Les électeurs musulmans américains: petit groupe mais gros impact

Le vote des musulmans américains a pesé lourd dans la balance lors des dernières élections car ces derniers sont présents stratégiquement dans les états pivots.

Les électeurs musulmans américains: petit groupe mais gros impact

Les analyses post électorales suggèrent que, bien que ne représentant qu’une petite proportion des électeurs américains, le vote des musulmans américains a pesé lourd dans la balance lors des dernières élections car ces derniers sont présents stratégiquement dans les états pivots. Pour la première fois, au cours des élections 2012, les musulmans américains - qu’ils soient démocrates ou républicains – ont appliqué à la mobilisation politique les leçons tirées de l’organisation communautaire, en particulier grâce aux médias sociaux.

L’une des façons par lesquelles les musulmans américains ont démontré leur engagement civique et leur participation politique a été par l’utilisation sur Twitter du hashtag #MuslimVote (#VoteMusulman). En labélisant un tweet avec #MuslimVote, cela indiquait que son sujet concernait les électeurs musulmans, créant ainsi une solidarité et mettant en avant les thématiques intéressantes pour les individus ou les groupes d’origine musulmane américaine. Les musulmans américains ont également utilisé cet espace afin de promouvoir l’éducation des électeurs, des initiatives en faveur de l’enregistrement ainsi que des campagnes « Ride to Vote » (Un passage en voiture jusqu’au bureau de vote).

#MuslimVote a amplifié la voix des jeunes électeurs musulmans américains tant et si bien que cela va changer la façon de voter dans les années à venir. Cela s’est révélé important puisque les jeunes électeurs s’intéressent aux candidats et aux questionnements en utilisant ces mediums nouveaux et plus dynamiques.

Les utilisateurs musulmans américains des médias sociaux ont suivi l’élan des africains américains et des arabes américains dans l’utilisation des hashtags et ont ainsi fait partie d’un plus vaste mouvement parmi les voix minoritaires des Etats-Unis. Par exemple, la chaîne de télévision américaine « Black Entertainment Television » (Chaîne de divertissement télévisuel pour la communauté noire) a créé le hashtag #BETVote afin de capturer l’information concernant les électeurs et d’encourager les africains américains à voter et afin d’informer son audience de tactiques qui risquaient de faire annuler un vote – telle que d’égarer un bulletin de vote ou de fournir des informations erronées sur le processus de vote.

Les musulmans américains ont répliqué ce genre de tactiques avec #MuslimVote. De même, les arabes américains ont utilisé #YallahVote et #YallahChange afin de mobiliser les supporters des deux partis politiques.

Tout comme #BETVote and #YallahVote, #MuslimVote a attiré l’attention sur des sujets tels que le mécontentement ou au contraire l’approbation des électeurs sur des choix politiques spécifiques. Cela a ainsi ouvert la porte au renforcement d’une coalition sur internet entre des groupes défenseurs des minorités.

La formation de cette coalition a été un outil social et politique crucial afin de réunir différents groupes minoritaires autour de questions telles que la mobilisation des électeurs. Le pouvoir des hashtags dans les médias sociaux réside dans le fait que tout ceux qui croient dans la cause peuvent participer et suivre la question.

Des informations clé ont été partagées grâce à #MuslimVote. Par exemple, les leaders de la communauté musulmane américaine ont mis sur pied la campagne « Ride to Vote » (Un passage en voiture jusqu’au bureau de vote), qui a permis aux personnes sans voiture ou ayant un accès limité aux transports publics ou encore souffrant de handicap physique, de se rendre aux urnes afin de voter dans des états importants comme la Virginie, l’Ohio, la Floride et la Caroline du Nord.

Une autre initiative mise sur pied afin de partager de l’information en utilisant #MuslimVote a permis de connecter les groupes non-partisans avec les groupes partisans afin de favoriser l’éducation des électeurs. Ceci a permis le partage d’information telle que la localisation des bureaux de votes et les horaires d’ouverture du scrutin, les conditions à respecter afin de pouvoir voter ainsi que les documents à avoir en sa possession afin de s’enregistrer, avec des informations sur les candidats clé et des ressources supplémentaires.

D’autres groupes communautaires ayant facilité l’engagement politique des musulmans américains ont utilisé #MuslimVote afin de tenir à jour les bureaux de campagne sur le terrain ou les associations professionnelles, en les informant sur les visites des candidats dans leur région. Ils ont également partagé des communiqués de presse relatant de questions politiques, telles que les budgets et les impôts, de façon hebdomadaire.

A Washington, DC, les « Muslims for Obama » (Les musulmans en faveur d’Obama) ont établi un lien formel entre « Organizing for America » (En organisant pour l’Amérique), le « Democratic National Committee » (le comité national démocratique) en charge de mobiliser les communautés sur le terrain, tout en démultipliant ses connections informelles avec d’autres groupes communautaires afin de promouvoir l’engagement civique. Ce groupe a mis au point des slogans intelligents, tel que « Get Your Souls to the Polls » (Aux urnes, citoyens/Tous aux urnes/Mettez y votre nez, allez voter/Vous êtes concernés, allez voter) et ont mis en avant #MuslimVote sur Twitter, Facebook et tumblr afin de rapatrier une large audience sur le flux de Twitter.

En 2016, MuslimVote, grâce à son pouvoir de créer des connections entre des groupes et de stimuler les échanges sur des intérêts mutuels, représentera certainement une voix décisive dans le paysage de la politique et facilitera la construction d’une coalition plus bipartisane autour des questions de politique des musulmans américains.


En partenariat avec le CGNews
 

Auteur : Mehrunisa Qayyum

Consultante internationale en développement et fondatrice de PITAPOLICY Consulting.

commentaires