Alain Juppé : « La France donne des preuves d’amour à Israël »

Info Oumma. Lors d’une récente entrevue avec la Fondation France-Israël, le ministre des Affaires étrangères a déclaré sa flamme à l’Etat hébreu et affirmé que la France « ne préconisait pas un retour aux frontières de 1967 ». Décryptage.

Alain Juppé : « La France donne des preuves d’amour à Israël »

C’est en toute discrétion qu’un ministre d’Etat a parlé d’ « amour » envers une nation étrangère et coutumière de la violation du droit international : jeudi 2 février, au matin, Alain Juppé recevait au quai d’Orsay les membres de la Fondation France-Israël pour un « petit-déjeuner thématique ».

L’occasion pour le ténor de l’UMP de réaffirmer longuement l’engagement de Nicolas Sarkozy en faveur de l’Etat hébreu.  Oummaa retenu les meilleurs moments de cette rencontre singulière. Extraits.

http://youtu.be/SprNT8RrwgA

Ancienne secrétaire d’Etat dans le gouvernement Raffarin, ex-membre de la commission Stasi sur la laïcité et sympathisante du mouvement Ni Putes Ni Soumises, Nicole Guedj, professeur de droit bancaire, est soutenue dans son militantisme communautaire par le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu comme en témoigne cette lettre datée du 8 décembre dernier.

                                               

Avocate au barreau de Paris, elle est également la cofondatrice de l’Union des patrons juifs de France, une association très marquée à droite et qualifiée en 2007 de « lobby juif » par l’un de ses propres dirigeants.

http://youtu.be/tRvyAF-GCms

                                                        

 Nicole Guedj au Mur des Lamentations, à Jérusalem, lors d’une visite officielle en octobre 2004

Inscrite à l’UMP, Nicole Guedj préside depuis  trois ans la Fondation France- Israël dont la structure, initiée en 2005 par Jacques Chirac et Ariel Sharon, est reconnue d’utilité publique. Le 9 février, son association fut également invitée au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche par Laurent Wauquiez pour célébrer la coopération scientifique franco-israélienne.

Un lobbying similaire est exercé par l’American Jewish Committee, un groupe de pression confondu par Alain Juppé avec le Congrès juif mondial dont le président, l’influent Ronald Lauder, a déjà rencontré l’été dernier le chef de la diplomatie française. C’est en effet avec David Harris, directeur exécutif de l’AJC, que le ministre avait également pris rendez-vous ce 2 février.

                     

Outre Alain Juppé, David Harris a rencontré Manuel Valls, directeur de la communication dans la campagne électorale de François Hollande, ainsi que des représentants du think-tank Terra Nova. Aux Etats-Unis, l’AJC, qui a accueilli chaleureusement dans le passé Nicolas Sarkozy ou Bernard-Henri Lévy, s’est vu reprocher par Ibrahim Hooper, représentant d’un organisme musulman, de minimiser malhonnêtement les statistiques relatives au nombre d’Arabo-Américains afin de réduire leur influence politique sur le plan national. En mai, le président du CRIF, Richard Prasquier, se rendra à Washington pour rencontrer, à son tour, les représentants de l’AJC.

L’occasion de faire le point sur la nouvelle donne politique en France : le prochain ministre des Affaires étrangères sera-t-il aussi conciliant qu’Alain Juppé ?

           

Malgré son ironie parfois transparente dans l’échange avec Nicole Guedj, l’ancien Premier ministre n’a pas hésité à se plier aux préférences catégorielles d’une association confortablement reçue au quai d’Orsay. En réponse à la question d’une journaliste du magazine Actualité juive, Alain Juppé a affirmé, chose rare, que la France « ne préconisait pas un retour aux frontières de 1967 », ajoutant que ce sera aux négociateurs de trancher la question.

Ecouter le MP3

Une position ferme, digne du Likoud israélien et dans la ligne idéologique de Moshe Kantor : le président du Congrès juif européen qui jugeait « désastreuse » l’adhésion de la Palestine à l’UNESCO a néanmoins reçu, le 25 janvier et dans un silence médiatique complet, les insignes de la légion d’Honneur par Nicolas Sarkozy.

http://vimeo.com/36544767

Quant à Alain Juppé, quelque soit son avenir politique, il continuera probablement d’aller au dîner annuel du CRIF, un rendez-vous « important et amical » comme en témoignent (à 3’58) ces images de la cuvée 2011. Une amitié peu chaleureuse mais en toute loyauté.

http://vimeo.com/19788384

Auteur : Hicham Hamza

Journaliste

hhamza@oumma.com

commentaires