Hip Hop Hijabis explore l'égalité des sexes

Au Royaume-Uni, un récent rapport parlementaire révèle que certaines musulmanes retirent leur foulard et anglicisent leur nom pour améliorer leurs chances sur le marché du travail. Deux grandes amies qui figurent dans le prochain film documentaire intitulé Hip Hop Hijabis ont fait exactement le contraire.

Hip Hop Hijabis explore l'égalité des sexes

Nées à Bristol de parents jamaïcains, elles se sont converties à l'islam en 2005, ont commencé à porter le hijab et ont changé leur nom pour s'appeler Sukina Abdul Noor et Muneera Rashida. Elles forment le célèbre duo hip-hop Poetic Pilgrimage, ont effectué une tournée internationale et ont été plébiscitées par les critiques.

Selon les estimations, cent mille Britanniques se seraient convertis à l'islam. La majorité serait des femmes et il y aurait un nombre croissant de jeunes noirs des cités. Associé à l'immigration, ce phénomène fait de l'islam la deuxième religion du Royaume-Uni avec près de 5% de la population, selon le dernier recensement.

Des sondages montrent que près de la moitié des Britanniques estiment que ce pourcentage est trop élevé et que les ''musulmans créent des problèmes au Royaume-Uni'' indique un article paru dans le Evening Standard du 11 décembre 2012. Pourtant, dans son livre Islamophobia, l'auteur Chris Allen montre que les deux tiers des personnes interrogées admettent ne rien savoir ou presque de l'islam'' et, en général, n'obtiennent des informations qu'au travers des médias que le rapport Leveson sur l'éthique dans la presse britannique a récemment décrits comme partiaux au regard des musulmans.

En donnant un aperçu de l'état d'esprit et du quotidien de deux femmes converties à l'islam qui ne mâchent pas leurs mots, Hip Hop Hijabis vise à dissiper certaines idées fausses qui engendrent des opinions radicales notamment sur la question de l'égalité des sexes, qui fut une des préoccupations majeures de Sukina et Muneera lorsqu'elles se sont senties portées vers l'islam.

Après avoir étudié la question plus avant, elles ont découvert que l'islam était, en termes historiques, fondamentalement égalitaire - condamnant la pratique courante de l'infanticide des petites filles et introduisant le droit à la succession, au divorce et à l'éducation pour les femmes à une époque où elles étaient en général considérées comme la propriété de leur époux. Elles ont également appris que des pratiques telles que l'excision et les crimes d'honneur étaient antérieures à l'islam et n'étaient pas sanctionnées par le Coran.

En dénonçant ces traditions culturelles de l'intérieur, Poetic Pilgrimage rejoint un nombre croissant d'artistes, de militants et d'intellectuels musulmans qui se réapproprient leur religion.

C'est ainsi que le hip-hop est involontairement devenu une réponse en soi car certaines interprétations de l'islam estiment que la musique et l'interprétation féminine devraient être interdites.

L'avantage est qu'à travers ses rimes subtiles, ses rythmes entraînants et son énergie positive, Poetic Pilgrimage peut toucher un large public - à la fois de jeunes musulmans européens qui peuvent se sentir tiraillés entre deux cultures et des non musulmans dont les stéréotypes sont efficacement défiés par deux rappeuses portant le foulard.

Si le hip-hop et la religion peuvent au premier abord sembler éloignés, ils sont tous deux issus d'un profond désir de justice sociale. En outre, il y a toujours eu un grand nombre d'artistes musulmans dans ce milieu. Un vaste réseau d'initiatives ayant trait à l'éducation s'est développé autour du hip-hop, encourageant l'expression créatrice comme alternative à la violence, à la drogue et à tout autre comportement destructeur.

L'extrémisme a dominé le débat public autour de l'islam depuis trop longtemps. Beaucoup de musulmans très cultivés et ayant leur franc parler pensent que justifier la misogynie et la violence au nom de l'islam est une interprétation erronée de leur religion. Toutefois, ces voix sont peu entendues.

Les conflits et la tragédie font tout simplement de meilleurs titres mais ils nourrissent aussi la peur et la haine de part et d'autre entraînant potentiellement des conséquences fatales.

Le projet Hip Hop Hijabis vise à rétablir l'équilibre et permet un débat plus nuancé. Il inclura des ateliers créatifs, des conférences et des débats publics pour encourager un dialogue constructif et contrer l'extrémisme religieux ainsi que l'islamophobie.


En partenariat avec le CGNews

http://www.youtube.com/watch?v=5IGEYDk-sYs

Auteur : Mette Reitzel

Native du Danemark et installée à Londres, est réalisatrice de films documentaires

commentaires