Quand Les Grandes Gueules de RMC dérapent gravement au sujet de Nafissatou Diallo

Quand Les Grandes Gueules de RMC dérapent gravement au sujet de Nafissatou Diallo

Les Grandes Gueules n’auront jamais si bien porté leur nom que lorsque l’aréopage de chroniqueurs, censés avoir un avis sur tout et surtout un avis, avec une hauteur de vue supposée être au-dessus de celle du café du commerce, a sombré dans la philosophie de comptoir au sujet de Nafissatou Diallo.

On ne fait pas choir impunément un puissant déviant, tel que l’était DSK, quand on est une simple femme de chambre, sans voir son agression sexuelle raillée au pays du Marivaudage et réduite à un trivial « troussage de domestique ». Mais quand en plus la victime est dédommagée à hauteur de 1,5 million de dollars, comme l’a révélé le Journal du Dimanche, accréditant la thèse que l’éminent col blanc n’était pas si blanc que ça, là c’en est trop pour le Tout-Paris mondain et politico-médiatique, dont le brillant vernis élitiste et respectable peut se fissurer très vite !

La grande bourgeoise Umpiste de l’émission, Sophie de Menthon, chef d’entreprise et décorée des plus hautes distinctions républicaines, en a fait la pitoyable démonstration en se vautrant dans l'analyse de caniveau, d’autant plus choquante et indigne qu’elle émane d’une femme : "Tu veux que je sois politiquement totalement incorrecte ? Je me demande, c’est horrible à dire, si ce n’est pas ce qui lui est arrivé de mieux ! Moi je pense que l’argent qu’elle a gagné, qui lui permet d’élever sa fille, elle ne l’aurait jamais eu dans toute son existence et j’espère qu’elle oubliera ce moment extrêmement désagréable".

Son compère du jour, Franck Tanguy, conseiller en investissements financiers, encouragé par une liberté de ton au ras des pâquerettes, n’a pas fait dans la dentelle, qualifiant de « conte de fées » l’agression subie par Nafissatou Diallo avant de dénigrer le physique de cette dernière : "C’est quand même un tromblon extraordinaire ! Elle n’a rien pour elle, elle ne sait pas lire pas écrire, elle est moche comme un cul, et elle gagne 1,5 million, c’est quand même extraordinaire cette histoire".

Ce jour-là, on se serait cru sur radio-bistrot sur RMC ! En hurlant avec les loups de manière aussi assourdissante et nauséeuse, DSK passant, comme par magie, de prédateur sexuel à victime d’une femme de chambre vénale, les Grandes Gueules ont touché le fond.

Passage à partir de 2'20

Publicité

commentaires