Barack Obama réélu président des Etats-Unis

Quatre ans après avoir triomphé de John McCain, Barack Obama a réussi de nouveau à fédérer autour de lui ses partisans de la première heure, qui l'avaient propulsé au sommet du pouvoir en 2008, et ce en dépit de la déception, voire d'un désenchantement certain qui ont terni son auréole d'homme providentiel et son mandat.

Barack Obama réélu président des Etats-Unis

Trois petits tweets pour annoncer sa réélection dans un fauteuil, la nouvelle consécration de Barack Obama, qui en fait le 44ème président des Etats-Unis, aura été celle aussi des réseaux sociaux dont l’utilisation massive a rythmé toute la campagne présidentielle.

Signe des temps où les gazouillis électroniques dament le pion à la presse traditionnelle, ce beau doublé Obamanien et démocrate entre dans les annales américaines comme l’événement politique le plus tweeté de l’histoire des Etats-Unis.

Quatre ans après avoir triomphé de John McCain, Barack Obama a réussi de nouveau à fédérer autour de lui ses partisans de la première heure, qui l’avaient propulsé au sommet du pouvoir en 2008, et ce en dépit de la déception, voire du désenchantement certain qui ont terni son auréole d'homme providentiel et son mandat, dans les affres d’une crise économique qu'il n’a pas pu juguler. Les jeunes, les latinos et les femmes auraient donc largement contribué à son deuxième succès, au terme d’un véritable marathon électoral, âpre et incertain jusqu’à l’ultime moment.

Malgré cette victoire sans conteste sur son rival républicain Mitt Romney, Barack Obama saura-t-il relever les immenses défis qui l’attendent, alors que son premier mandat n’a pas été à l’aune du renouveau promis, tant sur le plan intérieur que sur le plan de sa politique étrangère ? Son discours de victoire s’est d’ailleurs voulu résolument rassembleur, et pour cause, puisque si les démocrates gardent le Sénat, les républicains régnent en maîtres à la Chambre des représentants. Gouverner en rassemblant, c’est à ce prix que Barack Obama pourra contourner l’écueil d’un statu quo, qui serait synonyme d'impasse politique au Congrès et paralyserait son action.

Discours de victoire de Barack Obama

Barack Obama assure que "le meilleur reste à venir"


 

Publicité

commentaires