Véronique Genest, persona non grata dans « On n’demande qu’à en rire »

Véronique Genest, qui était sur le point de faire son entrée en scène en tant que membre du jury, s’est vue interdite de plateau par la productrice Catherine Barma, laquelle s’est ravisée in extremis, en accord avec la direction de la chaîne.

Véronique Genest, persona non grata dans « On n’demande qu’à en rire »

Sa présence dans « On n’demande qu’à en rire » sur France 2 aurait au mieux fait rire jaune, et au pire provoqué un tollé, Véronique Genest, qui était sur le point de faire son entrée en scène en tant que membre du jury, s’est vue interdite de plateau par la productrice Catherine Barma, laquelle s’est ravisée in extremis, en accord avec la direction de la chaîne.

Dans un exercice de contrition sincère, Catherine Barma sur Itélé a dit regretter d’avoir proposé à la comédienne, sur la pente glissante de l’islamophobie instrumentalisée, de rejoindre le jury de l’émission, en affirmant ne pas avoir mesuré "la force de ses propos".

"Après en avoir discuté avec la direction, dont Philippe Vilamitjana, sa venue pour une émission d'humour c'était un peu décalé. C'est vrai que ce n'est pas le moment. Il faut que Veronique Genest fasse des choix. J'ai eu tort de lui proposer à ce moment là. Je ne me suis pas assez rendue compte de la force de ses propos", a expliqué la productrice. 

Les contribuables, que nous sommes, ne peuvent que se réjouir de cette sage décision du service public de l’audiovisuel, car, au-delà d’une prise de conscience salutaire que l’on aimerait voir prévaloir dans d’autres programmes, le mélange des genres délétère incarné par la marionnette sous influence qu’est Véronique Genest aurait été, de loin, le plus mauvais gag de l’émission…

 

 

commentaires