Une Palestinienne se voit refuser le titre de "doyenne de l’humanité" à cause de son hijab

Une Palestinienne se voit refuser le titre de "doyenne de l’humanité" à cause de son hijab

Elle a rendu son dernier soupir samedi dernier, à l’âge canonique de 124 ans, le souvenir de Maryam Hamdan Ammash, cette arrière-grand-mère palestinienne aimée et respectée de tous, marquera à jamais la mémoire de ceux qui l’ont connue, d’autant plus que c’est peut-être la doyenne de l’humanité qui s’en est allée.

Décrite comme une femme pieuse, honorable et pleine de ressources, qui fut toute sa vie un pilier de sa communauté, consultée en tant que médecin mais aussi pour ses conseils avisés dans son village Jisr Al Zarqa'a, près de Haïfa, ayant effectué le hajj à cinq reprises, ainsi que deux omras, cette aieule s'est vue refuser la reconnaissance de sa longévité exceptionnelle par la bible mondiale des prouesses humaines et naturelles : le Guinness World Records.

Pourquoi les chasseurs de records du Guinness Book auraient-ils dénié son statut à cette merveilleuse grand-mère qui comptait pas moins de 600 descendants, et dont l’extrait de naissance faisait foi ?  A cause de son hijab que pour rien au monde elle n’aurait retiré, et surtout pas pour une apparition télévisuelle comme l’auraient exigé les responsables de la société Guinness. Une incroyable injustice qui, si elle était officiellement admise par le Guinness, battrait un record peu glorieux : celui de la discrimination honteuse.

Maryam Hamdan Ammash n’est plus, sans avoir connu cette ultime joie au soir de sa vie, mais ses proches, qui ont fait le récit de son histoire au Gulf News, sont fermement résolus à obtenir sa reconnaissance posthume de grande aînée du monde.

commentaires