Sondage RMC: Une femme qui porte le foulard islamique en entreprise : est-ce que cela vous gêne ?

Mis KO par la décision de la Cour de cassation qui a annulé le licenciement de la salariée "voilée" de la crèche associative Baby Loup en 2008, les laïcards de gauche comme de droite, qui ont fait du combat contre le hijab, la priorité des priorités (...)

Sondage RMC: Une femme qui porte le foulard islamique en entreprise : est-ce que cela vous gêne ?

Mis KO par la décision de la  Cour de cassation qui a annulé le licenciement de la salariée "voilée" de la crèche associative Baby Loup en 2008, les laïcards de gauche comme de droite, qui ont fait du combat contre le hijab, la priorité des priorités, bien avant la lutte contre le chômage, les inégalités sociales et  la crise financière en Europe, tentent par tous les moyens de prendre leur revanche en lançant un énième débat national sur ces filles voilées, en  vue de les priver, par une loi, du seul emploi auquel elle peuvent encore prétendre en France: celui de la garde d'enfants.

Dans cette optique, il convient de préparer les esprits en organisant par exemple des sondages  minables via les médias, à l'image de  RMC, qui  en a pondu un dès jeudi matin (voir ci-dessous), avec la question suivante: "Une femme qui porte le foulard islamique en entreprise : est-ce que cela vous gêne ?".  On remarquera ici que "foulard" est suivi du terme  "islamique" pour mieux cibler les musulmanes, qui comme chacun sait sont les seules sur Terre à porter un foulard. Comment alors qualifier  le foulard  de Marcela Iacub, auteure du livre vulgaire "Belle et Bête" encensé par une partie de la presse, dans lequel elle raconte son histoire avec DSK?

On ne saurait trop suggérer à RMC de pousser plus loin sa logique discriminatoire en élargissant  cette interdiction à d'autres lieux que celui du travail. Ce qui donnerait la question suivante: "Une femme qui porte le foulard islamique dans les transports en commun,  dans la rue, dans l’ascenseur,  dans la cage d'escalier, chez le boucher, chez le boulanger, chez le plombier,  et même à son domicile : est-ce que cela vous gêne?" 

commentaires