Lundi 1 September 2014
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Google+
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook

"Elle ne m'a pas auscultée à cause du voile !"

"Elle ne m'a pas auscultée à cause du voile !"
fr
http://oumma.com/sites/default/files/voile_0.jpg

Oumma a interrogé Ludovic Aubert et son épouse Nadia Bounouara, un jeune couple installé à Vigneux-sur-Seine, dans l'Essonne, victime du racisme et de la faute professionnelle d'une femme médecin qui a refusé d'ausculter sa patiente voilée. Un acte grave aux lourdes conséquences pour le couple.

Partagez :

Unis devant Dieu depuis un an et demi, c’est plus que jamais soudés que Ludovic Aubert, converti à l’islam il y a six ans, et son épouse Nadia Bounouara affrontent, courageusement, la terrible épreuve de l’islamophobie qui vient de les frapper, et ce d’autant plus cruellement qu’elle leur a été infligée par une femme qui a prêté le serment d’Hippocrate : un médecin généraliste.

Ce mardi 4 décembre, lorsque le jeune couple (26 ans chacun) s’est mis d’urgence en quête d’un médecin résidant à proximité de son domicile à Vigneux-sur-Seine (91), Nadia Bounouara souffrant d’une fatigue persistante et de vertiges à répétition particulièrement inquiétants, aucun des deux ne pouvait prévoir que leur choix, lié au hasard, les confronterait au racisme aveugle et déshumanisant sous le masque d’une professionnelle de la santé.

Un masque trompeur, que la généraliste a très vite tombé à la vue de la jeune patiente voilée qui se présentait pour la première fois devant elle, manifestant une intolérance à peine voilée et pire encore, quasi pathologique, au point de déroger à la plus élémentaire déontologie médicale. On serait tenté de s’exclamer « ça se soigne ! », si ce flagrant délit de racisme anti-musulmans, ce grave manquement professionnel, et leurs conséquences dramatiques pour Nadia Bounouara, victime d’une fausse couche, ne constituaient une agression islamophobe.  

Ironie du sort, la sphère médicale est loin d’être une terre inconnue pour le couple, Ludovic Aubert entamant sa cinquième année universitaire de Pharmacie à Paris, tout en travaillant dans une pharmacie, quant à sa femme aujourd’hui sans emploi, elle est également préparatrice en pharmacie.

Nadia Bounouara, vous avez choisi cette femme médecin au hasard, car votre médecin traitant est à Paris et donc trop loin de chez vous. Pouvez-vous nous faire le récit des faits ?

"Effectivement, nous avons choisi ce médecin parce que c’était une femme et que son cabinet était près de chez nous. J’ai pu obtenir un rendez-vous en fin de journée à 18h15, ce qui me convenait puisque, depuis plusieurs jours, j’étais sujette à des vertiges, proches du malaise. Elle m’a reçue à 18h45, mais déjà alors que j’étais dans la salle d’attente, nos regards s’étaient croisés, et le sien s’était durci à ma vue.

Dès que je lui ai remis ma carte vitale sur laquelle figure ma photo sans le voile, elle m’a immédiatement lancé : « Pourquoi vous n’êtes pas venue comme ça ? ». Sur le moment, je n’ai pas compris son allusion au voile. J’étais affaiblie, et je ne souhaitais qu’une chose c’est qu’elle m’ausculte au plus vite.

Mais elle a aussitôt enchaîné par une autre question méprisante : « De quelle origine êtes-vous ? ». Je lui ai répondu que j’étais algérienne, tout en lui disant que je ne me sentais vraiment pas bien et que je cherchais un médecin traitant près de chez moi.

Comme elle ne m’auscultait toujours pas, je lui ai demandé si cela la dérangeait de m’examiner, et là elle m’a rétorqué cinglante : « Là, vous êtes là, mais ne comptez pas sur moi pour être votre médecin traitant ». Elle a alors pris une ordonnance, refusant obstinément de remplir son devoir médical en m’auscultant, et elle m’a demandé quelque chose d’aberrant : « Dites-moi ce qu’il vous faut ! » sur un ton autoritaire. Je n’en croyais pas mes oreilles, j’étais stupéfaite et très choquée par cette réaction, surtout de la part d’un médecin.

Je me sentais de plus en plus mal, humiliée au fond de moi-même, et j’ai trouvé la force de lui dire que le voile c’était mon choix, ce à quoi elle m’a répondu cassante : « Et moi, c’est mon choix de faire respecter la laïcité dans mon pays ! », et elle a lourdement insisté en prononçant  « mon pays ». « Ce ne sont pas les médecins qui manquent » m’a-t-elle dit en guise d’adieu, sans jamais avoir pris ne serait-ce que ma tension…

En partant, j’étais bouleversée par un tel rejet, et en repassant par l’accueil, j’ai laissé éclater ma colère devant son assistante et ses patients en lâchant : « Elle ne m’a pas auscultée à cause du voile ! ».

Vous quittez le cabinet médical profondément blessée, votre état de fatigue empire, mais vous appelez immédiatement la police pour dénoncer ce qui vous est arrivé, puis votre mari.

Oui, j’ai puisé dans mes réserves pour composer le 17, mais j’ai craqué, je pleurais, et l’on ma dit de me rendre au commissariat pour porter plainte. Puis j’ai appelé mon mari qui m’a rejointe. Nous n’avons pu porter plainte que le lendemain, et nous sommes allés le soir même aux urgences.

Ludovic Aubert, quand votre femme vous appelle, sous le choc, qu’avez-vous ressenti ? Et quelle a été la suite des événements ?

J’étais sidéré et scandalisé à la fois, je ne pouvais pas croire qu’en France, en 2012, une femme médecin puisse enfreindre sa charte éthique, même si je sais que l’islamophobie est bien réelle et, hélas, en constante augmentation. C’était incroyable, et en plus cela arrivait à mon épouse ! 

Nous avons été très bien accueillis aux urgences, ce même soir, et nous avons été orientés vers un généraliste formidable que je tiens à saluer ici, le docteur Fabien Paquet. C’est lui qui nous a appris la grossesse de ma femme, lui recommandant le plus grand repos et lui prescrivant des examens gynécologiques.

Le lendemain, nous sommes allés au commissariat, et là il a fallu batailler pour porter plainte. L’inspecteur de police ne souhaitait pas enregistrer ma plainte, d’autant plus que nous voulions appeler le Conseil de l’ordre des médecins. J’ai fait valoir que je connaissais mes droits, que j’étais étudiant en Pharmacie, mais la police ne prenait pas l’affaire au sérieux, minimisant l’acte islamophobe du médecin, puisque pour eux il n’y avait eu ni injures, ni coups… 

Finalement, devant ma détermination, la police a consigné les faits dans une main courante et dressé un procès verbal, en date du 5 décembre 2012, à l’encontre de ce médecin de la commune de Draveil, retenant la qualification de « discrimination ».

Malheureusement, le samedi 8 décembre, ma femme, qui était très éprouvée, a fait une fausse couche. Le fort choc émotionnel provoqué par ce face-à-face humiliant avec ce médecin, l’énergie qu’il a fallu ensuite dépenser au commissariat face à l’indifférence générale et au mépris, ont aggravé son état. Et le pire s’est produit.

Nadia et Ludovic, votre dossier est entre de bonnes mains, celles du Collectif contre l’Islamophobie en France (CCIF). Qu’attendez-vous maintenant ? Que la généraliste soit sanctionnée, qu’elle vous présente des excuses ?

Nous souhaitons vraiment que cette attitude inqualifiable et cette grave faute professionnelle ne se reproduisent plus, que la justice et le Conseil de l’ordre des médecins condamnent cette femme pour ce qu’elle a fait, et pour ce qui est un délit et non une opinion : l’islamophobie. Nous aimerions que notre triste cas serve d’exemple et que chacun en tire les enseignements.

J’ai (Ludovic) diffusé un message par sms pour informer mes proches et mes amis de ce qui nous était arrivé et essayer d’en savoir plus sur ce médecin. C’est ainsi qu’un ami avocat du CCIF m’a guidé vers son association, qui fait un travail remarquable sur le terrain pour la défense de nos droits. Je profite de cet entretien sur Oumma.com pour appeler les musulmans de France à rejoindre le CCIF, qui lutte sans relâche pour nous et avec nous contre ce fléau qu’est l’islamophobie.

Ce qui me choque, aujourd’hui, en France, qui est aussi mon pays comme disait cette généraliste, c’est la nette différence de traitement qui existe entre l’antisémitisme et l’islamophobie, alors qu’ils devraient être combattus pareillement. L’un est une cause nationale, l’autre est minoré, méprisé, ou ignoré, on nous reproche même de faire dans la victimisation. C’est insupportable, et là je peux en témoigner ! Mais, je sais qu’il y a pire que nous, et que les agressions verbales et physiques contre les femmes voilées sont violentes et nombreuses."

Chronique de l’islamophobie ordinaire qui s’est réfugiée derrière le mot fourre-tout « laïcité » pour mieux légitimer la volonté d’exclure les citoyens musulmans, le comportement anti-professionnel de cette femme médecin revêt toutefois un caractère extraordinaire, au sens propre du terme, qui inspire une seule pensée : Plus jamais ça !

C’est d’ailleurs sous ce cri d’indignation que Ludovic Aubert et Nadia Bounouara ont décidé de se battre pour faire reconnaître leur préjudice, mais aussi pour relayer l'affaire auprès de leurs concitoyens musulmans, et au-delà. Savoir, c’est être mieux armé contre l’islamophobie sous toutes ses formes, telle est la conviction profonde du jeune couple qui fait l'éclatante démonstration que l'on peut être très attaché à ses valeurs et parfaitement intégré. 

Propos recueillis par la rédaction.

Publicité Oumma.com

Commentaires

X
elham
558 points

voici pourquoi il faut soutenir le Collectif contre l’Islamophobie en France (CCIF).

Parce-que personne n'est à l'abri d'une telle humiliation.

X
alice
-2167 points

oh, j´en ai les larmes aux yeux!
Comment est-ce possible , c´est hallucinant!
Ce médecin déroge à toutes les règles.
Elle aurait pu sauver ce bébé peut-être mais au lieu de cela , elle se permet de questionner et questionner encore sans faire ce pour quoi elle est payée!
C´est vraiment aberrant et triste! :-(

Ce médecin doit être sanctionnée !

Je souhaite courage aux jeunes parents! :-)

X
moi59
-15 points

ecoeurant, et qu' on viennent pas dire que la fausse couche n' a rien a voir,

X
Imane
53 points

J'ai été très touchée à la lecture de cette histoire, et je tiens à apporter tout mon soutien à Ludovic et Nadia. Je suis admirative de votre force de caractère à tous les deux, et de votre volonté de nous prévenir contre ce genre de comportement hallucinant de la part d'un médecin ! Comment a-t-on pu en arriver en là en France ?

Effectivement, le CCIF fait un super travail. Je souhaite du fond du coeur que vous obteniez réparation.

X
Rachid Zani
-302 points

Faites une pétition et envoyez la au conseil de l'ordre,au ministre de la santé et surtout au Crif,vous savez ces donneurs de leçons qui passent leur temps à soudoyer la télé,il se fera avant tout un devoir sinon une joie de vous aider.

"Et moi, c’est mon choix de faire respecter la laïcité dans mon pays !" Et dire qu'en 2012 faut encore se farcir ce genre d'inepties. C'est fatiguant. L'esprit formaté,on a là un cas d'école.Demandez lui simplement d'étayer la question de la laïcité et vous trouverez un no man land,j'en fais le pari! Elle répondra en balbutiant "c'est loin tout ça,j'ai quitté l'école il y a longtemps,et patati et patata... " Si elle est toubib moi chui endocrino.Heureusement qu'elle a pas choisi neurologie parce qu'au poids de la cervelle,la connerie se vit quand elle sévit (excusez du calembour).

C'est plus le serment d’Hippocrate mais bien celui d'hypocrite.

Toute ma sympathie et un prompt rétablissement à madame.

X
Sarah
-30 points

A quand des affiches à l'entrée de certains lieux avec inscription:

"Interdit aux chiens et aux musulmans"?

X
adda hassan
1 points

j'avoue que je suis attristé par le comportement de cette consoeur qui déshonore la profession et "notre pays". trés admiratif du courage de ce jeune couple français dont la jeune dame toute épanouie par son hijab islamique est victime d'une attitude condamnable. il faut exercer une pression sur cette "doctoresse" tout d'abord inhumaine, et manifestement islamophobe et raciste. mener une campagne d'information au sein de la population locale en particulier les francais de confession musulmane pour la dénoncer et surtout boycoter ses consultations.
besoin en ma qualité de medecin spécialiste musulman des coordonnées professionnelles de cette dame "généraliste" pour alerter son conseil départemental de l'ordre des medecins et dénoncer son attitude anti-déontologie médicale.
Dr hassan

X
niztou
35 points

Salaam !
Sincerement désolé pour vous.
Maintenant il faut que ceux qui ont provoqués la fausse couche payent.
Ne lâchez pas le morceau qu'Allah soit avec vous insh'Allah.

X
raimane
2 points

d'abord il faut dénoncer de tels agissements auprès de l'ordre des médecins, ensuite faire la même chose auprès d'une association locale qui ne va pas manquer de relayer cet prise de position pour le moins étonnante de surcroit pour un médecin, enfin garder la tête froide ... surtout par les temps qui courent ! et ne pas oublier que quoique l'on dise ou pense tout nous rassemble rien ne nous divise ... car tout le monde est par la culture un étranger dans son pays ... car je cite :

Ton Christ est juif
Ta voiture est japonaise
Ta pizza est italienne
Ta démocratie est grecque
Ton café est brésilien
Tes vacances sont turques
Tes chiffres sont arabes
Ton écriture est latine

Et ...

Tu reproches à ton voisin
d' être un étranger !!!!!

A méditer cher Docteur ...

X
Popayan
-4 points

Effectivement, c'est désolant pour cette femme d'avoir fait cette fausse couche et je me joins à sa détresse.

Après, quant à accuser de racisme le médecin, c'est possible et ce serait inadmissible qu'elle le soit mais je pense qu'il faut arrêter de crier au racisme à tout va. Le racisme, c'est faire des classifications basées sur le fait qu'il y aurait des races. Hors, il n'y en a pas, nous sommes tous des humains.

Par contre, il me semble que cette femme a bien été victime de xénophobie, puisqu'elle a semble-t-il été questionnée sur ses origines. Je pense pourtant que le voile est malheureusement un marqueur identitaire et qu'en le portant en public, il faut s'attendre à des réactions hostiles et bêtes, mais c'est un fait. D'ailleurs, le voile n'est pas obligatoire, donc le porter c'est prendre sciemment le risque de passer pour une religieuse radicale et de subir les préjugés qui vont avec.

Les gens ne sont pas tous tolérants et on peut difficilement changer la nature humaine ...

X
Imane
53 points

@ Popayan, Vous avez une bien curieuse façon de compatir à l'histoire qui affecte ce couple !

Vous feignez d'être touché, or en fait, sous vos airs faussement compréhensifs, vous en profitez pour nous faire la leçon. A vos yeux ce n'est pas du racisme, et Nadia a tort de porter le voile, que vous associer à de l'islam radical. Mais de qui vous vous moquez ?

Oui, c'est bien du racisme anti-musulmans et pas de la xénophobie, quant au choix de Nadia de porter le voile, c'est sa liberté individuelle fondamentale. Ce genre de fausse compassion est insupportable.

X
Jean-Pierre CHAMBARD
167 points

Dans des affaires comme celle-ci, je trouve qu'il serait bon qu'Oumma.com la suive pour pouvoir nous informer de la suite qui lui a été donnée.
En effet, nous avons peu de chances qu'elle paraisse et qu'elle soit suivie dans d'autres médias.

X
Nysay Adebisi
2 points

Le pire dans cette histoire est qu'on en a aucunement entendu parlé. Je suis pourtant régulièrement devants BFM TV.
Cela étant, l'histoire est choquante en elle-même, mais pas l'attitude du médecin.
La France est un pays qui voue une haine contre l'Islam, je ne parle même pas d'islamophobie puisque la france n'a pas de craintes réelles.
La réaction du peuple français est donc à la hauteur de ce qu'on entend de la part du gouvernement et des médias.

Remercions le gouvernement, les partis politiques et les médias pour inciter les gens à nous haïr.

Le pire dans cette affaire c'est que le médecin en question ne sera même pas inquiété !

Souhaitant un bon courage au couple, qu'Allah vous préserve et vous aide à enfanter.