les Rohingya ont été décimés en vue d'un nettoyage ethnique. Les femmes musulmanes n'ont pas le droit d'avoir des enfants...et les citoyens sont dépourvus de toute nationalité. Ils constituent certes une minorité qu'il faut protéger...

Ce nettoyage ethnique est à dénoncer...dans un pays qui voudrait vivre en démocratie !

X
michel7520
-1952 points

Zohra MAHI,

Ainsi, vous choisiriez la première de mes trois options.
Le principal motif de l'intervention serait l'intérêt géostratégique qu'aurait l'impérialisme US à "casser" l'Etat birman appartenant à la sphère d'influence de la Chine, qui n'est pas "en odeur de sainteté" [belle expression typiquement catholique, sous la plume d'une musulmane !] auprès des Etats-Unis.
[et non pas des "Américains", habitants d'un continent allant de l'Océan Arctique à l'Océan Antarctique]

Mais avez-vous réfléchi au cas de la France ?
Elle a participé volontairement aux opérations de l'OTAN en Bosnie et au Kosovo (ce qu'elle a refusé en Irak) alors que la Serbie avait été pour elle un allié multiséculaire (d'où l'attitude de ses troupes en Bosnie, bienveillante envers les milices pro-serbes avant l'intervention, et protectrice ensuite envers des hommes recherchés par le tribunal de La Haye pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité).
Où était donc, selon vous, son intérêt géostratégique ?