Lettre ouverte aux Djihadistes de tous les pays

Djihadistes de tous les pays qui affluaient en Syrie et au Mali, ne prêtez pas l’oreille à vos bourreaux d’hier, ni à vos prédateurs d’aujourd’hui. Posez-vous la question de la permanence de leur aveuglement inconditionnellement pro-américain, le plus intransigeant soutien à l’expansionnisme israélien.

Lettre ouverte aux Djihadistes de tous les pays

Ulysse ! Ne demande pas aux dieux de faire pour les hommes ce que les hommes doivent faire pour eux-mêmes. Odyssée
إِنَّ اللّهَ لاَ يُغَيِّرُ مَا بِقَوْمٍ حَتَّى يُغَيِّرُواْ مَا بِأَنْفُسِهِمْ

En vérité, Dieu ne modifie point l’état d’un peuple tant que les hommes qui le composent n’auront pas modifié ce qui est en eux-mêmes.
Sourate Ar-Ra’d (11)

Djihadistes de tous les pays qui affluaient en Syrie (1) et au Mali, ne prêtez pas l’oreille à vos bourreaux d’hier, ni à vos prédateurs d’aujourd’hui. Posez-vous la question de la permanence de leur aveuglement inconditionnellement pro-américain, le plus intransigeant soutien à l’expansionnisme israélien.

Observez les entraves dressées par l’Arabie saoudite, votre bailleur de fonds absolu, sur les chemins de votre confrère d’Egypte, Mohamad Morsi, premier civil démocratiquement élu à la tête du plus grand pays arabe, dont la réussite signerait le glas de l‘ordre malfaisant wahhabite sur la sphère arabo musulmane.

La différence stimule l’échange ainsi que l’enrichissement intellectuel et moral. Faute d’un minimum de différences entre les diverses composantes de la sphère arabo musulmane, le monologue, puis l’ankylose enfin la nécrose guettent l’ensemble, prélude à son dépérissement. «La dé civilisation survient quand les individus ne reconnaissent plus autrui comme leur semblable et ne se sentent plus liés par un interdit moral dans l’usage de la violence (2).


La bataille de Syrie, pas plus que celle du Mali, n’est pas la guerre d’Espagne où des brigades internationales accourues de toute l’Europe ont engagé trois ans durant, à partir de 1936, le combat de la démocratie contre la dictature franquiste pour la défense de la République. Mourir pour Teruel faisait sens alors. Un honneur revendiqué par toute une génération de démocrates dans un combat d’hommes libres pour la Liberté.

Face à un autocrate héréditaire décrié pour son système répressif (3), soutenu par la Russie et la Chine, les deux puissances contestataires de l’ordre hégémonique occidental, celui qui a longtemps assumé la fonction d’ultime rempart face à la reddition généralisée arabe à l’ordre israélo-américain est depuis dix-huit mois la proie d’une curée de la frange la plus radicale du djihadisme erratique. Sous l’impulsion des régimes les plus répressifs arabes de l’Arabie saoudite au Qatar à Bahreïn, de la Jordanie au Maroc, avec le vigoureux soutien des Etats Unis, le protecteur d’Israël, et des deux artisans de son démembrement, la France et la Turquie. Il en est de même au Mali, longtemps une référence nationaliste pan africaine.

Les pétromonarchies ont consacré 25 milliards de dollars pour l’implosion de l’Union soviétique en Afghanistan et s’apprêtent à engager une somme identique pour la désarticulation de la Libye et de la Syrie, les deux points d’ancrage de l’influence russe en Méditerranée. Près de cinquante milliards de dollars pour affaiblir leur propre camp et pas un kopeck pour une riposte dissuasive face à Israël.

Un an après l’intervention de l’Otan en Libye, la talibanisation du Sahel est en route avec la destruction de sept sanctuaires de Tombouctou (Nord Mali) par Ansar Eddine, groupe salafiste pro qatariote, dans la plus pure tradition de leurs émules afghans, les talibans pro-wahhabites, maîtres d’œuvre de la destruction des trois Bouddhas de Bamyan (Afghanistan).


En un an, trois pays arabes, dont deux de la rive africaine du Monde arabe, ont implosé, le Soudan amputé de sa zone méridionale pétrolifère, la Libye dépouillée de son pétrole désormais sous contrôle occidental et la Syrie désarticulée par une guerre intestine, alors que le Kurdistan irakien et le sud Soudan étaient simultanément promus au rang de plateformes opérationnelles israéliennes, le premier dans le bassin fluvial du Nil donnant accès à l’Egypte, le second dans la zone frontalière de l’Iran.

La montée en puissance du Monde musulman, prolongement stratégique du Monde arabe, dynamiserait le combat arabe pour la libération de la Palestine, sa régression le précipiterait dans les bas-fonds de l’histoire.
La Palestine, et non la Syrie ou le Mali, constitue la ligne de fracture majeure entre Islam et Occident. Que le fer de lance du combat anti-syrien soit porté par le Qatar, celui-là même qui n’a jamais livré bataille pour la Palestine, qui n’a même engagé de guerre que contre les Arabes, -la Libye d’abord, la Syrie ensuite-, donne la mesure du dérèglement mental des pétromonarchies arabes. Que le fer de lance du combat anti malien soit ce même Qatar donne la mesure de sa fonction supplétive dans sa connivence pro atlantiste.

Que le rôle de gendarme régional soit confié à la Turquie, le massacreur des Arméniens, l’équarisseur de la Syrie, l’allié du pouvoir colonial français en Algérie lors de la guerre d’indépendance et le persécuteur des Kurdes, l’héritier de l’Empire ottoman, donne la mesure de l’immoralité de la conscience politique du leadership occidental.


L’Empire ottoman, le siège du dernier califat, -celui-là même dont vous rêvez tant à sa restauration-, avidement dépecé par ces mêmes puissances occidentales au lendemain de la 1re Guerre mondiale (1914-1918), avant de se refaire une virginité politique en assumant la fonction de sentinelle de l’alliance atlantiste sur son flanc méridional face à l’Union soviétique, pour finir par être sèchement mis au ban de l’Europe pour «incompatibilité» ethnico religieuse. Espère-t-il tant un strapontin européen Tayyeb Recep Erdogan en guise de solde de tout compte de sa prestation? Rien n’est moins sûr. Au-delà du sort scellé à terme de Bachar al Assad, songez à préserver la Syrie dans sa fonction de «cœur palpitant de l’arabisme» et ne la vouez pas à devenir le 21 me vassal de «l’Etat du Grand Israël».

Djihadistes de tous les pays, destructeurs des Bouddhas de Bamyan et des sanctuaires de Tombouctou, renoncez à vos soudaines illuminations, la forme la plus insidieusement démagogique d’une incessante fuite en avant. Cessez d’être la risée du monde. La honte de l’Islam. La meilleure justification à l’islamophobie occidentale. Le meilleur alibi à l’impunité d’Israël et à sa sanctuarisation.

Les gérontocrates déviants des pétromonarchies n’ont pas vocation à monopoliser le pouvoir, ni les artisans de la révolution arabe contemporaine, Place Tahrir au Caire ou à Tunis, à être spoliés des bénéfices de leur combat. Leurs délires se nourrissent de vos dérives pour pérenniser leur dynastie.

Que les Musulmans à travers le Monde exigent des comptes de leurs bailleurs de fonds, l’Arabie Saoudite, pour sa responsabilité par ricochet dans la destruction de Bamyan, le Qatar, pour sa responsabilité par ricochet de la destruction des sanctuaires de Tombouctou. Pour leur «responsabilité intuitive» dans ce gâchis, pour reprendre l’expression de l’ancien ambassadeur de France au Liban, Gérard Emié à propos de l’incrimination de la Syrie dans l’assassinat de l’ancien premier ministre sunnite libano-saoudien Rafic Hariri.

Cessez d’être les valets de vos propres bourreaux. De ce recevoir des coups de pied de l’Occident et de ses supplétifs locaux sans cesser de faire leur sale boulot. Observez le nœud coulant placé par l’ONU pour vous étrangler le moment venu sous couvert de lutte contre le terrorisme. La nomination de David Scharia au poste de coordonnateur juridique pour la lutte contre le terrorisme auprès de l’ONU n’est pas le fruit du hasard.

Observez le sadisme de l’échafaudage: Le représentant d’un pays qui constitue le plus grand tortionnaire des Palestiniens, vos frères d’armes que vous avez complètement négligés depuis vos dérives cinquantenaires.

Premier israélien à accéder à un poste de cette responsabilité au sein du secrétariat exécutif des Nations Unies, il vous ménagera tant que vous poursuivrez dans l’allégresse votre travail de démolition de toute trace de civilisation. Il vous pourchassera ensuite, sans relâche, une fois votre sale boulot accompli. Comme auparavant votre illustre exemple Oussama Ben Laden Oussama, le chef d’Al Qaida, le premier sous-traitant majeur de la diplomatie régressive saoudo américaine, de même que Saddam Hussein (Irak), pendu haut et court une fois sa sale besogne achevée, de même que Mouammar Al Kadhafi (Libye), Zine el Abidine Ben Ali (Tunisie) et Hosni Moubarak (Egypte), voire même le Chah d’Iran Reza Pahlevi.

Camarades djihadistes, cessez d’asservir vos frères et sœurs, au nom de la religion, sans jamais songer à affranchir la Palestine. «Idiot utile» de la stratégie atlantiste, retournez l’équation en votre faveur. Portez votre combat dans vos propres pays contre vos propres dirigeants, auteurs des plus grandes turpitudes à l’origine de nos plus grands malheurs.

Une religion propulsée par la bigoterie et la démagogie est l’âme des sociétés sans âme. Wa ou3’zira man anzar.

Références

1- A propos de l’infiltration de la rébellion syrienne par les Djihadistes, CF: Dempsey le rapport de l’institut des études stratégiques sur l’opposition syrienne. Souheir Al-Atassi nouveau Georges Washington, le Liban principale source de ravitaillement http://www.al-akhbar.com/node/95351
Infiltration djihadiste dans les rangs de la rébellion syrienne http://www.liberation.fr/monde/2012/05/23/ces-terroristes-jihadistes-qui-infiltrent-la-rebellion-syrienne.

2 – A propos de «Dé civilisation», Cf.: Marie Bénédicte Vincent, professeur d’histoire contemporaine à l’Université d’Angers, in «Atlas des civilisations. Hors-Série Le Monde/ La Vie. Edition 2012. Dernier ouvrage paru «L’Histoire de la société allemande au XXème siècle (Découverte 2011).

3 – A propos du système répressif du régime Assad. CF: «La Syrie ou l’archipel de la terreur», Le Monde 3 juillet 2012 http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/07/03/la-syrie-ou-l-archipel-de-la-torture_1728273_3218.html-
 

Auteur : René Naba

Directeur de Madanya.info. Ancien responsable du monde arabo-musulman au service diplomatique de l’Agence France Presse, ancien conseiller du Directeur Général de RMC/Moyen orient, chargé de l’information, est l’auteur notamment des ouvrages suivants:

"Média et Démocraitie, La captation de l'imaginaire un enjeu du XXI me siècle", Golias Novembre 2012 -"Erhal (dégage), La  France face aux rebelles arabes" Golias Novembre 2011- "Les révolutions arabes ou la malédiction de Camp David" Editions Bachari Mai 2011- "Hariri de père en fils, hommes d'affaires, premiers ministres" - Harmattan Janvier 2011 -«Liban: Chroniques d’un pays en sursis » (Éditions du Cygne) - «Aux origines de la tragédie arabe”, Editions Bachari 2006 - ”Du bougnoule au sauvageon, voyage dans l’imaginaire français”- Harmattan 2002. «Guerre des ondes, guerre de religion, la bataille hertzienne dans le ciel méditerranéen» (Harmattan 1998)- “De notre envoyé spécial, un correspondant sur le théâtre du monde”, Editions l’Harmattan Mai 2009 - L'Arabie saoudite, un royaume des ténèbres; L'Islam otage du wahhabisme" Golias Automne 2013www.renenaba.com

commentaires