Dans la tête d’un terroriste présumé

Exclusif. Oumma a retrouvé l’ensemble des morceaux de rap composés par Jérémie Louis-Sidney, l’homme abattu à Strasbourg dans le cadre d’une opération antiterrroriste.

Dans la tête d’un terroriste présumé

Il se surnommait «L’animal ». Avant d’incarner la figure criblée de balles d’une présumée cellule terroriste démantelée, Jérémie Louis-Sidney avait une vie derrière lui : celle d’un rappeur hardcore qui s’illustrait sur Myspace. Oumma a découvert deux  sites auxquels s’était inscrit le Cannois en 2007/2008 sous le pseudonyme « Lom J ». Les neuf morceaux mis en ligne permettent de mieux cerner le profil psychologique en devenir d’un personnage désormais suspecté d’avoir participé mi-septembre à l’attentat contre l’épicerie kasher de Sarcelles.

Ses textes étaient empreints de la noirceur caractéristique du gangsta rap : l’homme converti à l’islam y raconte ses galères passées, les dangers du trafic de drogue mais aussi sa vision amère du commerce du diamant en Afrique. Sa religion est rarement évoquée, mis à part certaines incantations d’usage. Plus intéressant, l’ex-rappeur devenu, en octobre 2011, dirigeant d’une société de vente au détail à Torcy était alors l’ami proche de collègues au surnom éloquent, tel « Kaboul’s Foundation » ou « Taliban’Style Kartel ». C’était à leur attention qu’il signalait ainsi la sortie, en janvier 2008, de son album intitulé « Sale temps pour la France ».

Un clip daté de 2009 avait déjà été partiellement révélé par France Télévisions. A partir des photos disponibles sur ses sites, Oumma a mis en images l’un de ses morceaux les plus intéressants. Intitulé « Viens dans mon domaine », il s’agit d’un texte-confession dans lequel Jérémie Louis-Sidney évoque son enfance dans la précarité ainsi que sa progression dans la « haine ».

http://youtu.be/QdVjgDP1I1A

Sur les sept membres de la cellule islamiste, désormais mis en examen, deux d’entre eux avaient également confié leurs émois sur Internet.  Sur un mystérieux compte Youtube dénommé « Truth is the winner »et géré par un internaute surnommé «abd’Allah Mohamed », deux vidéos présentent le parcours spirituel de Victor Guevera et Yann Nsaku, un ex-footballeur prometteur soutenu aujourd’hui encore par ses amis via Facebook.

http://youtu.be/vW6k6UwEVDA

http://youtu.be/HI081pBLLdg

A ce jour, deux autres terroristes présumés seraient encore en liberté. L’enquête en cours a déjà révélé, comme l’a rapporté mardi la station RTL, qu’un « célèbre avocat », curieusement présenté comme un « défenseur de la cause juive » en raison de son engagement pro-israélien et de son activisme communautaire au sein du CRIF, était dans le collimateur des islamistes cannois. L’ensemble des médias nationaux n’a pas souhaité le nommer alors que l’intéressé est pourtant facilement identifiable : il s’agit de Gilles-William Goldnadel. Oumma avait déjà évoqué ce tonitruant défenseur radical de la cause sioniste (et non pas « juive ») dans un article illustrant sa rancœur obsessionnelle à l’encontre de l’ancien résistant Stéphane Hessel et de la sénatrice Esther Benbassa. Pourfendeur également de ce qu’il nomme « l’islam anti-occidental et antisémite », l’avocat était aussi l’un des rares à avoir parié sur l’identité « islamiste » du tueur de Toulouse et Montauban alors que la piste de l’extrême droite néo-nazie semblait toujours la plus probable.  Il se vanta de son flair exceptionnel lorsqu’il participa, aux côtés de Manuel Valls, au premier congrès des « Amis d’Israël » qui s’est tenu en avril dernier à Paris.

Quelque que soit l’ampleur exacte de la dangerosité imputée à la cellule cannoise, Gilles-William Goldnadel peut compter sur les relais  médiatiques du ministère de l’Intérieur pour justifier tacitement sa protection policière et alimenter  avec succès la psychose sécuritaire en cours.

http://www.youtube.com/watch?v=aeBQ9bz6Qeg

Auteur : Hicham Hamza

Journaliste

hhamza@oumma.com

commentaires