Samedi 20 September 2014
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Google+
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook

Rayonnement culturel et universel de l'islam (vidéo)

Rayonnement culturel et universel de l'islam (vidéo)
fr
http://oumma.com/sites/default/files/default_6.jpeg

Partagez :

Un bref voyage en terre d'islam pour mesurer l'apport de cette civilisation sur la culture et le développement intellectuel de l'Europe.

Publicité Oumma.com

Commentaires

X
Waglioni
-1249 points

Le problème est toujours le même avec des non-spécialistes qui ne savent pas le traître mot du sujet dont ils parlent. Mais dans une émission aussi prestigieuse que celle-ci (« Le dessous des cartes »), on est en droit de s’attendre à l’exactitude.
or voici ce que l’on entend (vers 6:00) :
« Al-Khawarismi est aussi à l’origine du mot algorithme, qui n’est autre qu’une traduction de son nom latinisé, et après l’algèbre et les algorithmes, il va introduire ... »

L’erreur consiste a dire (et à croire) que Al-Khwârizmî a « introduit les algorithmes ». C’est stupide, puisque les algorithmes (au sens moderne de « procédés calculatoires finis ») sont attestés dès le second millénaire avant notre ère, en Egypte et en Mésopotamie.

--->

X
Waglioni
-1249 points

--->

Le fait est que dans son exploration de procédés algébriques, Al-Khwârizmî expose certains algorithmes. Mais historiquement son nom a d’abord servi à désigner (en latin), ceux, "les algoristes", qui faisaient usage des « chiffres indiens » et de l’écriture des calculs, contre les tenants de la pratique de l’abaque (ou du boulier), "les abaquistes ». Ce n’est que très récemment, avec l’irruption du calcul mécanique puis avec l’informatique, que l’on parle d’algorithme dans le sens où on l’entend aujourd’hui (« procédé calculatoire fini »).

X
Liliane Bénard
-309 points

On peut certes connaître l'histoire de l'algorithme et savoir que les arabes en ont fait usage après les grecs. L'essentiel de cette vidéo est ailleurs et le présentateur le dit bien : il faut étudier l'histoire des civilisations pour éviter de s'enorgueillir sur la nôtre, la greco-latine.
C'est de l'orient qu'est venu le papier et aussi en orient que sont fabriqués les ordinateurs contemporains...
Si nous regardons comment est né l'informatique, nous voyons bien que les grecs n'y ont pas participé mais des mathématiciens qui ont appliqué la calculabilité et les propriétés des algorithmes.
On dit même que les sciences n'ont pas d'histoire. Le progrès dépend d'applications géniales de connaissances fondamentales. Aucune civilisation ne manque de génies, qu'il reste certes à reconnaître. Valéry disait : " nous autres civilisations savons que nous sommes mortelles". Ceci signifie que des génies sont morts ainsi que les civilisations qu'ils animaient, d'autres naissent en orient et ailleu

X
Waglioni
-1249 points

Chère Liliane, je ne sais quelle porte ouverte vous cherchez à enfoncer, mais quand vous dites "connaître l'histoire de l'algorithme et savoir que les arabes en ont fait usage après les grecs", il faudrait s'entendre. Si vous pensiez aux grecs "classiques", vous faites erreur : leur génie fut surtout celui de la démonstration (la mathématique), l'administration de la preuve, et surtout en matière de géométrie. S'agissant de la période hellénistique, c'est-à-dire particulièrement l'Ecole d'Alexandrie, alors oui, on a bien un usage éminent des algorithmes, avec Euclide, Archimède ou Pappus. Mais ils n'ont pas grand-chose de "grec", et le premier n'est sans doute que le nom d'un collectif.
Une question intéressante est celle de la découverte des "irrationnels". Et là nous sommes chez Pythagore et chez Platon (où Socrate l'enseigne à un jeune esclave) ; or elle repose (cette découverte), sur un procédé certes calculatoire, mais qui n'en finit pas. Donc pas sur un algorithme.

X
Liliane Bénard
-309 points

Je voulais dire simplement qu'il y a eu des mathématiciens de génie dans la civilisation arabo-musulmane, ajoutant simplement que la notion d'algorithme présente en Grèce et à Bagdad n'a pas permis la naissance de l'informatique.
Vous avez raison de me dire que j'enfonce des portes ouvertes. Je réfléchissais sur l'histoire des sciences et des techniques, fonctions des changements de civilisations.
Il est évident que la civilisation arabo- musulmane, en harmonie avec d'autres peuples et d'autres religions a participé à l'évolution de l'Occident actuel.
Nous savons bien que les querelles sur le nom des premiers inventeurs sont sans fin alors même qu'à un moment donné une même inspiration est disponible pour tous les hommes, reste certes à la saisir. Telle est l'œuvre de génies différents sans aucun doute du commun des mortels et de leur environnement racial et religieux particulier. Le génie est spécifiquement humain. Les arabo- musulmans n'en ont pas manqué grâce à leur spiritualité.