Pays-Bas : un député d’extrême-droite suscite l’émoi en se tournant vers l’islam

Impénétrables et indicibles, les mystères du cœur impulsent des émotions qui submergent un être et bouleversent une vie, à l’image d’Arnoud Van Doorn, un député néerlandais d’extrême-droite, littéralement touché par la grâce divine et musulmane.

Pays-Bas : un député d’extrême-droite suscite l’émoi en se tournant vers l’islam

Dieu seul sait ce qui anime les cœurs qu’Il guide vers sa lumière, même les plus insoupçonnables, les plus arides ou les plus antagonistes d’entre eux, même ceux qui se sont laissés enivrer par des chants de sirènes stridents et haineux, s’éclairant à la lueur électrisante du flambeau nationaliste.  

Impénétrables et indicibles, les mystères du cœur impulsent des émotions qui submergent un être et bouleversent une vie, à l’image d’Arnoud Van Doorn, un député néerlandais d’extrême-droite, littéralement touché par la grâce divine et musulmane.

Siégeant sous les couleurs du parti « PVV » dont le leader rageur n’est autre que Geert Wilders, islamophobe et pro-israélien convaincu, Arnoud Van Doorn a créé un séisme de forte magnitude dans ses rangs, mais aussi parmi ses pairs médusés du temple législatif, en levant un coin du voile sur son inclination irrépressible pour l’islam.

C’est sur son compte Twitter que le parlementaire, préparé à encourir l’opprobre, a annoncé sa conversion à la religion qui a le redoutable honneur de détenir la palme des sujets sensibles, inspirant invariablement un traitement passionnel, révélateur d’une ignorance et d’une diabolisation savamment orchestrées et banalisées. Dans un deuxième tweet, la Shahada était écrite en toutes lettres en arabe, comme pour mieux officialiser son islamité.

Au fil d’un cheminement intime et confidentiel, sa quête de sens en éveil lui a dicté de s’imprégner des fondements et enseignements de l’islam, de découvrir la quintessence du message Coranique afin d’en saisir la profondeur, avant de franchir le pas décisif qui marque l’aboutissement d’un parcours initiatique et réfléchi menant à une proximité privilégiée avec le Très-Haut.

"C'est une décision très importante, que je n'ai pas prise à la légère", a déclaré celui qui a suscité stupeur et chuchotements autour de lui, l’étonnement général teinté de scepticisme et de mépris l’emportant sur la raison, dans un microcosme politique qui ne se résout pas à ce qui dépasse son entendement.

Pourtant, aux Pays-Bas comme ailleurs, l’exercice de la politique tourne souvent à la pantalonnade sinistre, inimaginable même dans nos plus sombres prédictions, l’effarement étant la plupart du temps du côté des citoyens…

"Je peux comprendre que les gens soient incrédules, d’autant plus que ma conversion est très inattendue pour beaucoup d'entre eux", a confié Arnoud Van Doorn à la chaîne Al-Jazeera English, en précisant que depuis plus d’un an, il menait des recherches sur le Coran, les Hadiths et la Sunna, riche des liens étroits qu'il avait noués avec des responsables musulmans, et ce dans le plus grand secret, seules quelques rares personnes de confiance étaient dans la confidence.

Difficile de ne pas éprouver une certaine jubilation devant l’improbable conversion à l’islam, sauf pour le principal intéressé lui-même, d’un député du parti populiste par excellence, d’autant plus que celui-ci fait un joli pied de nez à Geert Wilders en révélant que c’est à force d’être abreuvé de préjugés et de rhétoriques anti-musulmans que son intérêt a été aiguisé.

"J'ai entendu tellement d'histoires négatives au sujet de l'Islam que j’ai décidé de ne me fier qu’à mon libre arbitre, et de faire mes propres recherches", a commenté Arnoud Van Doorn sur Al-Jazeera, devenu un « traître » pour ses détracteurs les plus virulents.

Heureusement, des réactions plus positives et encourageantes ont contrebalancé agréablement les jugements sans appel, réconfortant l'élu qui a rendu son tablier d’extrémiste de droite, sans pour autant renoncer à la politique, pour se parer des nouveaux atours de l’homme serein, sûr d’avoir trouvé sa voie.

"J'ai fait des erreurs dans ma vie comme beaucoup d'autres. A partir de ces erreurs, j'ai appris beaucoup de choses, et depuis ma conversion à l'islam, j'ai le sentiment que j'ai enfin trouvé ma voie. Je me rends compte que c'est un nouveau départ et que j'ai encore beaucoup à apprendre", a-t-il insisté, avant de conclure en souriant à l'avenir et à l’horizon lumineux qui s’offre à sa vue : "J'ai toute confiance en Allah pour me soutenir et me guider à travers ces moments".

commentaires