Lundi 1 September 2014
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Google+
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook

Mariage pour les homosexuels: ce n'est pas une question d'égalité...

Mariage pour les homosexuels: ce n'est pas une question d'égalité...
fr
http://oumma.com/sites/default/files/mariage-pour-tous.jpg

En son nom, le mariage dit «pour tous » viendra donc, nous dit-on, lever une injustice qui pèse sur l’humanité depuis des siècles, et qui prive des couples homosexuels de se marier…

Partagez :

S’il est un argument ressassé à volonté pour légitimer l’instauration du « mariage » entre individus de même sexe, c’est bien celui de l’égalité. En son nom, le mariage dit «pour tous » viendra donc, nous dit-on, lever une injustice qui pèse sur l’humanité depuis des siècles, et qui prive des couples homosexuels de se marier…

A chaque fois que j’entends « mariage pour tous », je souris à l’idée que ce projet aurait certainement un succès phénoménal dans des pays pauvres où les jeunes peinent à se marier tellement les conditions de se mettre en ménage sont difficiles, eux qui comprendraient qu’il s’agirait d’une aide de l’état au nouveaux couples pour s’installer ! Je ne résiste pas non plus à la tentation de considérer ce projet de loi comme un cheval de bataille tout à fait opportun, pour taire d’autres promesses électorales de François Hollande, d’autres sujets plus épineux et plus urgents à régler face à la crise.

Le mariage, censé être la relation de départ, reconnue pour fonder une famille et potentiellement transmettre la vie, n'est considéré avec le projet de loi annoncé qu’une liberté «individuelle » parmi tant d’autres qu’il convient d’étendre à toute la société. Il sera donc incompréhensible qu’une fois ce type d’union instauré, de railler l’argument qui consiste à dire que tout, au nom de cette égalité, sera amené à être reconnu, y compris le mariage d’individus entre lesquels existe un lien de parenté.

Parce que quoiqu’on en dise, le véritable motif qui permet de qualifier la fermeture du mariage aux homosexuels de liberticide, c’est qu’ils ont le droit de s’aimer comme les hétéros. Qui peut sérieusement opposer une fin de non recevoir à une demande de mariage entre un frère et sa sœur, lorsqu’ils déclareront qu’ils s’aiment, et qu’ils ne cherchent que le droit à ce que leur amour soit « reconnu » officiellement ?

L’inégalité de point de vue anthropologique ne souffrant, elle, d’aucune équivoque. Seul un homme et une femme peuvent former un couple dont peut être issue une descendance, et c’est cette relation célébrée, civilement ou religieusement, qui est nommée mariage.

Ce que le nouveau «mariage » va consacrer, c’est le refus irréaliste et injustifié de l’altérité sexuelle. Parce qu’une minorité de personnes vivent une relation d’homosexualité et souhaitent lui conférer les attributs d'une relation héterosexuelle, on en viendra à transformer toute une institution et au nom de l’égalité, on établit par le texte une égalité absolue entre un couple homosexuel et un autre hétérosexuel, ce qui n’est tout simplement pas réaliste dans aucun contexte.

Ce qui est à craindre, et qui n’est évidemment pas inhérent au mariage nouvelle formule, c’est ce mépris de la filiation, déjà consacré par l’adoption plénière qui efface toute référence aux parents biologiques…C’est à mon sens injuste quelles que soient les histoires des enfants adoptés. Les récupérer, les couvrir d’amour, et les élever est une chose, mais leur mentir ou leur cacher leur origine en est une autre.

Il est fort à craindre, demain, que la procréation médicalement assistée, le recours aux mères porteuses, et le secret imposé en France aux donateurs de sperme, ne révèlent beaucoup plus de leurs méfaits. Je n'oublie pas cette femme qui a découvert en septembre dernier dans l'Ohio que son mari était en vérité son père, ou ces donneurs de sperme américains qui se découvrent jusqu'à 70 rejetons. Cette déconsidération de la filiation, transformant certains hommes en des robinets à sperme et des femmes en utérus d'accueil, m'inquiète.

J'en veux pour preuves, Les derniers propos de Pierre BERGE assimilant les utérus des femmes aux bras des ouvriers, tout comme ceux d'Elisabeth BADINTER souhaitant légaliser la gestation pour autrui car , je la cite: « Il y a des femmes qui adorent être enceintes et qui ne souhaitent pas pour autant assurer la responsabilité de l’éducation d’un enfant » (!) . Paradoxalement, il risque de s’installer, au nom de l’égalité, des inégalités dictées par les moyens financiers des couples. Ce ne sont bien sur pas les homosexuels qui en sont responsables, mais le projet du mariage pour tous, s'inscrit dans cette tendance...

Le mariage annoncé va ouvrir l’adoption aux couples de même sexe, c’est ce que le pacs n’accordait pas. Et l’on ne peut à ce sujet, écarter d’un revers de main la question de l’évolution des enfants à qui l’on fera comprendre qu’ils sont issus de «parents » dans un foyer aseptisé de toute altérité biologique. Les études se valent, les échantillons des pro et des anti sont insignifiants, et le recul inexistant ? Pourquoi ne pas faire valoir le fameux principe de « précaution »,au lieu de se lancer dans une course où seule est recherchée la réalisation de désirs égocentriques d’une minorité qui voudrait tout changer quoiqu’il en coûte pour les générations futures ?

En l'absence d'une vérité scientifique irréfutable en la matière, il n'est pas insensé de garder l'institution du mariage telle qu'elle est. Il ne s'agit pas d'égalité, mais de bon sens. Le mariage fonde potentiellement une famille, les autres unions ne le peuvent pas. Ce n'est pas une mince différence. Du coup, les mini-reportages que l'on nous passe donnant la parole à des enfants ayant été élevés par des couples homosexuels, ne peuvent sérieusement servir d'arguments.

C'est une manipulation, et les jeunes enfants ne peuvent à cet âge avoir suffisamment de maturité pour conclure que le fait qu'ils aient grandi avec un couple homosexuel, ne leur ait posé aucun problème...Il ne s'agit pas ici d'une crainte pour le mariage "classique", ni d'une attaque qui cible les homosexuels. Même si ce mariage vient à être instauré, les mariages "hétérosexuels" n'en seront pas affectés, mais on ne peut opérer des changements aussi profonds dans notre société, sans y réflechir à plus d'une fois. Il en va de la famille de demain, et des générations futures...

Dans le projet de loi qui sera présenté au parlement, les mots « père et mère » seront remplacés par le mot « parents » et les mots « mari et femme » par le mot « époux » et les mots : « l’aïeul et l’aïeule » remplacés par les mots : « les aïeuls ». Tout se vaut, l’égalitarisme est poussé à son paroxysme quitte à ce que le code civil ne contienne plus des mots aussi significatifs et beaux que « père et mère ».Du coup, je crains que demain, dans notre société, le mot "mère" ne sera utilisé que suivi d'un adjectif: "porteuse" ou "biologique"....Triste évolution!

Publicité Oumma.com

Commentaires

X
Liliane Bénard
-309 points

Cher Hassan,
Parler d'un mariage homosexuel semble d'abord absurde. Nous entendons que la finalité du mariage est l'institution d'une famille...

L'éducation des enfants était pourtant souvent monosexe. La mère et la grand-mère s'occupant des petits et l'école n'était pas mixte.

Votre argument vis-à-vis de la filiation est certes intéressant. Tout enfant demande à connaître son père et sa mère traditionnellement. Il est souvent en présence d'un beau-père et d'une belle-mère. La procréation médicalement assistée nous interroge.

La famille est aussi chargée de la transmission du patrimoine. Elle est vous le dites aussi aidée par l'Etat.

Nous voyons bien que la situation est complexe, au regard de contrats légaux où les sexes n'entrent pas en ligne de compte

Les mariages gay resteront sans doute minoritaires comme l'homosexualité des adultes. Une telle licence ne saurait modifier l'ordre social déjà si perturbé. Pourrait-il simplement réduire des hypocrisies et non l'aide sociale ?

X
Waglioni
-1249 points

Il manque à votre argumentaire les bonnes références, une bonne compagnie que le Pape, lui, n'a pas omis de mettre en avant :

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/12/21/01016-20121221ARTFIG0...

"il a longuement cité l'essai du grand rabbin de France, Gilles Bernheim, publié le 18 octobre dernier. Le Pape y puise largement une argumentation, qu'il fait sienne, pour dire une nouvelle fois non au mariage homosexuel et à l'adoption d'enfants par ces couples."

X
Liliane Bénard
-309 points

Waglioni,
Que les arguments soient chrétiens, juifs ou musulmans ne change rien à l'affaire. Il s'agit de gérer notre humanité sans excuses frelatées.

Ceux qui font appel à la nature, à la sexualité ou au souci de l'enfance pourraient bien se tromper.

Dans la nature, nous observons des rapports homo et hétéro, la sexualité même heureuse ne garantit pas la naissance d'enfants et l'enfance a été heureusement éduquée par un seul sexe ou deux. Notre humanité est variée. Des mères se consacrent à leurs enfants, d'autres les confient à des nourrices et il y a des papa-poules.

Soyons simples, un couple d'homosexuels, masculins ou féminins vit de concert. Ils peuvent le faire faute de mieux parce qu'ils n'ont pas trouvé l'âme appropriée à l'applaudissement de l'opinion majoritaire. Leur minorité est-elle condamnable ?

Les livres sacrés nous parlent d'enfants nés de couples stériles et Jésus est né sans père biologique. De tels miracles sont significatifs. Ils nous invitent à réfléchir ?

X
mirza
-1 points

Enfin un article plein de sens

Nous mettons où le droit des enfants d'avoir des parents comme les autres.
je ne peut pas imaginer le suplice qui vont endurer les enfants adoptés par couples gays dans les cours de recreations.

X
Waglioni
-1249 points

Oui bien sûr, Liliane, mais je voulais simplement souligner l'incongru en matière de "mariage" : celui, consommé, du Pape d'avec le Grand Rabin, et celui annoncé dans l'article de Safoui. Un mariage à trois, en quelque sorte. Est-ce prévu dans la prochaine loi ?

X
Farid Ziani
2 points

Je suis peut-être un cas à part mais je serais assez intéressé par les retours d'expérience des lecteurs de cet article: j'ai remarqué autour de moi que ceux qui vivaient une phase de parentalité active se trouvaient en grande majorité (presque tous) du côté des ennemis à ce projet de loi car ils ne peuvent tout simplement accepter l'idée d'un élargissement du périmètre de la parentalité; à l'inverse, les partisans se retrouvent plutôt du côté des célibataires sans enfants, des familles éclatées et des "théoriciens" de la famille, comme si ces gens voulaient ridiculiser un cadre idéal qu'il ses sentent incapable de réaliser.

X
Liliane Bénard
-309 points

Cher Farid Ziani,
Votre réflexion est intéressante. En effet, chacun part de son point de vue, c'est-à-dire de ce qu'il connait pour découvrir du nouveau.

Mon point de vue est celui d'une grand-mère, née d'un couple uni. Mon mari a la même ascendance et notre fils unique est aussi marié avec une épouse charmante qui nous a donné deux petits enfants: un garçon de 6 ans et une fille de presque 4 ans. Mes beaux-frères sont également mariés et ils ont encore plus d'enfants. Ils sont aussi grands-pères de nombreux petits...mon frère et ma soeur de même.

Seul un fils de ma sœur a divorcé mais avec son épouse, il n'avait pas eu d'enfant.

Cela signifie que je vis encore une "parentalité" traditionnelle et heureuse. Je ne saurais en déduire que d'autres formes seraient nécessairement mauvaises. Les ethnologues nous montrent que d'autres rapports de parenté ont existé. Le patriarcat aussi bien que le matriarcat ne sont que des cas de figure...contestables.

Les contrats sont aussi multiples.

X
Liliane Bénard
-309 points

À Farid Ziani (suite)
Le mariage gay dépend d'un contrat qui serait reconnu par l'Etat. Il ne s'agit pas d'un acte religieux dans notre pays laïc, ni même d'un sacrement. Il est reconnu par la société. Il pourrait éviter un certain nombre d'injures trop habituelles, devenir un élément d'apaisement.

Le fait qu'ils adoptent des enfants est un second temps qui n'apparait pas non plus scandaleux. L'enfant risque à son tour d'être injurié, dit-on...Moins sans doute si l'adoption ou la naissance est légale et pas plus que les enfants de la D.D.A.S.S ou nés sous X...

Je le répète, il s'agit de gérer des exceptions sans refuser d'en reconnaître l'existence et cela pour le bien de tous, sans hypocrisie. Lutter contre la discrimination ne fait-il pas partie de la justice ?

X
Liliane Bénard
-309 points

À Farid Ziani (suite)
Le mariage gay dépend d'un contrat qui serait reconnu par l'Etat. Il ne s'agit pas d'un acte religieux dans notre pays laïc, ni même d'un sacrement. Il est reconnu par la société. Il pourrait éviter un certain nombre d'injures trop habituelles, devenir un élément d'apaisement.

Le fait qu'ils adoptent des enfants est un second temps qui n'apparait pas non plus scandaleux. L'enfant risque à son tour d'être injurié, dit-on...Moins sans doute si l'adoption ou la naissance est légale et pas plus que les enfants de la D.D.A.S.S ou nés sous X...

Je le répète, il s'agit de gérer des exceptions sans refuser d'en reconnaître l'existence et cela pour le bien de tous, sans hypocrisie. Lutter contre la discrimination ne fait-il pas partie de la justice ?

X
Hassane
-8 points

J'appelle tous ceux qui sont contre le mariage homosexuel et surtout tous les muslmans à sortir pour manifester le 13 janvier aux cotés des Chrétiens. C'est une responsabilité sociétale de chacun.

X
Liana
-1 points

je trouve qu'il est légitime que deux âmes s'unissent quel que soit leur sexe cependant concernant l'adoption elle requiert des limitations d'ages et ne peut être absolu.Un enfant résulte de la fusion d'une gamète mâle et femelle ce sont les ''lois '' de la nature et par conséquent enfant se doit d'avoir une figure maternelle et paternelle du moins jusqu’à un certain age .c'est donc aller contre la nature qu'un enfant soit élever par de même figure de plus cela risquerait d'avoir un retentissement d'un point de vue psychologique à l'age adulte et donc ce problème s'ajoutera en outre des tragédie du à la fécondations lors d'un don de sperme . C'est pourquoi que l'adoption d'un enfant par ces couples nécessite une éventuelle limitation d'age ou l'enfant est apte à comprendre la situation car comme vous le dite Mr Hassan on ne peut négligé le fait que l'éducation et surtout l'amour des parents à l’égard de leur enfants est indépendant du sexe des parents mais dépendant de leur mental

X
Liliane Bénard
-309 points

Je ne militerai ni pour ni contre le mariage pour tous, ni pour ni contre l'homoparentalité. Il y a déjà trop de lois pour qu'elles soient appliquées justement. Je voulais seulement rappeler que toute loi s'accompagne d'exceptions et surtout que l'opinion publique est à critiquer haut et fort toutes les fois qu'elle donne des excuses au fanatisme.

Hassan Safoui a raison de condamner les "sans gêne" et de réfléchir ici sur le concept d'égalité. L'égalité ne gomme pas les différences y compris entre les sexes. Un enfant normalement sexué ne connaîtra son humanité que s'il rencontre le sexe opposé. Nul ne pourra dire le contraire. Il devra de plus accéder à la reconnaissance de l'égalité des sexes sans aucun besoin d'une sexualité déchaînée !

Cela ne justifie en rien l'homosexualité ni l'homoparentalité qu'il serait aussi "sans gêne" de condamner. Si nous voulons rester sereins, observons nos sociétés et leurs fâcheuses tendances à juger de tout sans réflexion.

Merci à Safoui !

X
Liliane Bénard
-309 points

D'accord Safoui :

"Je ne résiste pas non plus à la tentation de considérer ce projet de loi comme un cheval de bataille tout à fait opportun, pour taire d’autres promesses électorales de François Hollande, d’autres sujets plus épineux et plus urgents à régler face à la crise"
Nous n'avons pas besoin de cheval de bataille ! Mais que le droit au logement pour tout un chacun soit respecté et mis dans les faits.

D'accord aussi lorsqu'il souligne que nous sommes bien autre chose que des producteurs de spermes et des utérus.

Qu'en est-il de notre spiritualité, mariée ou célibataire, et de nos relations humaines qui ne sont pas que sexuelles !

X
michel7520
-1952 points

Hassan Safoui,

S’il est un « argument » ressassé à volonté pour dé-légitimer l’instauration du mariage entre individus de même sexe, c’est bien celui du "refus irréaliste et injustifié de l’altérité sexuelle"... Rien que ça ! Depuis quand une loi serait-elle capable de modifier les corps des hommes et des femmes, dans lesquels s'inscrit cette « altérité » biologique ???

Mais il y a d'autres « arguments » très répandus :

- "ce projet de loi [est] un cheval de bataille tout à fait opportun, pour taire d’autres promesses électorales de François Hollande, d’autres sujets plus épineux et plus urgents à régler face à la crise". Comme si les réformes sociales et les réformes sociétales étaient antinomiques !!!

- "les mots « père et mère » seront remplacés par le mot « parents » et les mots « mari et femme » par le mot « époux »...". Quelle horreur ! Déjà une loi avait changé « autorité paternelle » en « autorité parentale »... Vite, abrogeons cette réforme !!

X
Michael Jeaubelaux
-1 points

Le Président du CFCM a publié un document remarquable sur le sujet.Il n'est est plus seulement question légalisation du Mariage et de l'adoption "homosexuelle", mais de la PMA pour des femmes fertiles!

Pire, à terme, ce sont "les mères porteuses" pour tous qui le seront et la "sous-traitance des grossesses"!

C'est innacceptable, pour toutes personnes ayant le respect de la Dignité Humaine, croyant ou non croyant, français ou étranger ( cette loi "mariera" des citoyens étrangers)!

La France est une République laïque.D'un point de vue politique, en France, il n'existe qu'une seule communauté : "La Communauté des Citoyens". Cette loi concerne le mariage civil, donc tous les citoyens!Les musulmans sont des citoyens comme les autres!

Si les citoyens musulmans rejoignent, massivement, "la Manif pour tous", le 13 janvier à Paris, pour marcher tous ensemble!

Alors nous vaincrons!

93% des musulmans ont voté Hollande, Il ne pourra pas les ignorer!

http://larealiteenface.overblog.com/

X
michel7520
-1952 points

Vous faites une énorme erreur.

Personne ne réclame pour les couples de lesbiennes un "droit à la procréation", que celle-ci soit "médicalement assistée" (P.M.A) ou non. Ce "droit à la procréation" n'existe même pas pour les couples hétérosexuels. Car la procréation ne peut PAS être un DROIT. Seule le refus de procréer l'est, avec l'aide de contraceptifs et, en dernier ressort, de l'IVG. Mais le désir de procréer ne conduit pas toujours à une grossesse (cas de stérilité).

Ce que l'on réclame, c'est l'égalité entre les couples mariés de lesbiennes et ceux hétérosexuels : le droit à une ASSISTANCE MEDICALE à la procréation (A.M.P.).
Cette ASSISTANCE, on le sait, est un parcours difficile et n'est pas une garantie de succès (50% d'échecs).

Quant à la G.P.A. (grossesse pour autrui ou "mères porteuses"), elle n'est pas à l'ordre du jour. Même pas pour les couples hétérosexuels !
Refuser, à cause de ce futur hypothétique, le mariage, l'adoption et l'A.M.P c'est simplement de la démagogie.

X
michel7520
-1952 points

Le document du président du CFCM présente un défaut majeur. Malgré un rappel obligé sur la laïcité française, son principal argument est purement religieux :

"Le projet de loi portant sur l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe N'EST PAS une simple extension d’un statut réservé aujourd’hui à des couples hétérosexuels, il s’agit de transformer profondément une institution millénaire qui a permis à l’humanité de continuer à exister et à s’organiser avec des REPERES clairs, en HARMONIE avec la CREATION tout entière : « Nous avons CREE de toute chose deux éléments de couple (mâle-femelle), peut-être vous rappelez-vous » (CORAN, s. 51, v. 49).
Le principe de l’accès sans discrimination à une institution ne peut être dissocié de la MISSION ASSIGNEE à cette institution."

En France, le mariage CIVIL n'a pas à rester en "harmonie" avec des récits religieux sur la "création". Il ne saurait être limité par une "mission" (ou des "repères") "assignée" par des religions.
LAÏCITE oblige !