Jeudi 10 July 2014
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Google+
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook
Oumma.com sur Facebook

La ministre tunisienne de la Femme dit non au mariage des jeunes filles de 13 à 15 ans

La ministre tunisienne de la Femme dit non au mariage des jeunes filles de 13 à 15 ans
fr
http://oumma.com/sites/default/files/sihem.jpg

Partagez :

Si pour le poète inspiré par la force évocatrice du verbe «la femme est l’avenir de l’homme», pour ceux que seule l’étendue de leur pouvoir inspire, la condition de la femme, chèrement conquise et toujours fragile, est au cœur d’âpres enjeux socio-politiques, sur lesquels plane constamment l’ombre d’un retour en arrière.

Dans une phase transitoire délicate, la Tunisie, qui s’attelle à réécrire son histoire constitutionnelle, est mise à l’épreuve par certains mouvements salafistes, parmi lesquels le "Parti Ouverture et Fidélité" s'est engouffré dans la brèche pour tenter d’imprimer son empreinte patriarcale sur un pays en pleine reconstruction.  

Alors que les préoccupations économiques taraudent les esprits, son leader El Bahri Jlassi n’a rien trouvé de mieux que d’appeler à autoriser le mariage pour les jeunes filles en fleur de 13 à 15 ans. Outre sa vacuité, cette demande, extrêmement choquante, serait fatale à l’émancipation de la femme et ferait injure aux Tunisiennes de 2012.

A ces mots, Sihem Badi, ministre de la Femme et de la Famille, s’est immédiatement fendue d’un communiqué pour s’insurger contre une telle perspective. Condamnant vivement la proposition émise par El Bahri Jlassi, la ministre a fustigé ses déclarations, qualifiées d'"irresponsables et portant atteinte aux droits des enfants", tout en égratignant la démagogie dont ce dernier use et abuse pour conquérir un large public, très ciblé.

Ironisant sur son "bien beau" projet de société qui promet "monts et merveilles", afin de fédérer un certain électorat populaire, Sihem Badi a rappelé quelques unes des mesures phares du "Parti Ouverture et Fidélité", un subtil mélange de machisme et d'utopie : "l’instauration de la polygamie, Un pain à 100 millimes, des légumes à 500 millimes, une aide financière de 5.000 dinars pour chaque citoyen qui s'apprête à se marier (donc 10.000 DT pour le couple), un terrain de 400 m² pour chaque famille, dans sa ville natale, la gratuité des factures d'électricité, d'eau et de gaz pour chacune d'entre elles, et des restaurants offrant des repas gratuits dans toute la Tunisie. Sans oublier la  création de 800 000 emplois en deux ans". Tout un programme, assurément !

 

Publicité Oumma.com

Commentaires

X
Orlando
-2673 points

Elle a raison de reagir. Il faut sortir du passe. L'Arabie vient d'ailleurs de limiter, par fatwa, l'age du mariage des petites filles a 9ans. C'est un progres, modeste certes, mais le probleme est ancien...

X
Orlando
-2673 points

Erratum, veuillez m'excuser, je viens de verifier.

Le grand mufti d'Arabie, Adul-Aziz Al-Cheikh, dans le journal Al Hayat londonien, autorise l'age du mariage des femmes entre 10 et 12 ans. ce qui est un progres. Mais la limite autorisee est en dessous, au Yemen aussi, et l'exemple est ancestral.

Ceci dit, revenons a la Tunisie, qui a ete jusqu'a present le pays musulman ou les femmes avaient le plus de droit.

Partout, en Turquie par exemple, l'islamisme est en train de faire reculer ces droits. Le patriarcat progresse.

X
Naisa
267 points

Il ne faut jamais oublié que nous pensons comme des gens modernes. Nous devrions nous mettre à la place de ces tribus retirées de toutes sociétés, dont les enfants ne vont pas à l'école. Ces jeunes gens, aussi bien filles que garçons deviennent très vite précoces et dès l'age de la puberté, sont proposés au mariage, cela doit être avec leurs consentements. Dans la société moderne, je suis assez contre, je ne voudrais pas que ma fille se marie à l'age de 15 ans. mais beaucoup d'adolescentes ont des relations sexuelles très tôt et ça c'est pire, ce n'est pas en connaissance de cause (juste faire comme la copine), elles tombent enceintes et deviennent filles/mères sans être prètes et si elles le sont, ça ne dérange aucunement la société (c'est son choix et on la soutient à être une maman à 15 ans et célibataire la plupart du temps parce que le jeune papa ne pourra assumer ses responsabilités et passera à autre chose.

à Orlando,

Je vous suggère de consulter cette vide

http://www.youtube

X
Orlando
-2673 points

"Nous devrions nous mettre à la place de ces tribus retirées de toutes sociétés"

Saba, il s'agit de la société arabe du début de l'islam !!!

X
Naisa
267 points

Je n'arrive pas à insérer une vidéo pour Orlando. Il s'agit d'une conférence de Michel Dardenne sur le mariage d'Aïcha avec le prophète (sws).
http://www.youtube.com/watch?feature=endscreen&NR=1&v=lQJ27Q6Lxxw

Il me semble que Marie Antoinette s'est mariée vers 14 ans, d'autres reines probablement plus jeune. Que je sache, elles étaient pas musulmanes.
De plus, l'age précoce du mariage n'a rien à voir avec l'Islam mais avec des coutumes et dans toutes les ethnies, c'est comme ça ! Quoiqu'il en soit, il faut prendre la peine de vérifier et non uniquement de critiquer. Je suis bien entendu contre le mariage forcé mais il faut toujours essayé de comprendre, remettre toujours les choses dans leur contexte, et non condamné.

X
selma78
22 points

Salam,

A force de relativiser ( "il ne faut pas juger", "il faut comprendre", "la vérité est partout"), on finit par donner crédit à l'existence même de la jahiliya...Pourtant l'islam n’est pas venu pour entériner la jahiliya, mais bien pour en libérer les êtres humains, et aller vers une société "plus juste", plus éduquée" etc. Dites moi vers quelle "objectif supérieur" on tend quand on considère qu'un mariage coutumier d'une jeune fille à 10,12 ou 15 n'est pas en soi inacceptable dans la mesure ou il est admis "culturellement"? Dans ce cas, ne nous offensons pas contre ceux qui pratiquent l’esclavagisme moderne,puisque finalement c'est dans les moeurs et cela a été une coutume des sociétés tribales arabes au 7e , et non plus contre l'excision, et non plus contre le talaq unilatéral, et non plus contre...et non plus contre...blabla

X
Justine
-388 points

Assalâmou alaykoum wa rahmatoullâhi wa barakâtouhou,

selma,

Vous avez raison, mais si votre intervention répond à celle de monsieur Dardenne, je crois qu'elle déforme la pensée du conférencier, en ce sens que reconnaître que cette pratique a existé dans un certain contexte et l'expliquer pour comprendre le fait ne veut pas dire la cautionner.

Wa salâm