Samedi 1 November 2014
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Google+
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook

Le citoyen français de confession musulmane doit-il disparaître ?

Le citoyen français de confession musulmane doit-il disparaître ?
fr
http://oumma.com/sites/default/files/musulman-invisible.jpg

Voilà plus de 20 ans que plusieurs millions de français de confession musulmane sont soumis à une sorte de buzz perpétuel.

Partagez :

Entre culture commune et citoyenneté d’exception ?

« Bon client », il n’est pas une semaine où l’Islam de France ne suscite un débat ou - pour être plus précis - une polémique plus ou moins politicienne. Au final, de ce brouhaha médiatique permanent, c’est sans doute Philippe Vardon, le Président du Mouvement d’extrême droite Nissa Rebela et membre de la direction du Bloc Identitaire, qui en donne la meilleure explication : « L’Islam a vocation à rester le plus invisible possible en France  ».

Et il faut bien reconnaître que cette sentence, si intolérante soit-elle, renvoie le français de confession musulmane à des questionnements de fond :

  • Son acception par la communauté nationale passe-t-elle nécessairement par son effacement ?
  • Pour la plupart issue d’une immigration et d’une histoire coloniale douloureuse, les français de confession musulmane doivent-ils s’engager résolument sur la voie d’une « acculturation » ?
  • En d’autres termes, le français de confession musulmane peut-il être un français comme les autres ?

Et de fait, face au climat pesant d’une islamophobie toujours plus décomplexée, il peut être tentant d’adopter une stratégie d’acculturation voire d’effacement. Nous répondrons qu’on voit mal pourquoi, les seuls français de confession musulmane devraient se soumettre à cette injonction à peine voilée d’acculturation à marche forcée ?

Comme tous leurs concitoyens, les français de confession musulmane ont des goûts culinaires, vestimentaires, artistiques…bref, une culture, qui leur a été transmise par l’éducation et leur environnement. Pourquoi, ces français là et eux seuls, devraient répondre à cette injonction culpabilisante qui les somme d’abandonner ce qui leur a été transmis par l’éducation ?

L’adhésion à une culture ne devrait-elle pas être le fruit d’échanges confiants d’égal à égal, d’une ouverture d’esprit et en définitive d’un processus lent, naturel et librement consenti ?Et quid des français convertis ? Pourquoi seraient-ils renvoyés à une « culture islamique exotique », qui est non seulement fantasmée (Quel rapport entre les cultures respectives des musulmans du Maghreb, d’Afrique subsaharienne ou d’Asie ?) mais à laquelle ils sont, de par leur origine… étrangers ?

Leur adhésion à la foi musulmane fait-elle d’eux des français moins français que les Identitaires ? Ces français « du terroir », parce qu’ils sont convertis à l’Islam, serait donc eux aussi dans l’obligation de s’engager résolument dans un processus d’"acculturation" ?

Mais au fait ! S’acculturer pour adopter quelle culture et quelle identité nationale ?

Les français de confession musulmane doivent-ils se fondre dans une identité nationale fantasmée (et blanche) ou une culture, une histoire commune et elles, bien réelles, où les antillais étaient français bien avant les savoyards ou les niçois ? Parlons-nous d’une culture monolithique imaginaire ou d’une culture vivante, multiple, diverse et constituée, entre autres, de 13 langues régionales rien qu’en métropole ?

Parlons-nous d’une culture immuable et figée dans le marbre ou d’une culture en constante évolution ? Un exemple parmi beaucoup d’autres, nos enfants (et sans doute aussi ceux des Identitaires…) n’ont eut aucun scrupule à adopter la très anglo-saxonne fête d’Halloween…

Les français de confession musulmane, pour la plupart issue de l’immigration, elle-même issue de l’Empire colonial, ne font-ils pas déjà partis de l’identité française et de son histoire… réelle ?

Comment ne pas voir qu’en définitive, l’islamophobie et ses pseudo-débats sur la visibilité des français de confession musulmane, ne relèvent en aucun cas de la « culture » et de l’ « identité nationale », mais qu’en réalité elle manifeste un rejet, par les islamophobes, de l’Islam en tant que corpus de croyances, de convictions et d’opinions partagées pas des millions de français ?

Et c’est bien là que se situe la plus grande menace pour la cohésion et l’identité nationale authentique ! Les français de confession juive avaient eux aussi, à une autre époque, répondu aux persécutions antisémites par une logique d’effacement…On connait la suite.

Et toutes les contorsions théologiques du monde n’y pourront rien :

Si, comme les deux autres monothéismes, l’Islam est porteur d’un message universel qui ne privilégie aucune culture spécifique, qu’il est avant tout un vécu intérieur, il n’en demeure pas moins qu’il a nécessairement des manifestations visibles, dans l’agir et, dans une bien moindre mesure, le paraître.

En définitive, la tentation islamophobe ne sera dépassée que lorsque l’Islam cessera d’être perçu pour ce qu’il n’est pas, une menace identitaire, et lorsque les français de confession musulmane pourront apporter leur pierre à la Maison France, dans le respect de leurs opinions ou, plus simplement, dans le respect de la Constitution et de l’article X de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen :

«  Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi. »

Publicité Oumma.com

Commentaires

X
alice
-2167 points

"En définitive, la tentation islamophobe ne sera dépassée que lorsque l’Islam cessera d’être perçu pour ce qu’il n’est pas, une menace identitaire, et lorsque les français de confession musulmane pourront apporter leur pierre à la Maison France, dans le respect de leurs opinions ou, plus simplement, dans le respect de la Constitution ..."

Monsieur , pourquoi mettre votre conclusion au futur?

C´est déjà le cas, nous APPORTONS notre pierre à notre Maison France!

La tentation islamophobe est le problème des islamophobes et des autorités compétentes pour protéger les citoyens de ce pays, pas celui de l´Islam, Monsieur! ( dans le sens où ces personnes ont besoin d´être empéchées de nuir d´abord puis de faire un travail sur elles-mêmes pour enrayer cette peur de l´autre qu´elles ne connaissent pas, d´aller à la rencontre pour mieux connaître, peut-être aussi)

L´Islam n´est pas une menace mais l´expression du Divin en nous. :-)

X
latifa
-56 points

Sakam. On vous le dit aussi à vous Mr. Robin, les incessantes pressions, intimidations, menaces, agressions faites sur les musulmans (je devrais dire arabo-musulmans) afin de les acculer à abandonner leur culture (...) n'ont pas comme finalité de leur faire adopter une autre culture ou une autre nationalité. Non Monsieur. La visée est bien plus cruelle, bien plus inhumaine et concerne tous les peuples de la Terre. Les anciens colonisés algériens le savent bien, eux qu'on a pressés par tous les moyens à abandonner leur passé alors qu'au bout du compte, ils ne sont pas considérés comme français pour autant, bien au contraire puisqu'on les renvoie constamment à une identité qui est plus fantasmée que réelle. Et d'ailleurs, qui donc remarque la part de francité, d'occidentalité chez les musulmans d'Occident ?. Personne !. Tous sont obsédés par une seule chose : l'Islam.

X
alice
-2167 points

Et je crains bien que tant que l´on n´aura pas appris à accepter l´autre différent de soi, en l´occurrence le musulman barbu et la musulmane voilée, et bien nous rencontrerons des barbus à la barbe de plus en plus longue et des femmes au voile de plus en plus noir!!

X
Léo
-654 points

Ce rappel à la constitution est le bien venu.
En effet il est question d’ « opinions, même religieuses » qui sont garantie libres et sans contrainte, le délit d’opinion n’existe pas en France, chacun est libre d’avoir sa propre opinion sur tout et n'importe quoi. Son corollaire est la liberté d’expression.
En contrepartie à cette liberté de la pensée, car c’est bien de cela qu’il s’agit, la constitution définie les limites des « MANIFESTATIONS » des «« opinions, même religieuses » qui ne doivent pas « troubler l’ordre public » lui-même, cet ordre publique, étant défini par la loi.

C’est ainsi que tout parti nazie est interdit en France car il constituerai un trouble à l’ordre public. Il en est de même pour la nudité en dehors des lieux privés ou réservés : trouble à l’ordre public. Même chose pour la dissimulation du visage dehors des lieux privés ou réservés : trouble à l’ordre public défini par la loi. 1/2…

X
Léo
-654 points

…2/2
Si l’islam « est avant tout un vécu intérieur » comme le prêtant l’auteur, les citoyens, non musulmans de confession quelconque ou sans confession du tout, n’ont rien à y redire et son libre d’en penser ce qu’ils veulent. Ce sont les « manifestations nécessaires dans le visible et l’agir » qui entraînent des revendications spécifiques qui posent problèmes. De par la constitution, le législateur se doit d’intervenir lorsque ces « manifestations nécessaires » constituent un trouble à l’ordre public.

X
medakimabdou
8 points

Salam alaykoum.

C'est claire, parce que "Les francais de confession juive avaient eux aussi, a une autre epoque, repondu aux persecutions antisemites par une logique d'effacement" ils veulent a leur tour, pour payement, imposer aux francais de confession musulmane cette meme logique d'effacement.

Ce qui revele d'une pure volonte de netoyage,comme en birmani, de ces francais qui, a leurs yeux, sont de second degre. Sinon, qu'ils nous disent de ce qu'ils veulent de cette categorie de francais parmis tant d'autre qui la compose.

Non! Leur atheisme ou ideologies ne doit pas se revendiquer le droit de considerer les non adherant comme etant de francais de second degre; d'abord, laicite ne veut pas dire "c'est moi qui suis prioritaire par raport a toi ici, quoique nous somme du meme pays". Puisque vous voulez vivre librement a votre facon sur le territoir, alors vous devez accepter cette realite selon laquelle le territoir n'est pas a votre familles, que moi aussi j'ai choisi ma direction

X
Pancole
-4221 points

Des slogans creux, tels : "touche pas à mon pote", "nous nous enrichissons de vos différences", "l'immigration est une chance" etc. ont réussi à persuader le nouvel arrivant que le gagnant dans l'Histoire n'est pas celui qui, par son acte d'émigration, espère un meilleur avenir pour lui et ses descendants, mais le pays d'accueil qui, sans ces nouveaux citoyens, perdrait plus qu'il ne gagne.
Inversion totale des valeurs qui place ainsi notre pays, et par là ses citoyens, dans une situation d'éternels débiteurs et le nouveau venu dans une situation d'éternelle victime.

L'islam se croit investi d'une mission, non pas religieuse, mais culturelle en pressant ses adeptes de ne rien lâcher de leur culture familiale au prétexte qu'il s'agirait sinon d'un reniement inacceptable, d'aucuns diront que l'intégration est une acculturation. Ce qui en clair signifie que la culture du pays d'accueil n'est pas une culture.

L'islam, pour être acceptable, doit être déconnecté de la culture originelle.

X
Liliane Bénard
-309 points

Les musulmans, les juifs et les chrétiens doivent savoir que pour certains la religion est à supprimer. Il ne suffit pas de la rendre invisible mais de la détruire tout simplement.

Les religieux doivent être conscients. Certains rejettent notre relation avec Dieu, notre rapport avec l'invisible, le Créateur des mondes et sa promesse du bonheur ici-bas et dans l'au-delà comme la réalité de la résurrection.

C'est en ces termes que nous devons distinguer l'essentiel, à savoir ce qu'est pour nous le "ghayb", ce que les hommes ne peuvent percevoir, et l'accessoire...

Les musulmans ne sont pas différents des autres religieux. Ils doivent lutter contre l'idéologie qui voudrait les anéantir. La laïcité n'est pas en cause mais la certitude qu'ont certains selon laquelle la religion ne se fonde que sur des mythes fantasmagoriques et faciles à détruire.

Que l'on soit ou non musulman, il n'y a pas de différence. L'islamophobie est certes une réalité. Elle porte sur des signes visibles...

X
Liliane Bénard
-309 points

Le citoyen français de religion musulmane ne saurait disparaître. Quiconque a raison de se soumettre à Dieu. L'islam est une grande religion qui nous invite à distinguer l'essentiel et l'accessoire mais aussi à exiger de chacun respect et dignité.

La présence de l'islam en France remet en cause l'idéologie d'un athéisme persécuteur. Chacun sait bien que l'ordre public est relatif et qu'il ne contredit pas la tolérance. Les lois qui voudraient le préserver risquent fort d'être liberticides. Elles manifestent parfois tout simplement l'ignorance et l'incompréhension. Elles déchaînent l'esprit de contradiction. Elles font naître des oppositions nouvelles, ajoutant des armes pour se faire battre...

L'athéisme ne s'en trouvera pas grandi. Les croyants sont appelés à réfléchir...

X
medakimabdou
8 points

Palazzo, ce n'est pas l'Islam(religion unique mais sous diverses revelations a travers tous les prophetes) qui doit chercher a s'adapter des cultures, car ce n'est pas l'Universel qui doit obeir le divers, mais ce sont les cultures qui doivent chercher a s'adpter a l'Islam, car diverses sous l'impulsion des instints et des passions humaines, ce sont elles qui devient de l'huniversel.

Un exemples, l'uiversel dit: on est humain;
et le culturel lui contredit par: on est francais blancs et vous africain noirs, en se passant du point le plus important qui est d'etre un humain quoique noir ou blanc...

Ainsi l'Islam ne peut pas ni obeir la culture occidentale ni la culture oriental: l'Islam a ramener la culture deviee pre-Islamque a l'Universel. A l'occident de faire pareil de sa culture et non l'inverse. D'ou la necessite du passages des cultures en une seule culture n'apartenant ni aux fracais ni aux arabes ni aux africain mais unniquement a l'Humain. Telle est la Face de l'Unicite Divin

X
medakimabdou
8 points

H

X
CRI-islamophobie
3 points

bonjour.

on n'épouse pas une culture par injonction, et puis quelle(s) culture(s) faudrait-il épouser ? LA culture française est un fantasme, car elle n'est pas unique et monolithique, elle est plurielle et riche. Et les français de toutes origines historiques le savent bien, puisqu'ils partagent en commun cette histoire depuis fort longtemps en participant à l'élaboration de ces fameuses "cultures".

Une culture commune est donc déjà présente. Les questions touchant à l'islam et aux musulman-e-s ne sont pas liés à la culture, mais au droit commun et au rapport de l'état avec ses citoyens.

On ne construit pas un pays en opposant les citoyens les uns aux autres, ni en déshabillant Mohammed ou Fatima pour mieux habiller Paul.

L'islam ne demande rien, ce sont juste des citoyens français qui expriment des choses que vous devez entendre.

X
CRI-islamophobie
3 points

la dissimulation du visage est un trouble à l'ordre public depuis 2011. Avant ce n'en était pas un.

La république change donc ses lois comme ça l'arrange, et contre qui elle veut.

idem pour la laïcité.

Une belle série de diversions pendant que les chiffres du chômage continuent d'augmenter, que la précarité avance, et que les banquiers s'en-Grèce tranquillement.

Coordination contre le Racisme et l'islamophobie

X
Amilcar Cabral
16 points

...............

X
alice
-2167 points

Palazzo,

Quoi, vous n´aimez pas le couscous?

rire!

L´Islam a pour seule mission d´élever l´âme et de la rendre meilleure. Elle est une Tradition de partage et d´Amour.

Voilà ce que vous répond une musulmane, née musulmane issue d´une lignée chérifienne.

PS : Chez moi se cotoient le couscous et la quiche lorraine en très bonne entente! :-)

X
Léo
-654 points

Liliane, vous vous trompé d’époques et de lieu, ou avez-vous vue les méfaits de « l'idéologie d'un athéisme persécuteur » en France ?
Vous faut-il sans cesse vous découvrir de nouvelles ennemies pour que votre foi fonctionne ?

Vous confondez une nouvelle fois « athéisme » et « laïcité ». La laïcité garantie la liberté de chacun dans sa foi ou sa non foi. L’athéisme est la plus part du temps caractérisé par une indifférence vis-à-vis du phénomène religieux. Ce sont les manifestations intempestives, ou considérée comme telles, du religieux qui réveille cette indifférence. Par exemple, chaque visite du pape en France entraîne la grogne des « athées convaincues » (mais pas seulement).
L’ « athéisme persécuteur » comme vous dite est une vue de l’esprit, en revanche les vues hégémoniques d’une religion dominatrice est d’un autre ordre.

X
Léo
-654 points

« La république change donc ses lois comme ça l'arrange, et contre qui elle veut. »

Vous avez tout compris, la République est capable de faire évoluer ses lois en fonction des circonstances et des nécessités du temps présent. Et c’est ce qui fait sa force.
Peut-être que dans cent ans le port d’un voile intégrale sera obligatoire pour filtrer l’air pollué, ceci pour des raisons de sécurité et de santé publique comme l’est aujourd’hui la clôture et le portillon de sécurité autour d'une piscine privée, pour les mêmes raisons.

X
Léo
-654 points

Farida ADJOUDJ,
J’ignorais que dans la lignée chérifienne la consommation de porc était autorisée !
Quiche lorraine : pâte brisée, lardons, mélange d'œufs et de crème.
Mais pourquoi pas, je rajoute bien du petit salé dans mon couscous !

X
michel7520
-1952 points

A lire ce document signé du CIR, je me demande s'il s'agit d'une "déclaration de fond" résumant une orientation programmatique, ou d'un simple texte de circonstance. Le début, avec ses trois questions, penche vers le premier choix. Mais la suite, avec une réponse unique et sans nuances, penche au contraire vers le deuxième, impression renforcée par le nombre d'erreurs d'orthographe grammatical.
Dans l'ensemble, le rôle central du mot "acculturation", employé ici à contre-sens comme synonyme de "effacement", montre que le CIR n'a pas assez approfondi sa réflexion sur le problème qu'il aborde ici. A cela s'ajoute la confusion portée par le terme "islamophobie" et les glissements de sens qu'il permet.

"Acculturation" (Petit Robert) = "Processus par lequel un groupe humain assimile tout OU PARTIE des VALEURS culturelles d'un autre groupe humain". Loin de l'idée de perte, d'abandon ou d'effacement forcé, il s'agit d'un surplus de culture dont l'assimilation suppose un consentement.

X
michel7520
-1952 points

(suite)
De fait, les immigrés en France, de culture musulmane ou autre, croyants ou non, sont tous acteurs (et non objets) d'une telle "acculturation"... aux principes de la République.

Première preuve : ce qu'il reprochent à la France c'est très précisément de ne pas respecter, à leur égard, ses propres valeurs de liberté, égalité, fraternité (et ceci même quand ils sont durablement installés ici, voire y sont nés). Ce qui signifie qu'ils ont spontanément adopté ces valeurs comme un "plus" par rapport à celles des pays de leurs ancêtres, sans renier d'autres facettes de leur culture.

Deuxième preuve : les mariages "mixtes" (particulièrement nombreux en France) entre jeunes dits "français de souche" (y compris des chrétiens croyants et pratiquants) et jeunes dits "issus de l'immigration" (y compris des musulmans croyants et pratiquants). Et ceci avec l'accord de la famille d'origine étrangère, qui a donc "assimilé" la liberté de conscience, dans le cadre de la (vraie) laïcité.

X
michel7520
-1952 points

(suite 2)
Troisième preuve, plus spécifique aux musulmans : en droit islamique, l'apostasie (acte de renier sa religion antérieure) est pour un musulman un crime puni de mort.
Il en est de même en droit canon pour un apostat catholique, mais la Révolution française a aboli ce droit religieux, au profit d'un droit civil qui ne s'occupe pas d'apostasie. Puis les conquêtes napoléoniennes ont répandu ce droit civil sur le continent.
Aujourd'hui, les musulmans d'Europe semblent bien avoir abandonné toute idée de sanctionner un apostat. Certes, cela découle du respect, prescrit par l'islam, envers les lois des pays dits "d'accueil". Mais, pour la population musulmane qui se considère pleinement française ("Nous sommes AUSSI la Nation"), c'est devenu une acceptation - non dite - de la loi de 1905 qui garantit la liberté de quitter une religion.

Ainsi, bien que la laïcité soit sans cesse brandie pour dénigrer les musulmans, ceux-ci se sont déjà "acculturés" à cette valeur... "occidentale" !

X
alice
-2167 points

Léo,

Ma quiche , je la personnalise ...
Elle est faite maison.
J´y incorpore de la charcuterie de dinde ( facon bacon ) de chez mon boucher musulman.

Un délice ! :-)

X
michel7520
-1952 points

(suite 3)
Hélas, s'abstenir de condamner l'apostasie en Europe est une chose, rayer du droit islamique sa qualification de "crime" en est une autre.
Tant que les musulmans français ne pourront pas formuler publiquement un discours clair, mettant en cohérence leur doctrine avec leurs pratiques sociales et leurs choix collectifs réels, ils seront sans cesse accusés d'être ambigus, d'avoir un double langage, sur ce sujet comme sur d'autres.

Il reste donc, pour les savants de l'islam européen, à trouver comment "innover", en particulier sur ce point, sans que cela ne soit "blâmable".

Cela va beaucoup plus loin que le programme de Tariq Ramadan (auquel, ne sachant que penser, je laisse le bénéfice du doute). En effet, avec son idée d'un "moratoire", celui-ci ne vise qu'à faire cesser l'application des PEINES consistant en châtiments corporels (dont la peine de mort, du moins je l'espère !). Il ne s'agit nullement d'abolir, dans le droit islamique, certains MOTIFS de condamnation.

X
michel7520
-1952 points

(suite 4 et fin)
Dans l'état actuel de l'islam, des adaptations doctrinales en fonction du pays dit "d'accueil" sont inenvisageables. De ce point de vue, le drame de l'islam est d'être la première religion gouvernée à la fois par une révélation et par la raison raisonnante, la première à se penser dès le début comme universelle et définitive. Sa doctrine est extrêmement sophistiquée, mais cela réduit à zéro la marge d'interprétation personnelle et collective.
Certes, il n'y a pas de clergé ni de vérité absolue sur tout, des divergences existent sur certains points, mais celles-ci ne peuvent être le fait que d' "experts" du plus haut niveau : "Ce n'est pas donné à toute personne" (Cheikh Zakaria Seddiki).

Pourtant, au vu des fondements du droit islamique, j'imagine que si l'innovation proposée par Tariq Ramadan devient acceptable, cela fera jurisprudence et qu'une deuxième étape deviendra envisageable.

Le projet d'un islam DE France est un objectif à très très long terme !

X
michel7520
-1952 points

Chère Farida,

Bravo pour vote talent à combiner les bonnes vieilles recettes régionales de l'Est de la France avec les ressources fournies par votre boucher musulman !

X
alice
-2167 points

Cher Michel,

Merci ! :-)

Vous écrivez que le drame de l´Islam est qu´elle soit la première à se penser dès le début comme universelle et définitive .

Là où vous voyez un drame , j´y vois une Grâce divine.

L´Islam s´adresse à l´Homme et à sa quête de liberté , de Justice et d´Amour.

" Nulle contrainte en religion " nous décrête le Très-Haut .

Puis, " En vérité, Dieu ne change rien en un peuple tant qu´il n´a rien changé en lui-même. " ( 13, 11)

" C´est que Dieu, vraiment, n´est pas à changer un bienfait fait à un peuple tant qu´ils ne changent pas ce qu´ils ont en eux-mêmes"

Quels respect et liberté de la personne !!

La puissance créatrice nous est confiée, reconquérant notre pouvoir sur nos vies dans l´innocuité (la volonté de Bien ), le discernement et l´emploi d´une intuition éclairée.

C´est phénoménal, essentiel pour moi!
Je ne sais pas ce qu´en pensent nos scientifiques experts mais lorsque je lis ces Paroles , et bien le monde m´appartient! :-)

X
CRI-islamophobie
3 points

@Leo : votre cynisme est proportionnellement inverse à votre capacité à l'empathie.

En quoi la loi contre le niqab sauve-t-elle de vies ? en quoi y a t-il un danger sécuritaire. Le niqab est présent depuis longtemps.

Il l'était déjà en Algérie dans une époque bcp plus violente physiquement, il n'a pas été banni de la sphère publique.

Que la république change ses lois fait parti de son processus de construction (comme de toute société), mais qu'elle le fasse DANS le BUT d'exclure une partie de la population, TOUT EN faisant diversion sur son incapacité à gérer le pays, voilà une vraie trahison des idéaux républicains.

X
Madjmax
1 points

On peut être musulman sans signe distinctif car la véritable foi devrait se vivre de l'intérieur (ex : Burka). Il n'y avait pas tout ces problèmes en France, il y a quelques années de cela.

Maintenant tout deviens compliquer pour l'Islam de France, car la plus part du temps ces signes distinctifs apparence par le biais de personnes convertis dans le but d'attirer ou de provoquer, bref une tradition culturelle importée de l'étranger qui ne sert pas à la compréhension de l'Islam, c'est tout simplement du prosélytisme.

Je précise que je suis également musulman et que personne ne peut défendre l'indéfendable.

X
Justine
-388 points

Assalâmou alaykoum wa rahmatoullâhi wa barakâtouhou,

Pas mal la conclusion de ce lien :

http://www.rue89.com/zapnet/2012/11/21/dans-un-bus-elle-chante-dans-sa-l...

Wa salâm

X
michel7520
-1952 points

à la CIR.

Il vous était facile de répondre au sophisme de Léo. Mais quand et comment prendrez-vous en compte mes propres analyses ?

Vous écrivez : "Que la république change ses lois [..] DANS le BUT d'exclure une partie de la population [..], voilà une vraie trahison des idéaux républicains."
Je suis d'accord, sauf sur les mots "une partie de la POPULATION". Le but n'a jamais été d'exclure de l'espace public LES FEMMES portant un voile intégral (même si cela aurait pu être le résultat réellement atteint, si cette loi avait été applicable). Ni même d'exclure ce SIGNE "ostensible" d'un pratique religieuse assez extrême, encore très récemment simple coutume d'un pays lointain (l'Afghanistan).
Le but recherché était de faire respecter, si nécessaire par la contrainte, une VALEUR du "vivre ensemble" occidental : la visibilité des visages.

Question : si l'interdiction de masquer son visage était, demain, restreinte aux Mairies, Préfectures et locaux de Police, comment réagiriez-vous ?